.
.

Le triomphe de la vérité

.

Campagne de vaccination contre la maladie de Newcastle: Fatouma Amadou Djibril fait de la protection et la productivité de la filière avicole, une priorité


Vues : 2

Le ministre Fatouma Amadou Djibril, le maire Patrice Houssou Guèdè et quelques responsables de la campagne de vaccination lors du lancementLa nouvelle ministre en charge de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche, Fatouma Amadou Djibril a procédé hier au lancement de la campagne de vaccination contre la maladie de NewCastle pour la protection des volailles. C’était hier à Houèdo, dans la commune d’Abomey-Calavi, en présence des représentants des structures avicoles et responsables de projets inscrits dans son ministère.
La maladie de Newcastle est responsable de plus de 70% des cas de mortalités des volailles en milieu rural. Elle s’attaque spécifiquement au cheptel avicole villageois et amenuise, par conséquent, les revenus des producteurs qui sont ainsi soumis aux affres de la pauvreté. Ainsi, le gouvernement béninois, par le biais du ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la pêche, en étroite collaboration avec la commission de l’UEMOA, a initié cette vaccination pour sauver les éleveurs traditionnels du risque de voir disparaître leur source de  richesse. Pour Fatouma Amadou Djibril, c’est l’occasion pour lancer un signal fort aux producteurs qui doivent faire vacciner leur cheptel. Car, «à ce jour, la filière avicole béninoise compte environ 15 millions de volailles dont 80% sont élevées en basse cour et sans suivi sanitaire et zootechnique », a-t-elle précisé. Par ailleurs,   en commençant par la vaccination dans le sous-secteur de l’élevage, la ministre Fatouma Amadou Djibril donne ainsi trois orientations à son action qui se résume à l’ensemble des trois axes du Plan stratégique de relance du secteur agricole (PSRSA), à savoir, orienter les esprits vers une réelle diversification agricole, poser les bases d’un développement de l’élevage pour un accroissement de la production dans les filières viande et lait puis, soutenir et renforcer la sécurité alimentaire. Consciente que « l’aviculture traditionnelle représente un bien précieux pour les populations rurales et une source importante de revenus et de protéines animales pour l’alimentation des ménages », la ministre de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche invite les éleveurs de volailles à une forte adhésion afin que la quasi-totalité des volailles soient vaccinées sur toute l’étendue du territoire national.

Yannick SOMALON

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page