.
.

Le triomphe de la vérité

.

Agro-alimentaire: ETRAPA Industrie Sarl domine le secteur du sirop de gingembre


Cyrille G. Adjahouinou, DG/ ETRAPA Industrie Sarl

Depuis qu’elle a été créée en 1995, l’Entreprise pour la transformation des produits agricoles (ETRAPA Industrie Sarl) a connu des mutations positives. Elle est devenue leader dans les sirops de gingembre au Bénin et entame une stratégie d’extension avec l’accompagnement du BRMN.

ETRAPA Industrie Sarl est le leader national des sirops de gingembre. Mais elle fait aussi du jus d’ananas 100% naturel. Ses clients sont au Bénin et dans quelques pays de la sous-région. Avec 20 employés déclarés à la Caisse nationale de sécurité sociale, l’entreprise paie une masse salariale d’au moins 2.300.000 par mois. Pour en arriver là, le chemin parcouru a été long et semé d’embûches. Tout a commencé lorsque le directeur général, Cyrille G. Adjahouinou, ingénieur des industries alimentaires formé en Hongrie, est rentré au pays après une formation qui lui a permis de connaître tous les compartiments de son secteur. Seulement, une fois rentré, il se pose la question des moyens pour créer sa propre société, surtout lorsque le financement bancaire est hors de portée. « C’est ma persévérance qui a fait que j’ai décollé », souligne le directeur général en faisant le bilan d’une construction entrepreneuriale toute de patience et d’abnégation. Il n’a pas voulu s’endormir sur son diplôme et s’est lancé à corps perdu dans des solutions pratiques applicables au contexte béninois.

De la purée de tomate au sirop de gingembre
« Quand je vais dans les supermarchés, je trouve des produits importés et quand je vais dans les marchés, je trouve des fruits et légumes qui pourrissent. » C’est en observant ces paradoxes quotidiens que Cyrille G. Adjahouinou lance son entreprise et décide d’affronter les défis qui en découlent. Mais il a fallu six ans de dur labeur, à force de faire des erreurs et de se relever après les chutes inévitables, pour qu’ETRAPA Industrie se lance effectivement. La soif de mieux faire fera la différence. « Les améliorations nécessaires, les technologies que j’ignorais, je les ai apprises » indique le directeur général. Il fréquente alors les foires internationales en Chine et en Inde. Ce furent des occasions de découvertes qui ont permis à l’industriel d’acquérir des appareils pour équiper son entreprise. La question de départ devait être résolue : comment, à petite échelle, trouver des solutions à petite échelle et ingénieuses pour compétir avec des industries internationales ? « Je fais des recherches en permanence », nous confie l’ingénieur qui ajoute : « Quand je suis confronté à des défis, je cherche moi-même les solutions. Je n’ai jamais pensé que je pouvais réaliser des tétrapacks. Aujourd’hui, je peux vous dire que nous le faisons sans aucun problème. » Les tétrapacks sont des emballages innovants et très attractifs qui rehaussent l’image du produit auprès des consommateurs. On trouve aujourd’hui tout cela dans des supermarchés comme Erevan, Mont Sinaï, Franc Prix, au marché Dantokpa et Arzèkè à Parakou. Le plus intéressant, c’est que les produits ETRAPA sont vendus à 80% sur le marché nigérian. La société a également des partenaires en Suisse, au Sénégal, au Burkina-Faso, au Niger et au Maroc. Son chiffre d’affaires en 2017 était d’environ 200 millions de FCFA.

Avancer grâce au BRMN

Inscrite au Programme de restructuration et de mise à niveau (PRMN) piloté par le BRMN, ETRAPA Industrie Sarl entend grandir pour satisfaire sa clientèle en quantité et en qualité. « Le BRMN m’a permis de me mirer et d’avoir mon propre plan pour avancer », affirme Cyrille G. Adjahouinou. « C’est ensemble avec les consultants que le diagnostic a été fait. Même le plan de mise à niveau, c’est un processus participatif qui lui a donné corps. Cela nous a permis de bien formuler notre vision », dit-il. Il s’agit d’une stratégie d’extension qui verra son aboutissement dans trois ou quatre ans. ETRAPA-Industrie Sarl entend mettre en place une grande usine dans la commune d’Abomey-Calavi, afin de mieux satisfaire sa clientèle. C’est un vrai challenge que le BRMN peut accompagner avec dextérité.

Olivier ALLOCHEME

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *