.
.

Le triomphe de la vérité

.

Rapport sur le Fonds d’appui au développement des communes : Isidore Gnonlonfoun dénonce «les insuffisances » de l’enquête parlementaire


Vues : 1

« Le rapport de la Commission de l’Assemblée nationale qui a effectué l’enquête parlementaire du Fonds d’appui au développement des communes (Fadec) contient bien de faits fondés. Mais, par contre, étant donné que le parlement est un cadre  d’excellence de l’animation de la vie politique, il reste à dire à ce propos ». C’est en ces termes que le ministre de la Décentralisation, Isidore Gnonlonfoun, a donné son point de vue sur le rapport de la commission parlementaire ayant effectué l’enquête. C’était à l’occasion d’une conférence de presse donnée hier, jeudi 05 février dans la salle de conférence du Ministère à Cotonou. Entouré des membres de son cabinet et des cadres techniques de la commission nationale des finances locales (Conafil), structure qui pilote le Fadec, le ministre n’est pas allé du dos de la cuillère pour étaler les insuffisances de ce rapport. A en croire l’autorité de tutelle, loin de défendre les maires, il estime que « les dossiers abordés ne sont pas  tous liés au Fadec ». En conséquence, toutes les données ne pouvaient pas être prises en compte. Regrettant la démarche adoptée par la commission lors de ce contrôle,  il estime que sur certains dossiers, les maires concernés devraient être écoutés comme cela a toujours été le cas pour les audits effectués dans d’autres institutions et structures nationales voire internationales. « Il n’y a pas d’approche contradictoire dans la démarche adoptée par la commission d’enquête », a déploré le ministre. Par ailleurs, à la question de savoir la sanction à affliger aux maires ayant utilisé le Fadec pour payer les salaires, une dépense non éligible, le ministre estime que les fonds dont disposent les communes sont de trois formes. Il s’agit du Fadec de fonctionnement, le Fadec affecté ou d’investissement et le Fadec non affecté. Selon lui, « seul le Fadec de fonctionnement peut payer les salaires » contrairement au Fadec d’investissement destiné aux réalisations. Au cours de cette conférence de presse, le ministre a fait part des critères d’octroi du fonds et des critères d’éligibilité sans oublier de rappeler les réalisations à exécuter. « Donc, il y a des aspects qui ont échappé à la commission », a-t-il conclu. En conclusion, il semble opportun de faire constater que la commission d’enquête en a fait de trop.

Emmanuel GBETO

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page