.
.

Le triomphe de la vérité

.

Entretien avec Madjidou Amadou, DSE/MJSL: « Cette nouvelle phase de présélection n’a rien à voir avec ce qui s’était passé»


Vues : 1

sport1Après l’échec du premier test révélé par l’Irm (Imagerie à résonance magnétique) effectué au Togo, la partie béninoise s’apprête à faire de nouvelles détections. Les autorités du Ministère des sports, dont le directeur des sports d’élite (DES), rassurent que, cette fois-ci, rien ne sera plus comme avant, aussi bien dans la conduite des opérations que dans l’approche du projet proprement dit. Il parle du projet, de la détection et de l’avenir du football béninois.

L’Evénement Précis : A quel niveau d’exécution se trouve-t-on actuellement par rapport à la deuxième édition du projet « inclusion sociale par la pratique du football »?

Madjidou Amadou : Comme vous le savez, le projet d’inclusion sociale par la pratique du football est à sa deuxième édition. Pour la première, je ne peux pas dire que tout s’était bien passé. C’est pourquoi, ensemble avec les Brésiliens, nous avons décidé de tout mettre en œuvre afin que les erreurs ne se reproduisent plus. Par rapport à cela, nous avons fait une présélection de 60 joueurs avant l’arrivée des experts Brésiliens au mois de janvier. Alors, 30 enfants béninois, soit 22 titulaires et 8 placés sur la liste d’attente, âgés de 14 à 15 ans sur papier, sont retenus. Après cette étape, a suivi celle de la vérification des âges par l’imagerie à résonance magnétique (Irm). A ce niveau, les résultats ont fait état de ce que, sur les 30, seulement 13 ont l’âge requis.

Et quelle a été la réaction du Ministère, parce que là, on apprend qu’une autre phase de présélection va se tenir ce vendredi ?
Cela a été une surprise de n’avoir que 13 qui sont éligibles sur les 30. Mais cela ne nous a pas empêchés de vite réagir. Puisque ce projet tient à cœur au ministre qui veut qu’il soit exécuté dans la transparence totale, il nous a instruit de saisir les Brésiliens. C’est alors qu’avec sa bénédiction, nous avons envoyé les résultats avec des propositions aux Brésiliens qui nous ont aussi répondu.

Et que dit leur réponse ?
Quand nous les avons saisis, ils ont répondu qu’ils tiennent à ce que ce soient les jeunes de la tranche d’âge qui soient retenus. C’est alors qu’ils ont demandé qu’on refasse une présélection afin qu’ils reviennent faire une nouvelle sélection pour combler le vide. Cette fois ci, ils vont retenir seulement les 9 qui manquent.

Cela veut dire qu’une nouvelle phase de présélection sera lancée bientôt ?
Oui. Elle va avoir lieu ce vendredi sur toute l’étendue du territoire. Il y aura les équipes qui seront au Stade René Pleven pour ceux qui sont à Cotonou, au Stade Charles de GAULLE pour ceux qui sont à Porto-Novo, au Stade de Goho à Abomey, au Stade Municipal de Lokossa, au Stade Municipal de Natitingou puis sur le terrain de l’Université de Parakou. Ces tests consisteront à retenir 30 jeunes qui sont vraiment dans la tranche d’âge et qui répondent aussi aux autres critères. Après ces détections, ces jeunes qui seront convoyés à Cotonou le dimanche d’où ils partiront pour le test de l’Irm à Lomé. L’objectif est de ne retenir que ceux qui répondent à la tranche d’âge avant l’arrivée des Brésiliens pour le test final.

Quand on apprend qu’il y a une nouvelle présélection, on se demande ce qu’est devenu le reste des 60 premiers sélectionnés
C’est l’occasion pour apaiser les uns et les autres. Vous savez, ce qui se passe est comme un concours. Cette nouvelle phase de présélection n’a rien à voir avec ce qui s’était passé. Nous rouvrons les tests à tout le monde y compris ceux qui avaient été recalés et qui sont dans la tranche d’âge.

Que diriez-vous en conclusion ?
Ce projet tient à cœur à la partie béninoise en commençant par le chef de l’Etat. Alors, il me plait de féliciter les uns et les autres pour les efforts fournis. Je veux également demander à tout le peuple béninois de croire en ce projet qui nous permet de faire bénéficier à nos enfants des notions dans la pratique du football. Enfin, j’exhorte les parents à vraiment faire preuve de patriotisme sur ces genres de projet pour éviter d’entacher l’image de marque de notre pays. Car, avec un tel projet, l’espoir de voir notre football se développer est permis.

Propos recueillis par Anselme HOUENOUKPO

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page