.
.

Le triomphe de la vérité

.

Réalisation de la Lépi: L’opération de recensement porte-à-porte démarre ce jour malgré le boycott de l’opposition (Lire le message du Coordonnateur de la Cps-Lépi)


Vues : 2

Message du Superviseur général de la Commission de Supervision Politique (Cps-Lepi)

 Chers compatriotes,

La Loi 2009-10 du 13 mai 2009 portant organisation du Recensement électoral national approfondi et établissement de la liste électorale permanente informatisée a prévu une démarche progressive en cinq grandes phases pour la réalisation de la LEPI:  Cartographie censitaire, Recensement porte-à-porte, Enregistrement des électeurs potentiels, affichage de la liste provisoire et enfin délivrance des cartes d’électeurs aux citoyens en âge de voter aux élections qui suivent immédiatement la fin du processus.

Comme toute innovation, la modernisation de notre système électoral suscite angoisse et enthousiasme parfois démesuré chez les différents acteurs. L’engagement des uns pour le processus apparaît comme une source de suspicion aux yeux des autres. De même, les réserves parfois légitimes des uns sur certains aspects du processus suscitent accusations de mauvaise foi et même de délit d’anti-lépi par les autres.  Il ne pouvait peut-être pas en être autrement, car, il s’agit de fabriquer l’instrument par excellence de sélection du personnel politique national, je veux nommer le fichier électoral national. Lorsqu’on connaît la gestion des élections dans notre pays et les habitudes de débrouille que développent les différents acteurs, il est évident que la méfiance soit la chose la mieux partagée lorsqu’il s’agit de définir les bases de l’allocation des positions de pouvoir électif avec un instrument de transparence. C’est pourtant ce souci de grande transparence, qui a amené le Bénin à opter pour une démarche progressive de réalisation d’une liste électorale informatisée à la différence de la plupart des pays, qui eux, ont opté pour une démarche combinée et presque instantanée de recensement, enregistrement et délivrance de cartes d’électeurs.

Mais la LEPI est surtout un lieu d’intersection entre technologie et politique. Du coup, les moindres erreurs de démarches méthodologiques qui sont anodines dans une atmosphère sereine, prennent l’allure de scandales et servent à alimenter les controverses les plus acharnées.  La phase de la cartographie censitaire autour de laquelle de vives discussions ont été menées par les différents acteurs aussi bien de la classe politique que des organisations de la société civile et des différentes confessions religieuses, en est une parfaite illustration.

En même temps que les débats autour de ce processus traduisent si bien la vitalité de notre système démocratique, ils révèlent aussi à quel point la LEPI est un objet sensible qui impose le dialogue avec les différentes composantes de la société béninoise comme une nécessité absolue.

Nous voici enfin à la deuxième phase de ce processus, à savoir le Recensement porte-à-porte. Il consiste à recenser les citoyens béninois âgés de huit (8) ans et plus.

Pourquoi cette borne inférieure de 8 ans ? Le législateur béninois veut que la LEPI, une fois réalisée serve pendant une période de Dix (10) ans. Ainsi, étant donné que l’âge de la majorité citoyenne est de 18 ans, le citoyen béninois âgé de huit ans qui se fait recenser en 2010 pourra obtenir en 2020 sa carte d’électeur sur simple demande.

Outre l’avantage principal qui est l’obtention d’une carte d’électeur avec photo numérisée pour chaque citoyen béninois en âge de voter, la LEPI constitue un formidable outil pour révolutionner notre système d’état civil en facilitant la délivrance des pièces d’état civil comme le jugement supplétif d’acte de naissance et la carte nationale d’identité pour le citoyen ordinaire qui n’en dispose pas encore.  La LEPI est donc avant et après tout un outil de développement. Elle n’est pas la chose des hommes politiques uniquement. Elle est une réponse à un besoin de citoyenneté effective pour le béninois ordinaire.

Citoyennes et citoyens,

La conduite des actions visant à la réalisation du recensement électoral national approfondi et l’établissement de la Liste électorale informatisée continue de susciter des remue-ménage au sein de la classe politique de notre pays. De tous les débats suscités, il ressort que, quelle que soit l’appartenance politique des acteurs, tout le monde est unanime et s’accorde sur la nécessité de réaliser la LEPI. Sur ce point, les barrières politiques « mouvance-opposition » et autres s’estompent. C’est le premier grand consensus national réalisé depuis l’historique conférence nationale, dont nous célébrons cette année le 20ème anniversaire.

Les contradictions les plus vives sont apparues sur la conduite du processus. A ce niveau, alors que les uns appellent à une LEPI légale, les autres soutiennent l’idée d’une LEPI consensuelle. Et pourtant, les deux termes de l’équation ne sont en rien contradictoires. Ils sont complémentaires. C’est le lieu de saluer la ténacité des forces politiques comme l’Union Fait la Nation et l’Alliance G13 dans leurs critiques constructives qui visent à l’amélioration de la conduite du processus de réalisation de la LEPI.

Pour assurer la complémentarité des différentes positions, des hommes et des femmes de bonne volonté se sont impliqués de manière déterminante pour que le dialogue soit ouvert entre les acteurs de la classe politique.  Ce dialogue constructif pour la recherche du consensus s’est matérialisé par trois grandes rencontres au Palais de la Présidence de la République, notamment le 7 janvier, le 9 mars et le 6 avril 2010. Toutes les composantes de la classe politique ont participé autour du Président de la République à ce dialogue inclusif qui a permis l’installation du « Groupe de travail », où sont représentées toutes les sensibilités politiques et les organisations de la Société civile. Le rapport de ce « Groupe de travail » adopté à l’unanimité le 6 avril 2010 constitue aujourd’hui, après la Loi 2009-10 du 13 mai 2009, le deuxième socle sur lequel s’édifie la LEPI consensuelle tant souhaitée.

C’est pourquoi, les organes en charge de la réalisation du recensement électoral national approfondi et de l’établissement de la liste électorale permanente informatisée, à savoir la Commission Politique de Supervision (CPS) et la Mission indépendante du recensement électoral national approfondi (MIRENA), ont fait de la mise en œuvre des recommandations contenues dans ce rapport, une priorité fondamentale. C’est le lieu de saluer l’ensemble des acteurs politiques et sociaux, à travers les membres du « Groupe de travail », pour leur engagement sans faille dans le processus de réalisation de la LEPI.

C’est également le lieu de manifester notre profonde gratitude aux responsables des confessions religieuses, en particulier le Clergé catholique pour avoir œuvré aussi discrètement mais efficacement dans le sens du rapprochement des points de vue des différents acteurs au sein de la classe politique.

Je voudrais aussi exprimer toute la reconnaissance des organes en charge de la réalisation de la LEPI aux partenaires techniques et financiers pour leur accompagnement sans faille aussi bien financier que moral au moment les plus délicats de la conduite de ce processus. Je voudrais citer particulièrement le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), l’Union Européenne et l’Ambassade de France pour leur implication constante et positive.

C’est aussi l’occasion pour moi d’exprimer la gratitude de l’ensemble des parties prenantes au processus du RENA et de la LEPI à l’endroit du Président de la République, qui dans les moments les plus tendus, a su jouer à plusieurs reprises sa partition. Qu’il s’agisse de la mouvance ou de l’opposition, à un moment donné, tout le monde a souhaité son implication personnelle, non pas comme chef de faction politique, mais comme symbole de la Nation,  afin de trouver une porte de sortie honorable pour tout le monde. Il s’agit là de la manifestation du sentiment républicain qui anime les membres de la classe politique de notre pays. Au moment les plus critiques, nous acceptons de nous parler et nous reconnaissons l’arbitrage de nos institutions républicaines. C’est le signe d’une grande maturité et l’expression de la reconnaissance et du respect de la légalité dans notre pays.

Citoyennes et citoyens,

Les opérations de terrain dans le cadre de la réalisation du Recensement porte-à-porte mobilisent un grand nombre d’agents de terrain qui travaillent d’arrache-pied sous la houlette de la MIRENA et de la Coordination nationale au recensement, afin de doter notre pays de cet outil électoral tant souhaité qu’est la LEPI.  Je veux nommer les coordonnateurs de zone de recensement, les superviseurs communaux, les délégués d’arrondissement, les chefs d’équipe et les agents recenseurs.

A vous tous, je voudrais lancer un vibrant appel patriotique au nom de la Commission politique de Supervision (CPS) pour accomplir consciencieusement votre devoir en ayant constamment en idée que c’est une mission nationale que vous assumez. Chaque formulaire mal rempli, chaque questionnaire de ménage perdu, est un préjudice majeur que vous causez à un citoyen. Le manque de suivi rapproché et toute négligence de la part des membres des équipes d’encadrement constituent de graves dommages à la qualité des données à collecter. Vous êtes les véritables acteurs du succès de cette opération et votre responsabilité s’en trouve ainsi décuplée.

Nous avons l’espoir que vous prendrez la mesure de l’enjeu pour que votre disponibilité et votre engagement soient sans faille tout au long des quinze jours que durera le recensement porte-à-porte.

A vous les membres des Commissions Communales de Supervision (CCS), votre rôle est celui de facilitateur pour les agents de terrain. Votre disponibilité de tous les instants est requise pour la conduite et le suivi des opérations de terrain. La Commission politique de supervision salue votre engagement depuis le début du processus et le rôle central que vous n’avez cessé de jouer pour assurer le succès de l’ensemble de l’opération de réalisation de la LEPI.

Chers compatriotes,

En recevant chaleureusement les agents recenseurs chez vous et en leur fournissant toutes les informations demandées, vous vous acquittez d’un devoir citoyen qui vous permettra de jouir demain de vos droits civiques.

Nous comptons sur votre civisme et sur votre franche collaboration pour le succès de cet important projet d’intérêt qui garantira la paix, la stabilité et le progrès de notre pays et qui contribue à la consolidation de notre système démocratique.

C’est sur ces mots d’exhortation que nous déclarons solennellement lancées les opérations de Recensement porte-à-porte sur l’ensemble du territoire national pour la période du Mercredi 21 Avril au Mercredi 5 Mai 2010 inclus.

Vive la démocratie!

Vive la LEPI !

Vive le Bénin !

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page