.
.

Le triomphe de la vérité

.

Nomination de nouveaux ambassadeurs/KÉRÉKOU, GOUTONDJI et LAOUROU: Des choix judicieux de Boni Yayi


Dans un contexte d’agrandissement de la carte diplomatique du Bénin et de mise en oeuvre des réformes en vue du rayonnement de la politique étrangère béninoise, le Professeur Nassirou BAKO-ARIFARI ne cesse de donner corps à la vision du Chef del’Etat, Dr Boni YAYI, en faisant appel à des compétences avérées. C’est pourquoi, le redéploiement et la nomination de nouveaux ambassadeurs répondent à la logique de rendre concrète la diplomatie de développement si chère au Chef de l’Etat. Expérience, compétence et engagement, telles sont, entre autres, les qualités des Béninois auxquels la mission sur la visibilité du Bénin à l’extérieur est confiée.

 

 

Eloi Laourou

Eloi Laourou nommé à Genève en qualité de Représentant Permanent Adjoint du Bénin auprès des Nations Unies

 Une consécration pour le diplomate chevronné. Toujours souriant, jovial et surtout le cœur à l’ouvrage, le natif de Tchètti aurait pu devenir pasteur ou prêtre. Pondéré et affable, l’homme inspire confiance dès le premier contact. Déformation professionnelle de diplomate ? Peut-être ! Né le 1er Décembre 1961 à Tchètti, Eloi Laourou est ministre plénipotentiaire des Affaires étrangères. Il était, avant sa nomination comme Ambassadeur Représentant Permanent Adjoint du Bénin auprès des Nations Unies, Directeur adjoint à la Direction Europe du Ministèredes Affaires étrangères. M. Laourou a intégré la fonction publique en 1986 au Ministère des Affaires étrangères. En quelques années, il a occupé plusieurs postes de responsabilité. D’abord chef du personnel par intérim, il est passé à la direction des organisations internationales où il a occupé le poste de chef service des organisations internationales à caractère économique, technique et financier. En raison de sa qualité de bon gestionnaire, il est affecté à l’Ambassade du Bénin à Paris pour occuper le poste de Deuxième conseiller. Très concentré sur ses objectifs, il a fait de brillantes études supérieures. Sa thèse de doctorat en Droit public soutenue en 2008 à l’Université de Lyon 3 portait sur le thème : La négociation des instruments internationaux en matière de protection de l’environnement : contribution à l’analyse des déterminants juridiques, économiques et politiques. Eloi Laourou est aussi fondateur et Président d’International Association for Trade and Sustainable Development. C’est à juste titre que la Grande Chancellerie de l’Ordre national du Bénin l’a consacré Grand Chevalier de l’Ordre du mérite du Bénin le 27 décembre 2008. En cette année, cette distinction du diplomate était la consécration de 22 ans de services loyaux rendus à la nation sur le front de la diplomatie. Selon Alfred Houndoté qui représentait la Grande chancelière lors de la cérémonie de réception de l’Ambassadeur dans l’ordre du mérite, «la réussite de la Conférence des ministres de la culture de la Francophonie tenue à Cotonou en juin 2001 est à mettre à l’actif de M. LAOUROU». En effet, c’est en devenant en août 2001 Deuxième Conseiller à l’Ambassade-Mission Permanente du Bénin près les Offices des Nations Unies à Genève que M. LAOUROU a animé avec dextérité et de façon dynamique la division économique et commerciale. Son engagement et son expertise sur les sujets relatifs aux organisations internationales à caractère économique, technique et financier sont fort appréciables. Une pléiade d’institutions internationales ont bénéficié de ses contributions : l’Organisation mondiale du commerce (Omc), la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement(Cnuced), la Banque mondiale (Bm), le Fonds monétaire international (Fmi), le Centre des Nations Unies pour l’environnement (Cnue), le Centre des Nations Unies pour les Etablissements Humains (Cnueh) et le Fonds des Nations Unies pour la population (Fnuap). En reconnaissance de ses mérites, le Chef de l’Etat, Dr Boni Yayi, l’a nommé par décret n° 2008-496 du 29/8/2008 pour recevoir le grade de Grand Chancelier de l’ordre national du Bénin. C’est cet homme que le Conseil des Ministres du 19 décembre 2012 a propulsé au rang d’Ambassadeur Représentant Permanent Adjoint du Bénin auprès des Nations Unies et des autres Organisations Internationales basées à Genève. Un environnement que le diplomate connaît déjà du bout des doigts.

 

Pamphile Goutondji nommé à la tête de l’ambassade du Bénin à Montréal 

Pamphile Goutondji

Boni Yayi promeut l’expérience et le savoir-faire au service des relations bénino-canadiennes. Depuis le 19 décembre 2012, la représentation diplomatique du Bénin au Canada est dirigée par l’ambassadeur Pamphile Goutondji. L’ancien secrétaire général du Ministère des Affaires étrangères, de l’intégration africaine, de la francophonie et des Béninois de l’extérieur, Pamphile Goutondji a bénéficié de la confiance du Chefde l’Etat pour contribuer au rayonnementdu Bénin sur l’échiquier international. Ainsi, à l’issue du Conseil des ministres du 19 décembre2012, cette figure imposante de la diplomatie béninoise, nommée le 03 juin 2009 à la tête du Secrétariat général du MAEIAFBE, a été, à nouveau, sollicitée pour imprimer sa marque aux relations liant le Bénin au Canada. Fin connaisseur des arcanes diplomatiques béninoises et internationales, Pamphile Goutondji se voit désormais responsabilisé pour renforcer les acquis dans lecadre de la fructueuse coopération entre les deux pays et oeuvrer à tracer de nouvelles pistes susceptibles d’insuffler un nouvel élan à cette dernière. Impulser une nouvelle dynamique à la coopération entre le Bénin et le Canada. Tel est l’objectif qui transparaît dans la nomination enConseil des ministres, le mercredi 28 décembre 2012, de l’ambassadeur Pamphile Goutondji au poste d’Ambassadeur plénipotentiaire du Bénin au Canada. En effet, dans sa volonté de faire de la diplomatie un maillon incontournable dans le processus de développement du Bénin à travers notamment la mobilisation des ressources externes, le Chef de l’Etat a décidé de faire appel à un cadre aux talents de fin négociateur pour atteindre son objectif. Dès lors, en portant son choix sur l’ambassadeur Pamphile Goutondji pour relever ce défi, c’est que Boni Yayi a voulu mettre l’expérience et le savoir-faire au service du rayonnement de la diplomatie béninoise dans le nord du continent américain.

 La promotion de l’expérience et de l’excellence

La nomination de l’ancien secrétaire général du Ministère des Affaires étrangères, de l’Intégration africaine, de la francophonie et des Béninois de l’Extérieur (MAEIAFBE) à la tête de la représentation diplomatique du Bénin au Canada, fait planer des perspectives radieuses sur les rapports d’amitié et de coopération entre les deux pays. Et pour cause, fin connaisseur des arcanes diplomatiques béninoises, l’ambassadeur Pamphile Goutondji incarne, aux yeux de nombreux observateurs, l’un de ses meilleurs acteurs. En effet, depuis sa prise de service le 09 août 1983 au Ministère des Affaires Etrangères, le SG sortant du MAEIAFBE fait montre d’une discrétion et d’une efficacité unanimement saluées. C’est d’ailleurs ce qui a valu à ce titulaire d’un Master of Arts en Relations Internationales de l’Université de Kiev en Ukraine et de nombreux autres parchemins obtenus au Nigeria, en Afrique du sud, en France, en Angleterre, Portugal, Allemagne…d’être promu au rang de secrétaire général du Ministère des Affaires étrangères en mai 2009 pour y imprimer sa marque. C’est également fort de la somme d’expériences accumulées à travers le monde que ce spécialistedes questions de politique internationale prend une part active aux grands rendez-vous de la diplomatie béninoise depuis une vingtaine d’années. Ancien Chargé d’Affaires de l’Ambassade du Bénin en Afrique du Sud, ce ministre plénipotentiaire hors classe né le 1er juin 1954 à Covè dans le département du Zou remplit ainsi aux yeux des observateurs tous les critères pour hisser la coopération bénino-canadienne à son firmament. Dès lors, pour eux, c’est un soleil plein d’espérance qui plane désormais sur la coopération déjà fructueuse entre le Canada et le Bénin pour le bonheur des deux nations.

 

Qui est Pamphile Gountondji ?

L’ambassadeur Pamphile Gountondji est un diplomate chevronné au parcours impressionnant. En effet, secrétaire général sortant du Ministère des Affaires étrangères, de l’Intégration africaine, de la Francophonie et des Béninois de l’Extérieur (MAEIAFBE), le nouvel ambassadeur plénipotentiaire du Bénin au Canada a gravi tous les échelons au sein du Ministère depuis sa prise de service le 09 août 1983. Ainsi, après l’obtention de son baccalauréat A4 en 1976 puis son Master of arts en Relations Internationales à l’Université de Kiev (Ukraine) en 1983, l’ambassadeur Goutondji s’est vu assigner la charge de secrétaire des Affaires étrangères avant de devenir, à plusieurs reprises, chef de division puis Assistant du Ministre des Affaires étrangères. Le 16 juin 1992, il est nommé Deuxième Conseiller à l’Ambassade du Bénin au Nigéria avant de procéder le 18 mars 1998 à l’ouverture de l’Ambassade du Bénin à Abuja (Nigeria). Rappelé au pays pour faire valoir ses compétences, il occupe divers postes au sein avant d’être promu Directeur du Protocole d’Etat de novembre 2002 à Juin 2004 et d’aller servir, à partir de juillet 2004, comme Ministre conseiller puis Chargé d’Affaires à l’Ambassade du Bénin en Afrique du sud. C’est d’ailleurs fort de ses résultats à ce poste que l’ambassadeur Pamphile Goutondji est promu en mai 2009 secrétaire général du Ministère des Affaires étrangères. Ministre plénipotentiaire hors classe, le nouvel ambassadeur du Bénin au Canada qui a dirigé plusieurs délégations béninoises à des rencontres de haut niveau, ce spécialiste en politique internationale, titulaire de plusieurs parchemins obtenus aussi bien au Bénin qu’au Nigeria, en Afrique du sud, en France, en Angleterre et qui enseigne depuis 2010 à l’Ecole nationale d’administration et de magistrature (ENAM) de l’Université d’Abomey-Calavi, est marié et parle couramment plusieurs langues dont le français, l’anglais, le russe, l’espagnol et l’allemand.

 

Moïse Tchando Kérékou nommé premier ambassadeur du Bénin près la Turquie

 

Moise Kérékou

Boni Yayi donne une chance à la jeunesse. Depuis le mercredi 19 décembre 2012, le nouvel ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire du Bénin près la République de Turquie a désormais pour nom Moïse Tchando Kérékou. « Aux âmes biens nées, la valeur n’attend point le nombre des années », dit-on. Cette assertion populaire acquiert tout son sens au regard du parcours du nouvel ambassadeur de 33 ans chargé d’oeuvrer à la bonne santé des relations de coopération entre le Bénin et la République deTurquie. En effet, après plusieurs initiatives destinées à favoriser le rapprochement des pays du Moyen et Proche Orient avec le Bénin à travers notamment des investissements économiques au cours de son séjour dans cette partie du monde de 1997 à 2007, Moïse Tchando Kérékou se voit récompenser par le Chef de l’Etat, Dr Boni Yayi pour son vif engagement en faveur du rayonnement de sa patrie sur l’échiquier international. La nomination de l’ancien conseiller à l’Autorité transitoire de régulation des postes et télécommunications (ATRPT) au poste stratégique d’Ambassadeur du Bénin en Turquie n’est pas le fruit du hasard, aux yeux des observateurs de la vie nationale. Pour ces derniers, en effet, elle est une consécration de l’engagement sans faille d’un digne fils du Bénin pour le rayonnement de son pays sur l’échiquier international. Ainsi, conformément à sa vision d’impulser un nouveau dynamisme à la diplomatie béninoise, Boni Yayi a fait l’option de saluer, à travers cette promotion, le profil d’acteur de développement de Moïse Tchando Kérékou. Ce choix est d’autant plus éclairé, aux yeux de nombre d’observateurs de la diplomatie béninoise, que le nouveau représentant du Bénin en Turquie est en terrain conquis pour la mobilisation des ressources en faveur du développement du Bénin. En effet, durant son séjour d’une dizaine d’années dans ce pays, il a réussi, par le biais d’initiatives personnelles, à susciter un vif engouement des opérateurs économiques des pays du Golfe tels que les Emirats Arabes Unies, l’Iran, la Syrie, la Lybie, la Jordanie, la Turquie pour le Bénin au point d’être coopté pour représenter nombre de firmes de ces pays. Par ailleurs, son impressionnant carnet d’adresses dans cette région du monde est doublé d’une bonne connaissance de la culture des peuples du Moyen Orient et plus particulièrement de la Turquie dont la position stratégique dans cette partie du globe en fait un pays courtisé. Il en est ainsi à cause, notamment, de la richesse de ce pays de 72,2 millions d’habitants classé 15ème puissance économique dans le monde, 1ère puissance économique du Moyen-Orient devant l’Iran et l’Arabie Saoudite et 6ème puissance économique de l’Union Européenne (UE), candidate à l’intégration au sein de cette organisation. La Turquie force le respect et l’admiration pour son modèle de développement. Dès lors, en décidant de placer sa confiance en Moïse Tchando Kérékou pour défendre les couleurs du Bénin dans ce pays, le Chef de l’Etat se résout à matérialiser la diplomatie de développement à travers la mobilisation des ressources.

 Un honneur pour la jeunesse béninoise

Président du Mouvement international de la jeunesse africaine (MIJA), Moïse Kérékou s’illustre depuis son retour au Bénin en 2007 sur l’échiquier médiatique comme un porte-flambeau de la jeunesse béninoise. En décidant de placer en lui sa confiance pour occuper le poste d’Ambassadeur du Bénin en Turquie, le Chef de l’Etat, Dr Boni Yayi témoigne à nouveau sa confiance dans les capacités de la jeunesse à apporter une contribution remarquable au développement du Bénin. Ainsi, à travers cette nomination qui consacre ce politologue comme le plus jeune des ambassadeurs du Bénin dans le monde, Boni Yayi renforce ses liens avec la couche juvénile dont l’implication dans la gestion des affaires publiques représente, depuis son avènement à la tête du Bénin, une de ses plus fermes promesses. Somme toute, la nomination de Moïse Kérékou honore la jeunesse béninoise et laisse entrevoir des perspectives heureuses pour la coopération entre le Bénin et la République de Turquie.

 

Qui est Moïse Tchando Kérékou ?

Le nouvel ambassadeur du Bénin en Turquie est une figure bien connue des populations béninoises. Fils de l’ancien président de la République du Bénin, Moïse Kérékou est nanti de nombreux diplômes dont une Maîtrise en Marketing et un diplôme de 3ème cycle en Sciences Politiques acquis aussi bien au Bénin, au Maroc, au Liban qu’aux Etats-Unis. Père de deux enfants, le président du Mouvement pour la relève (MPR) apparaît aux yeux de ses compatriotes comme un homme humblement et profondément ancré dans les préoccupations des siens puis habité de grandes visions pour son pays. Il est l’auteur de deux (02) ouvrages dont un qui traite de la politique africaine et de l’intégration africaine paru aux Editions « l’Harmattan » et membre de l’Autorité Transitoire de Régulation des Postes et Télécommunication.

 Dossier réalisé par Djibril BOUSSOU et WANDJI A.

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *