.
.

Le triomphe de la vérité

.

L’Ambassadeur Emmanuel OHIN, Directeur Amérique aux affaires étrangères: « C’est une fierté pour le Bénin de recevoir une personnalité brésilienne du rang de Joaquim BARBOSA »


Vues : 4

ambassadeur emmanuel ohinJoaquim BARBOSA, Président de la Cour suprême fédérale du Brésil  est reparti hier du Bénin, après une visite de travail  de 24 heures, s’inscrivant dans le cadre d’une tournée africaine pour s’imprégner du mode de fonctionnement des instances juridictionnelles des pays concernés et s’entretenir avec les responsables desdites instances pour un échange d’expériences en matière d’édification de l’Etat de droit. L’ambassadeur Emmanuel Ohin, Directeur de l’Amérique au Ministère des affaires étrangères, de l’intégration africaine, de la francophonie et des béninois de l’extérieur revient ici sur les tenants et aboutissants de l’étape de Cotonou.  

L’événement Précis: Ambassadeur Emmanuel Ohin, le président de la Cour suprême fédérale du Brésil, M. Joaquim Barbosa a passé 24 heures à Cotonou. D’abord, parlez-nous un peu du personnage ?

 Ambassadeur Emmanuel Ohin : Je vous remercie. Arrivé  au Bénin dans la soirée d’hier mardi, Monsieur Joaquim Barbosa a quitté notre pays depuis cet après-midi pour l’Angola, dernière étape de sa tournée africaine. Avant de venir à Cotonou, il était à Accra. Pour en venir à votre question, Monsieur Joaquim Barbosa est bien entendu l’actuel Président de la Cour suprême fédérale du Brésil. Né le 7 octobre 1954, ce magistrat brésilien est le premier noir à occuper une fonction aussi prestigieuse, parce que la Cour suprême fédérale est la plus haute instance juridictionnelle du Brésil. Il est originaire du Minas Gerais. Dernier d’une famille pauvre de huit enfants, fils d’un maçon et d’une femme de ménage. Il suit des études de droit à l’Université de Brasilia, puis à l’Université Panthéon-Assas où il obtient un doctorat en droit public, après une thèse sur « La cour suprême dans le système politique brésilien ». Polyglotte, il parle outre le portugais, le français, l’anglais, l’allemand et l’espagnol. Il est nommé par le Président Luiz Ignacio LULA da SILVA comme Juge à la Cour suprême fédérale en 2003 et en devient Président en novembre 2012. Le président Joaquim BARBOSA est une personnalité qui jouit d’une popularité extraordinaire au Brésil, à tel point que beaucoup lui prédisent un avenir politique radieux.

Qu’est-ce qui a justifié le choix du Bénin au nombre des trois (03) pays qu’il a décidé de visiter au cours de sa tournée africaine ?

Il faut d’ores et déjà souligner que c’est une fierté pour le Bénin, sa démocratie voire sa diplomatie de recevoir une personnalité brésilienne de ce rang. Et comme lui-même l’a dit, s’il a choisi de visiter le Bénin, le Ghana et l’Angola, c’est parce que ces pays constituent des modèles en matière de démocratie, de droit et de justice. Le but de cette tournée africaine est de deux (02) ordres : approfondir sa connaissance personnelle des structures juridictionnelles concernées et échanger avec les responsables desdites juridictions sur les expériences acquises de part et d’autre en matière d’édification de l’Etat de droit.

Qu’en est-il de l’agenda du Président de la Cour suprême fédérale du Brésil au cours de son séjour à Cotonou ?  

En moins de 24 heures, le Président Joaquim Barbosa a rencontré successivement à Cotonou, le Garde des Sceaux, Ministre de la Justice, Mr Valentin Djènontin, le Président de la Cour constitutionnelle, le Professeur Théodore Holo, et à Porto-Novo, la Présidente de la Haute cour de Justice, Mme Marcelline Gbèha Afouda et le Président de la Cour suprême, Mr Ousmane Batoko. A chaque étape, il a tenu une séance de travail avec les présidents de ces différentes structures étatiques. De retour à Cotonou, il a été reçu en audience par le Chef de l’Etat, le Dr Boni YAYI à qui il a remis un message spécial dont il était porteur de la part de la Présidente du Brésil, SE Mme Dilma Rousseff. Au nombre des personnalités ayant assisté à cette audience, on peut citer le président de la Cour suprême, Ousmane Batoko, le Ministre des Affaires étrangères, de l’Intégration africaine, de la Francophonie et des Béninois de l’Extérieur, le Professeur Nassirou Bako-Arifari, l’ambassadeur de la République fédérative du Brésil et SE M Arnaldo Caiche d’OLIVEIRA.

 Propos recueillis par Wandji A.

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page