.
.

Le triomphe de la vérité

.

Non-participation de quelques clubs à la 1ère journée de la ligue 1:Adrien Houandjinou œuvre pour le consensus et la reconnaissance du conseil de gestion du football professionnel


Vues : 0

Parmi les 16 équipes annoncées pour animer le championnat de 1ère division de transition, 04 n’ont pas répondu présent. Il s’agit notamment de Dynamo d’Abomey, de Cifas de Djeffa, de Mambas Noirs de Cotonou et surtout de Requins de l’Atlantique. Ce boycott est de nature à remettre en cause le travail entamé par le ministre Didier Aplogan. C’est cette situation qui amène le promoteur du centre de formation Taneka de Natitingou à sortir de son silence.

 Pour Adrien Houandjinou, c’est la non reconnaissance du conseil de gestion du football professionnel et l’absence de consensus autour du ballon rond qui ont amené à cette défection de certains clubs du championnat. En effet, le promoteur de Taneka estime qu’il faut « remettre le football dans la main du conseil de gestion du football ». Pour lui, ceci permettra de créer à nouveau la confiance entre les différents acteurs et dans un second temps de faire venir les sponsors qui sont réticents à cause de l’affaire Mtn.

 C’est dans ces conditions que les acteurs des clubs défaillants pourront se sentir confiants pour participer avec aisance à la compétition. Une fois ce préalable réglé, il s’agira de réunir les moyens des deux camps pour permettre à ce football qui a tant souffert de sortir de l’ornière. Parce qu’en tant que promoteur de centre de formation, Adrien Houandjinou pense qu’il ne sert à rien de former les joueurs dans un pays où il n’y a pas de championnat ou là où le niveau est trop bas. Le promoteur de Taneka prend exemple sur l’Aspac (Association sportive du port autonome de Cotonou) qui est la seule équipe à battre la formation de l’Espérance de Tunis, vainqueur de la ligue des champions africaine.

Pour lui, la question n’est plus de reconnaitre Ajavon ou Anjorin mais le devenir des enfants béninois qui ont choisi le football comme métier. Il estime qu’il faut même sortir l’actuel président de la fédération béninoise de football de prison pour qu’il apporte son expérience à la grande famille du football béninois. Il loue l’activisme de Didier Aplogan qui a déjà entamé des réformes pour le développement du football à la base au Bénin. Il pense surtout à deux choses qui l’ont frappé.

 Il s’agit de la récente rencontre avec l’ancien capitaine du Onze national, Adjovi Bocco Jean-Marc pour la construction d’un institut à l’image de Diambars au Bénin et la prochaine expédition des cadets béninois au Brésil. Il demande à Didier Aplogan de continuer dans ce sens. Il dit qu’il a d’énormes surprises pour le monde du football béninois à travers son centre de formation.

José Mathias COMBOU

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page