.
.

Le triomphe de la vérité

.

Restructuration du secteur agricole au Bénin: Fatouma Amadou Djibril engage l’autonomisation des Carder


Vues : 3

La ministre de l'agriculture, Fatouma Djibril n'a  pas voulu se faire conter l'évènementL’hôtel Azalai de Cotonou a abrité du vendredi 22 au samedi 23 novembre, un atelier de réflexion sur l’organisation et le fonctionnement des Centres agricoles régionaux pour le développement rural (Carder). C’était en présence de la ministre de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche, Fatouma Amadou Djibril, des  anciens ministres de l’agriculture, des représentants des directions  de Carder/ Cerpa et du personnel  du ministère.

Doter les Carder des textes de base (statuts) et d’un niveau suffisant d’autonomie, créant ainsi un environnement leur permettant de réussir la mission qui leur est assignée dans le cadre de la mise en œuvre du PSRSA et du développement local. Tel est l’objectif que s’est assigné cet atelier de Cotonou qui vise la renaissance et l’autonomisation des Carder. Alors, il a été question pendant les deux jours de réflexions, de clarifier le concept d’autonomie des Carder (centres d’action régionale pour le développement rural nouvelle génération), afin de permettre aux acteurs de sortir des bureaux pour travailler aux côtés des producteurs pour une meilleure rentabilité et faire du Bénin une puissance agricole conformément à la vision du Chef de l’Etat. Il a été également question, au cours de la rencontre, de penser à la rationalisation des portefeuilles actifs des ministères pour promouvoir la gestion axée sur les résultats au niveau de tous les Carder. Pour ce faire, l’atelier a proposé au Ministère de l’agriculture  d’envoyer des lettres de mission au DG/ Carder selon le besoin et selon les zones, de prévoir une dotation de subvention initiale de 500 000 F Cfa aux Carder et d’impliquer les collectivités locales dans la gestion des projets agricoles par la création d’une relation avec les mairies.

La ministre de l’agriculture, de l’élevage et de la Pêche s’est dite très satisfaite des résultats issus de cette rencontre. Elle se réjouit aussi de la participation des représentants du Mali et du Burkina Faso, dont la présence, selon elle, se traduit par le renforcement de la coopération sud-sud. Elle s’est engagée, pour finir, à faire un plaidoyer auprès du gouvernement afin  que les recommandations soit prises en compte. Mais en attendant, un comité inclusif est mis sur pied pour le suivi de la mise en application des différentes recommandations. L’ancien ministre de l’agriculture, Gaston Dossouhoui a salué le leadership et l’esprit d’ouverture de la ministre de l’agriculture pour les avoir invités, lui et son collègue  Roger Dovonou à participer et à contribuer à la relance du secteur agricole, levier du développement de tout pays en voie de développement.

Yannick Somalon

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page