.
.

Le triomphe de la vérité

.

Ratées dans le processus de réalisation de la Lépi : 1,6 MILLION DE BENINOIS NON ENRÔLE: DANGER A L’HORIZON


Vues : 1

Le chef de l’Etat Boni Yayi a convoqué pour le 27 février 2011, le corps électoral de l’élection présidentielle. Avec la promulgation de la loi n° 2010-33 du 7 janvier 2011 portant règles générales pour les élections en République du Bénin, il est évident que seule la liste électorale permanente informatisée (Lépi) servira pour lesdites élections.  Seulement, en confrontant les chiffres obtenus par la Mirena aux différentes phases de la Lepi dans les différents départements, le taux de non inscrit semble criard. Dans certains départements comme l’Ouémé, cette exclusion avoisine les 40% des populations en droit de se faire enrôler et projetées par la Mirena elle-même à travers son recensement porte-à-porte.

Cette situation pourrait être considérée comme relevant de la faute des citoyens non inscrits si plusieurs faits indépendants de la volonté de ceux-ci n’y ont pas concouru.   En effet, les multiples défaillances techniques et organisationnelles de la Mirena engendrant par endroits des pannes techniques des instruments affectés ou l’indisponibilité sur plusieurs jours de ces matériels, justifient le tort fait à un million six cent mille citoyens non inscrits sur tout le territoire. Par ailleurs, à la suite des grandes inondations  subies par plusieurs communes et les déplacements de populations consécutives, beaucoup de localités et de citoyens sont restés non enrôlés.

Corriger l’injustice pour éviter le pire!

Face à la situation d’exclusion à grande échelle qui se profile à l’horizon avec l’usage d’une liste électorale d’exclusion, il est impératif pour  la Commission politique de supervision de la Lepi (Cps-Lepi) et la Mirena de reconsidérer les donnes. Car si les écarts observés sont concevables à la lumière des résultats probables attendus sur la base des derniers recensements des populations, il est inimaginable que l’Etat puisse fermer les yeux sur un gap de plus 30% des populations pourtant annoncées par le recensement porte-à-porte. Se taire sur ces exclusions reviendrait simplement à laisser planer sur le climat des prochaines élections, des menaces graves d’instabilité. Il est encore temps d’envisager les modalités de correction de cette injustice car au-delà des élections de 2011, elle portera les germes de menace à la paix sur dix années pour ces citoyens qui ne seront appelés à être enrôlés qu’une décennie après.

Médard GANDONOU

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page