.
.

Le triomphe de la vérité

.

Fitheb 2018: La coopération permanente reste la solution fondamentale…


Le Festival International du théâtre du Bénin (Fitheb) fait son chemin depuis son lancement le 16 novembre. Des  productions théâtrales et artistiques se produisent dans tout le Bénin  sur plusieurs sites culturels tels que  le village du Fitheb, l’Institut français et Artistik Africa à Cotonou, l’espace Ouadada à Porto Novo,  la maison du peuple de Lokossa, le  lycée Houffon d’Abomey, l’Institut français de Parakou et le ciné Bopessi de Natitingou. Ce mercredi, 22 novembre, l’hôtel Riviera a abrité la rencontre des directeurs et programmeurs de festivals de théâtres. Douze (12)  personnalités VIP venant du Togo, Burkina Faso, du Niger, de France, de Tunisie, ont fait le déplacement sur le Bénin. L’objectif visé par cette rencontre était de débattre des problèmes et solutions possibles entre les artistes et les programmateurs propriétaires d’écoles de formation, d’évènements et de salles. « C’est un moment d’échanges entre nous  pour voir quels sont les nouveaux ponts qu’on peut jeter parce qu’il est important qu’il y ait une phase de collaboration entre les évènements pour permettre une meilleure circulation des œuvres des artistes, » a expliqué le directeur du Fitheb,  Eric Hector Hounkpè. A l’en croire, les programmateurs n’ont toujours pas les moyens de prendre en compte individuellement les artistes, d’où l’importance de cette rencontre afin de trouver les voies et moyens pour pallier à cette situation. « Ces nouvelles propositions de pistes sont déjà  la mutualisation  des moyens, des démarches de renforcement de capacité, la mise ensemble de tous les espaces culturels pour que les spectacles circulent », a ajouté le directeur du Fitheb. « L’effort doit être  permanent entre les artistes et les programmeurs,  les uns doivent aller vers les autres pour faire disparaitre  cette barrière qui existe», a-t-il  renchéri. Selon lui  il n’y a que  la coopération et l’incitation des créateurs à faire baisser les coups pour être  accessible.   Le directeur du Fitheb, pour finir a invité les jeunes du monde culturel, ainsi que les artistes, à travailler incessamment sans désespérer parce que d’après lui, il y aura toujours des évènements et chacun pourra avoir un jour sa chance.

Kivy Agnide(stag)

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *