.
.

Le triomphe de la vérité

.

RGPH 4 dans la commune de Zè: Malgré quelques difficultés, l’opération suit son cours normal


Vues : 2

Prolongé pour quelques jours encore, le quatrième recensement général de la population et de l’habitation (RGPH4) suit son cours normal dans la commune de Zè. Malgré quelques difficultés vite résolues par les autorités locales, les agents déployés sur le terrain espèrent recenser le maximum de ménages possible avant la clôture définitive du processus le 31 mai prochain.

 Quadrillée par  les agents recenseurs déployés sur l’ensemble des 11 arrondissements qui la composent, la commune de Zè compte jouer pleinement sa partition dans la réussite du RGPH4. Destiné à actualiser les données socio-démographiques du Bénin, l’opération, aux dires du maire Joseph Dangbénon, se déroule bien. La prolongation de l’échéance par l’INSAE devrait sans doute permettre de prendre en compte les ménages qui n’avaient jusque là pas encore été visités, bien qu’un nombre non négligeable de personnes reconnaissent l’avoir déjà été. C’est le cas de Lucien Hounsa, élève en classe de 3e et résidant dans le village de Goulo qui affirme fièrement avoir déjà été recensé, tout comme ses voisins. Chef d’équipe dans la localité de Dodji-Bata, Mathias Kpètèhoto ne cache pas sa satisfaction d’avoir déjà réalisé un  taux de plus de 90% de ménages recensés. « Mais cela n’a pas été facile », a-t-il précisé. Confronté à une mauvaise appréciation de l’opération par les populations de la zone qu’il a couverte, ce natif de la zone affirme avoir usé de persuasion et de diplomatie pour  convaincre ces dernières que les informations n’étaient pas livrées contre une quelconque rémunération ou donation. Cette réticence, Joseph Dangbénon, le maire de la commune l’a également soulignée.   Première autorité de la commune, il reconnaît avoir dû se déplacer plus d’une fois en vue de sensibiliser les ménages. « … Au cours du déroulement, nous avons été informés de cas de certaines maisons où les gens se montraient réticents. Nous sommes allés vers eux et à force de dialogue, ils ont finalement accepté d’être recensés », a souligné Joseph Dangbénon qui soulève quelques difficultés rencontrées sur le terrain. Craintes à livrer des informations personnelles, perception erronée des objectifs de l’opération ou demande d’une contrepartie sont le lot de nombreux agents qui ont encore jusqu’à ce vendredi pour recenser les ménages laissés en rade.

Flore NOBIME

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page