.
.

Le triomphe de la vérité

.

Election du 24 aout à la fédération béninoise de football: Probable tapis rouge pour Augustin Ahouanvoébla et son équipe


L'honorable Augustin Ahouanvoébla a désormais le chemin la voie libreLes choses commencent par se clarifier à la fédération béninoise de football. La liste « Renouveau du Football » conduite par l’Honorable Augustin Ahouanvoébla est sur le point de l’emporter haut la main. En effet, elle est la seule en lice pour le compte de ce scrutin prévu pour le 24 août. Les challengers du député béninois ont été mis hors jeu par la commission électorale pour « faux et usage de faux ». Le casier judiciaire de Bertin Agonkan est falsifié. Ce qui a donné carte blanche à l’organe chargé de mener l’opération électorale d’invalider cette liste conduite par l’ancien secrétaire général de la fédération et filleule du président sortant. Si Anjorin Moucharafou a renoncé à être candidat, il caressait intimement le désir de voir Bruno Didavi lui succéder à la tête du sport roi béninois. Non seulement il a perdu la bataille, mais c’est un véritable camouflet pour son allié.
Bruno Didavi sort par la petite porte
Arrivé avec les tintamarres, il y a une décennie dans le gotha du football béninois, Bruno Didavi, le taciturne, a connu des périodes de gloire où il était l’intouchable et tout puissant secrétaire général. A la faveur de la crise qui a secoué le football béninois dès le 10 décembre 2010, il est revenu au bercail après une parenthèse créée par son mentor actuel. On le voyait revenu une fois pour de bon. Avec la nouvelle complicité de Anjorin Moucharafou, les amoureux du cuir rond voyaient  Bruno Didavi s’éternisant au sein du comité exécutif. Mais, c’est sans compter avec la ruse et la dextérité d’Ahouanvoébla et consorts. Les Frères Didavi sont battus avant le match et n’auront que leurs yeux pour pleurer. Bruno Didavi qui voyait le fauteuil présidentiel lui tendre les mains est désillusionné. Il sort pour le moment du football béninois par la petite porte. Comme le dit si bien un proverbe africain, « le plat de la vengeance se mange froid ». Ahouanvoébla et bien enfanté dans le dos de son « ami ».
José Mathias COMBOU

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *