.
.

.

Troisième édition du salon de la qualité alimentaire: L’Agrobusiness Center lance le défi de la qualité du riz au Bénin


Coupure de ruban marquant l’inauguration de la troisième édition du salon de la qualité alimentaire du Bénin

L’organisation de développement internationale, Agrobusiness Center, a procédé hier jeudi 16 novembre 2017, au lancement de la troisième édition du salon de la qualité alimentaire du Bénin sur le thème : « Un riz produit au Bénin pour un meilleur rapport qualité prix ». Ce salon de 48 heures qui se veut être un cadre d’exposition des produits rizicoles béninois, contribue à encourager les producteurs et transformateurs à trouver les voies et moyens pour stimuler la qualité du riz béninois.

Renforcer les relations d’affaires entre les transformateurs, les acheteurs et consommateurs du riz local puis, œuvrer pour une amélioration de la qualité du riz. Tel est l’objectif de ce salon qui s’est ouvert dans la salle des fêtes de Majestic, sous le regard de l’Ambassadeur des Pays-Bas au Bénin, Harry Van Dijk, des partenaires techniques et financiers et bien d’autres. A l’ouverture de ce salon, le coordonnateur de la SNV, André Engelbertink, n’a pas manqué de mots pour faire constater la grande influence du céréale dans le régime alimentaire des béninois. La production du riz est passée de 40.000 tonnes en 2005 à 204.000 tonnes en 2015. Le riz reste, très sollicité dans les ménages et lors des cérémonies, fait conserver une tendance à la hausse depuis 1970. Contrairement à ce résultat encourageant, André Engelbertink, affirme que le secteur reste confronté à de nombreuses difficultés au regard de la mauvaise qualité du riz local. D’après son développement, des milliers de ménages béninois se plaignent de la mauvaise qualité du riz local dont les grains sont souvent brisés. Ils y retrouvent, dans un même sac, plusieurs types de riz ainsi que des corps étrangers. De plus, des défaillances sont aussi remarquées au niveau des décortiqueuses artisanales dépourvues d’un dispositif de tri pour séparer les grains brisés des grains entiers. « Il est important d’échanger ensemble pour contribuer à asseoir les bases d’une réelle amélioration de la qualité de riz produit au Bénin », ajoute-t-il. Une version qui sera soutenue par l’Ambassadeur des Pays-Bas au Bénin, Harry Van Dijk, qui se dit confiant des nombreuses potentialités dont disposent le Bénin pour croitre sa production en riz. Le représentant diplomatique, tout en estimant que des efforts doivent être déployés afin d’améliorer l’image, la qualité et aussi le prix du riz local, réitère l’engagement des Pays-Bas à soutenir la filière pour contribuer à la réduction de la pauvreté. « C’est ensemble que nous allons conduire la filière vers une plus grande efficacité du riz au Bénin », conclu-t-il. Par la voie de Parfait Kpankpan, l’interprofession de riz qui réunit transformateurs, producteurs et transformateurs, s’engage à œuvrer pour l’autosuffisance du riz au Bénin. Au terme des allocutions, l’assistance a eu droit à deux communications sur les défis, opportunités et perspectives de la filière riz au Bénin puis, la part du riz produit au Bénin dans les achats institutionnels. Il est à noter que ce salon est animé par une exposition de plusieurs qualités de riz, par 20 transformateurs. Un prix d’excellence sera décerné au transformateur ayant la meilleure qualité de riz. Coupure de ruban marquant l’inauguration de la troisième édition du salon de la qualité alimentaire du Bénin

Rastel DAN

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on Twitter0Share on LinkedIn0

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *