.
.

Le triomphe de la vérité

.

Entretien avec le président de la Commission de la CEDEAO au sommet des Chefs d’Etats à Yaoundé: « Une grande étape dans la lutte contre l’insécurité maritime a été franchie »


Kadré Désiré Ouédraogo

Kadré Désiré Ouédraogo

Le président de la Commission de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO), Kadré Désiré Ouédraogo, a tiré un bilan largement positif de la Conférence des chefs d’Etats et de gouvernements de l’Afrique centrale et de l’Ouest sur la sûreté et la sécurité maritimes dans le golfe de Guinée, qui s’est achevée ce mardi 25 juin 2013 à Yaoundé, au Cameroun, après deux jours de travaux. Dans l’entretien qu’il a bien voulu nous accorder, le président de la Commission de la CEDEAO évoque ici les grandes conclusions du sommet.

L’Evénement Précis : Monsieur le Président de la Commission de la CEDEAO, qu’est-ce qu’on peut retenir fondamentalement de la grande messe de Yaoundé ?

Kadré Désiré Ouédraogo : La piraterie dans le golfe de Guinée est devenue un sujet de forte préoccupation pour notre zone, l’Afrique de l’ouest et l’Afrique du centre, non seulement pour la paix et la sécurité, mais également pour le développement économique de nos Etats dans la mesure où c’est un phénomène qui perturbe le commerce international et la circulation des navires. Dès lors, les Chefs d’Etats ont décidé de s’attaquer au phénomène et je dois dire que le sommet de Yaoundé qui est une première, dans la mesure où c’est la première fois que les Chefs d’Etats des deux régions se rencontrent pour se pencher sur un phénomène a abouti à des décisions que je considère comme historique. D’abord, il y a la déclaration politique de Yaoundé qui réaffirme la volonté des Chefs d’Etats à coordonner leurs efforts pour apporter une réponse efficace au phénomène de l’insécurité maritime. Il y a également le mémorandum d’accord de coopération entre les trois organisations que sont la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) et la Commission du golfe de Guinée (CGG) pour que nous puissions ensemble coordonner nos efforts, échanger des informations et véritablement assurer la mise en œuvre des décisions prises à Yaoundé et enfin le code de conduite qui vient d’être approuvé par les Chefs d’Etats et qui constitue la base juridique de leur coopération, code de conduite qui définit les modalités d’intervention, de partage des responsabilités et aussi de manière générale, l’organisation de la lutte contre ce phénomène. Pour nous, je dois dire que c’est une grande étape dans la lutte contre l’insécurité maritime qui est franchie.

Pour vous, que peut-on attendre des décisions prises ?
C’est à travers les résolutions 2018 et 2039, adoptées respectivement en 2011 et 2012 par le Conseil de sécurité que la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) et la Commission du golfe de Guinée (CGG) ont été encouragées à élaborer et à renforcer leurs législations avec le soutien des Nations unies et de divers autres partenaires. Donc, véritablement, c’est un grand pas qui est franchi à Yaoundé dans la mesure où nous pensons que les décisions prises ici vont amener une plus grande efficacité dans notre lutte commune contre l’insécurité maritime.

Quelle est, justement, cette stratégie et surtout sa mise en œuvre ?
La stratégie, c’est de mettre en commun nos moyens, d’échanger les informations, mais aussi de nous donner un cadre juridique nous permettant la prévention et la répression. Il fallait donc qu’on s’entende sur l’ensemble de ce dispositif. C’est ce qui a été fait. Il a été également décidé de la création du centre interrégional de coordination qui va véritablement se charger de vérifier l’ensemble de l’accord et sa mise en œuvre, ensemble bien sûr avec les trois organisations que sont la CEEAC, la CEDEAO et la CGG. Mais nous pensons véritablement que ce sont des décisions fondatrices d’un nouveau dynamisme dans la lutte contre l’insécurité maritime.

Entretien réalisé à Yaoundé par Gérard AGOGNON

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *