.
.

Le triomphe de la vérité

.

Grandes actions du chantre de la rupture en 2ans: Le secteur sportif impacté


Le ministre des sport Oswald Homeky lors de la rencontre avec les reporters sportifs

6 avril 2018. Cela fait exactement 2ans que, pour sa gouvernance du pays, le président Patrice Talon a confié le département des sports à Oswald Homeky. Un département, que celui qui était en ce moment, le plus jeune ministre du gouvernement, gère au mieux avec des actions toutes aussi édifiantes les unes que les autres. En effet, depuis son avènement, Oswald Homeky bénéficiant de la confiance du chef de l’Etat, a décidé d’impacter le secteur et le marquer de son sceau. Ce qu’il est inéluctablement en train de faire sous les regards joyeux des différentes fédérations sportives.
Au lendemain de sa prise de service, le ministre a opéré une série de sorties au cours desquelles, il a affirmé qu’il donnera «les mêmes chances à toutes les fédérations sportives » surtout dans leur traitement. Une promesse qu’il semble tenir quand on suit de près tout ce qu’il réalise comme mouvement envers les différentes instances quelle que soit la taille ou l’importance. Ce qui a eu des résultats fort appréciables. C’est le cas avec le Wushu, le Taekwondo, le Karaté, la Boxe, le Roller sport, l’Athlétisme, le Volley-ball, le Handball, l’Athlétismeet la Pétanque, qui ont pu ramener des centaines de médailles au Bénin et occuper des places honorables lors des compétitions internationales. Seul au football, de résultats significatifs comme par exemple la qualification à une phase finale de la CAN des catégories d’âge ou des séniors, sont encore attendus. Mais, à ce niveau, s’il y a un exploit qui est à saluer, c’est le retour de la paix entre les membres de la FBF (une paix qui tient sur des ficelles) avec l’organisation des championnats.

Plus d’un milliard et demi déboursé en deux ans ?
Dans sa volonté de booster la pratique sportive, le ministre Homeky suivant le programme d’action du gouvernement a remodelé le fonctionnement des classes sportives pour lesquels plusieurs jeunes encadreurs béninois sont déjà formés et n’attendent que leur mise au chevet des apprenants dans les collèges. A côté de cela, le ministre a réussi à obtenir le financement des activités des fédérations. Ainsi, en 2017, sous son leadership, 29 fédérations, excepté la FBF, ont été subventionnées à hauteur de 502 millions de francs CFA. Déjà un record, puisque jamais un gouvernement n’a fait mieux. Cette subvention a connu une hausse, cette année 2018 et est portée à 553 millions de francs CFA. Il faut préciser que pour le compte de la saison 2016-2017, les différents clubs qui ont pris part aux championnats de Ligue 1, Ligue 2 et Ligue 3 ont été également subventionnés pour un montant global de 309 millions de francs Cfa. En dehors de ces subventions, le ministère en charge des sports, toujours dans la logique d’offrir un mieux-être aux clubs et aux athlètes, a mis à la disposition des deux clubs qui ont représenté le Bénin lors éliminatoires des tournois de la CAF, la somme de 30 millions. Il a aussi tenu un évènement (le gala des sportifs) au cours duquel les meilleurs athlètes tels que NoelieYarigo (Athlétisme), Océane Ganeiro (Karaté), Odile Ahouanwanou (Athlétisme), Ghislain Vodounhessi(Boxe), Nafissath Radji (Natation), Sébastiano Degbe (Badminton), Gninou Alexandrine (Gymnastique), Ochoumare Larissa (Roller Sports)pour ne citer que ceux-là ont été célébrés. Et à eux, la somme de 40 millions de francs Cfa a été distribuée. Autant de millions (1milliard 434 millions) qui font plaisir à plus d’un quand on sait que le sport est de nos jours une industrie qui nécessite beaucoup d’investissements pour de grands résultats. Mais en attendant, il doit d’abord se battre des pieds et des mains pour faire de la défiscalisation des matériels sportifs, du vote des lois sur la politique du sport et le financement du sport, une réalité.

Des acteurs sportifs se prononcent

Julien Minavoa, président du comité national olympique et sportif béninois (CNOS-Ben)
« Le spectre du ‘‘couloir de la mort’’chassé du ministère ; les subventions attribuées dans un délai raisonnable»

« ….Le département des sports est un des départements ministériels les plus compliqués. Il sera difficile de parler de toutes les actions menées dans ce département. Mais ce qui est important, c’est la bonne coopération qui a existé pendant deux années entre le ministre chargé des sports et le comité national olympique. Ça, il fallait le faire. C’est la toute première fois que l’on enregistre une telle situation. Et j’aurais bien aimé que cela puisse durer beaucoup longtemps. C’est dire donc que j’apprécie fortement la bonne ambiance de travail. On ne se fait pas copain pour le plaisir. Nous nous accordons parfaitement sur le plan de ce qu’il faut faire pour que le sport puisse se sortir de sa léthargie. L’autre aspect de la chose qu’il faut féliciter, c’est le fait de tenir à sa parole. C’est vrai, le régime Talon est taxé de régime avec beaucoup de promesses mais très peu de réalisations concrètes. En ce qui concerne le sport pour lequel je suis bien qualifié pour parler, je constate que le ministre Oswald Homeky tient à sa parole. L’an dernier, il a chassé, avec la manière, le spectre du ‘‘couloir de la mort’’ du ministère. Cette année, non seulement, il n’y a plus le ‘‘couloir de la mort’’, il a tenu à ce que dès le premier trimestre, chacune de nos fédérations puisse disposer du minimum que l’Etat béninois peut mettre à sa disposition pour pouvoir perpétuer l’œuvre qu’il faut afin de porter haut l’étendard du sport béninois. C’est une très bonne chose pour laquelle je félicite l’ensemble du gouvernement et le chef de l’Etat, Patrice Talon pour les efforts qui sont faits. (…) Il y a des actions comme la mise en place des classes sportives contenues dans le PAG que je crois que nous, en tant qu’acteur du sport national, nous devons nous approprier. Mais, nous n’avons pas suffisamment d’informations sur le contenu du PAG. Cela fait défaut. L’autre chose est le projet de réforme en vue au stade Général Mathieu Kérékou. Il est vrai que le ministre m’a fait l’honneur de me montrer la maquette . Mais, il me plait de rappeler que c’est au niveau de ce stade seul dans tout le pays qu’on peut compter des installations sportives aux normes internationales où on peut programmer toutes les compétitions internationales des fédérations. Si on décide de raser, ça va causer plus de problèmes qu’on va en résoudre. Alors, sincèrement, je pense qu’il vaut mieux orienter le grand financement qui a été mobilisé pour être engagé dans la révision ou la réforme du ce stade vers Calavi, Allada, Ouidah ou ailleurs pour nous offrir de nouvelles installations ; que l’on voit comment améliorer ce qui existe déjà. (….) Il faut que le Bénin se dote enfin d’une loi sur la politique sportive et une loi sur le financement des sports. Ces lois permettront de redynamiser le secteur du sport dans notre pays».

Léonide Isidore Gbaguidi, président de la fédération béninoise de gymnastique
« Il y a beaucoup d’avancées par rapport à la méthode et à la visibilité données au ministère »
«…Sur le plan sportif, je peux dire que les résultats ne sont pas mauvais. Il y a de façon globale du progrès. Il y a beaucoup d’avancées, ne serait-ce que par rapport à la méthode et à la visibilité que le gouvernement a voulu donner au ministère en charge des sports, notamment au mouvement sportif. Plusieurs actions ont été enclenchées et donnent déjà des signes qui annoncent que les résultats seront bons. J’en veux pour preuve, les nombreuses médailles qui sont récoltées par nos différents athlètes lors des compétitions internationales, ces deux dernières années. En exemple, je peux citer les boxeurs qui sont revenus avec deux médailles ainsi que les scrabbleurs qui ont aussi gagné deux titres tout récemment. Parlant de progrès, il y en a eu aussi au niveau de la subvention que l’Etat alloue aux disciplines sportives. Le ministre a battu tous les records en matière des montants alloués, mais aussi du délai de mise à disposition. Et dans cette subvention, la fédération de gymnastique qui n’en recevait pas assez, par le passé, (8 millions maximum), a vu depuis deux ans, sa cagnotte augmentée. Et actuellement, nous sommes à 17 millions après avoir reçu 16 millions l’année passée. Et cela nous a permis de tenir nos activités qui étaient au programme. Peut-être, on n’aurait pas eu les 16millions l’année passée qu’on aurait essuyé la honte lors de l’accueil de la réunion du comité exécutif de la fédération internationale de gymnastique chez nous. Et je veux profiter pour dire merci au ministre qui nous a personnellement soutenus et à tout le gouvernement pour l’assistance. En dehors de tout cela, je voudrais souligner le consensus obtenu dans la crise du football qui est une bonne chose. Ce qui reste aujourd’hui, c’est d’opérer, une fois pour toutes, cette plaie qu’est le football. Il faut faire une réforme systématique même si on doit bousculer des intérêts. (…..) Cela dit, nous sommes encore sur nos fins par rapport au niveau des subventions. Le ministre en a parlé, il y a quelques jours, il faut que le privé s’y mêle rigoureusement pour que nous ayons le financement à la hauteur de nos ambitions. L’autre chose que je voudrais souligner, c’est que les fédérations soient de plus en plus associées aux grandes décisions les concernant. Car, c’est plus facile d’avoir leur adhésion à partir de leur participation aux prises de décision….. ».

 

Abdel Rahman OUOROU BARE, président du Comité National Paralympique du Bénin
« Il y a eu des acquis positifs »

«Je voudrais tout d’abord dire bon anniversaire à monsieur le Ministre des sports. Vous savez, ce n’est pas facile de diriger ce ministère très problématique en raison des différentes distensions qui polluent la vie de nos fédérations. Diriger un tel département ministériel est preuve d’un leadership et d’un management remarquable. Je voudrais lui souhaiter de passer plusieurs années aux destinées de ce ministère dans lequel il a déjà eu des acquis positifs à savoir l’accalmie relative au niveau des différentes fédérations, la régularité et la hausse des subventions données aux différentes fédérations, le respect de la promesse faite en janvier d’octroyer les subventions à temps aux fédérations. Pour tous ces acquis, qu’il en soit sincèrement remercié. Pour les années à venir, en ce qui concerne le handisport et aussi pour les autres fédérations, on aurait voulu qu’il plaise au ministre d’augmenter les différentes subventions pour nous permettre d’atteindre les objectifs du développement de nos sports respectifs. Vous savez, au handisport, nous avons plusieurs rencontres internationales au nombre desquelles les paralympiques de Tokyo. Pour y participer, il nous faut de moyens financier et matériel afin de représenter dignement notre pays. Je voudrais également plaider pour que le budget du ministère aille à la hausse pour donner de meilleures chances de succès au Ministre Homeky. Je voudrais, pour finir, souhaiter au ministre une bonne santé et beaucoup de clairvoyance pour des victoires plus radieuses ».

Anselme HOUENOUKPO

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *