.
.

Le triomphe de la vérité

.

Pour violation de la règlementation des marchés publics dans le projet PAURAD: L’ARMP exige des sanctions contre un haut cadre du Ministère de l’urbanisme


Vues : 1

le Président Eugène DossoumouL’Autorité de Régulation des Marchés Publics (ARMP) vient de sommer le ministre de l’urbanisme, de l’habitat et de l’assainissement,Christian Sossouhounto d’enclencher une procédure disciplinaire à l’encontre de Félicien Hlidagba pour « violation de la règlementation des marchés publics ».  En sa qualité de Personne Responsable des Marchés Publics (Prmp) de ce Ministère,  ce dernier a commis des impairs récemment relevés par l’ARMP, dans le cadre de la procédure de demande de proposition pour la sélection d’une agence de maitrise d’ouvrage déléguée pour la mise en œuvre du Projet d’Aménagement Urbain et d’Appui à la Décentralisation(PAURAD). Dans sa décision datant du 23 mai dernier, l’ARMP, alors saisie par l’AGETIP-Bénin,  qualifie d’une part de « mal fondée », la dénonciation de cette dernière relative à la violation des règles de conflits d’intérêts dans la mise en place de la commission de passation de  ce marché ; et d’autre part, souligne que la PRMP du Ministère de l’urbanisme a violé le droit à l’information de l’AGETIP-Bénin et la règlementation des marchés publics en omettant d’informer cette dernière du rejet de son offre.

Du reste, les polémiques autour de l’attribution d’une convention de maitrise d’ouvrage déléguée liée au projet PAURAD, financé par les partenaires techniques et financiers viennent de prendre fin, suite à la sentence de l’ARMP. Selon des sources proches de cette prestigieuse institution, c’est dans une sérénité requise doublée du leadership de son président  Eugène Dossoumou, que cette affaire a été tranchée. Les mêmes sources rapportent que les délibérations ont été très houleuses au sein du Conseil de Régulation des Marchés Publics ; et il aura fallu le tact, la patience et la force de persuasion de certains membres, notamment, le président Dossoumou pour  en arriver à cette décision. Toute chose, dit-on, qui traduit le souci de l’ARMP de mettre l’intérêt national au-dessus des intérêts personnels que défendraient les deux traditionnelles agences  de maîtrise d’ouvrage délégué que sont AGETUR et AGETIP-Bénin.  En effet, depuis des décennies, celles-ci auraient pris en otage  le gouvernement en s’arrogeant toutes les conventions dans  le cadre de la compétitivité économique tant prônée ; alors qu’une mise en concurrence sérieuse devrait être organisée dans le strict respect du code des marchés publics. Ce qui n’a jamais été le cas, lesdites agences ayant conservé et protégé par tous les moyens, ce monopole de fait, au détriment de plusieurs autre agences. Celles-ci se plaignent davantage de ce « jeu flou » et de ce « monopole forcé » d’AGETIP-Bénin et d’AGETUR en violation des  règles élémentaires du code des marchés publics. Le dernier cas vient en tout cas d’être réglé grâce à la vigilance de l’ARMP qui a réussi à casser des manœuvres de conflits d’intérêts.

Christian TCHANOU

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page