.
.

Le triomphe de la vérité

.

GREVES DES ENSEIGNANTS: La médiation de Zinsou, ultime recours de sortie de crise


Vues : 0

l'ancien Président de la République le Dr Emile Derlin Zinsou     Les représentations des organisations syndicales de différents ordres d’enseignement étaient au le vendredi 25 janvier 2008 au domicile de l’ancien Président de la République le Dr Emile Derlin Zinsou. Au menu de cette rencontre, la sollicitation de la médiation de ce dernier dans le dénouement de la crise ouverte entre le gouvernement et les syndicats de l’enseignement.
L’ancien Président de la République le Dr Emile Derlin Zinsou apparaît aujourd’hui comme le dernier recours des syndicats des ordres de l’enseignement primaires et secondaires dans la crise qui l’oppose au gouvernement du Dr Boni Yayi et dont la manifestation visible est la paralysie des activités académiques depuis près de deux semaines.
Quatre Représentants de syndicats étaient à cette audience avec l’ancien Président de la République le Dr Emile Derlin Zinsou. Il s’agit de Raouf Affagnon, Amoussou Anselme porte parole du Front en grève, Cakpo Cossi Thomas et Hounnou Pascal. Les échanges étaient fondamentalement basés sur les conditions de vie et de travail des enseignants au Bénin et l’historique des dialogues entre le gouvernement et les syndicats.
Pour les Responsables de syndicats, ils ont fait preuve sur toute la ligne de négociation d’une certaine flexibilité et d’une compréhension qui a justifié leur consentement pour une accalmie durant l’année académique 2006-2007 et d’autres moratoires qui ont suivi. Cela se justifie également par l’option faite de résumer toutes les préoccupations du forum sur l’éducation en quatre points prioritaires retenus par un comité. Mais ces représentants dénoncent une volonté manifeste du gouvernement de violer ses paroles données à toutes les négociations. Ils constatent « qu’il a un écran entre le Chef de l’Etat et les syndicats et les réalités semblent lui être cachées€¦ ». Ils croient davantage à ce constat surtout en face du silence suspect du Chef de l’Etat le Dr Boni Yayi qui pourtant leur a tenu un discours franc lors d’une audience qu’il leur a accordée et s’est par ailleurs engagé dans son discours de rentrée académique 2007-2008 à 12 engagements qui n’ont pas été respectés et au nombre figurent selon les syndicalistes « 5 engagements sans incidence financières ».

« Une parole donnée doit être respectée »
« Une parole donnée doit être respectée ». Ainsi s’exprimait l’ancien Président Emile Derlin Zinsou visiblement sensible pour la cause des enseignants, lui-même fils d’enseignant. « On aurait rien fait dans notre pays si on ne règle pas le problème des enseignants » précise l’homme. Excluant d’entrée toute solution  et toutes critiques démagogiques étant lui-même confronté une fois à l’exercice du pouvoir d’Etat, le Président estime qu’il y une part de réalisme dans les revendications des enseignants et une certaine prise en compte des difficultés de l’Etat. Dès lors le Président Zinsou estime que les engagements pris par le gouvernement lors des négociations avec les syndicats doivent être respectés de bonne foi. Pour lui il s’agit d’un principe de base pour la confiance dans les relations entre l’Etat et les partenaires sociaux.
Toutefois, n’étant pas au pouvoir, le Président Zinsou  s’est limité à la promesse de solliciter en toute diligence une audience avec le Chef de l’Etat pour servir de médiateur pour la réouverture des dialogues.
Médard GANDONOU 

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page