.
.

Le triomphe de la vérité

.

Mise en œuvre du Régime Assurance Maladie Universelle (RAMU):La ministre de la santé rassure sur la réalité de l’initiative


Le chef de l’Etat, Boni Yayi et la ministre de la santé, Dorothée A Gazard lors du lancement du RAMU en décembre dernier

Le 19 décembre dernier, le chef de l’Etat procédait au lancement du Régime Assurance Maladie Universelle (RAMU). Au moment de l’opérationnalisation de l’initiative, le professeur Dorothée A. Gazard rassure et apporte des réponses aux préoccupations des populations.

« Au cours de ce mois d’avril, des séances d’information seront organisées avec la société civile, les élus locaux et les médias. Des rencontres avec les prestataires de soins et les chargés de délivrance des médicaments auront également lieu. Parallèlement à tout ceci, il sera procédé à la finalisation des aspects biométriques pour la délivrance des cartes d’adhérent. Les premières souscriptions sont envisagées à la fin du mois d’Avril pour les groupes organisés et déjà prêts pour aller vers l’assurance ».

Ainsi s’est exprimée le professeur Dorothée K. Gazard lorsque la question ‘’A quand l’opérationnalisation du RAMU ?’’, lui a été posée. En effet, le 1er avril 2012 avait été retenu comme date butoir pour lancer la phase opérationnelle de l’initiative. A la date du 03 Avril 2012 beaucoup de langues se délient et de nombreuses questions jalonnent l’esprit des Béninois quant à la mise en œuvre effective de cette mesure sociale.

La ministre de la santé a tenu dans sa déclaration à inviter les populations au calme et à la patience car la mise en œuvre effective de cette initiative requiert la mise en place d’un certain nombre d’outils. Selon les explications du Professeur Dorothée K. Gazard, toutes les dispositions sont prises afin de faire de cette mesure une réalité. Ainsi, le Régime Assurance Maladie Universelle (RAMU) rentrera dans sa phase opérationnelle avec l’ouverture aux prestataires des droits de souscription.

Pourquoi le RAMU ?

Selon la ministre de la santé, au Bénin, la couverture en infrastructures sanitaires s’est améliorée depuis une dizaine d’années, dépassant le taux de 80% et malgré cette amélioration, la moyenne de fréquentation des centres de santé n’est que de 36%. « Une telle désaffection s’explique par les limites du mode de financement actuel du système de santé du pays » a expliqué la ministre qui a invité les uns et les autres à adhérer à cette ambition.

 A l’en croire, aucun des dispositifs de protection sociale disponibles au Bénin ne parvient à offrir une couverture efficace du risque maladie à la majorité des populations. Il en résulte que l’accessibilité financière des populations aux soins de santé de qualité reste un défi majeur dans la mesure où, faute d’une couverture efficace du risque maladie, les populations continuent de payer un lourd tribut au financement du système de santé.

 Selon la ministre, 52% des dépenses nationales de santé sont supportées par les ménages et 76% de ces dépenses sont consacrées aux produits pharmaceutiques et autres biens médicaux. Il pèse donc sur les populations béninoises, une menace sanitaire globale à laquelle il est indispensable d’apporter une réponse globale.

Ce qu’il faut savoir du RAMU et comment en être bénéficiaire

Dispositif assurantiel et système de couverture sociale maladie, le Régime d’Assurance Maladie Universelle (RAMU) est destiné à protéger l’ensemble des couches sociales contre les conséquences financières du risque maladie. Le Ramu est un système de «tiers payants par cotisation » qui intègre l’ensemble des couches sociales du pays. Cette initiative du Gouvernement du Bénin, vise à améliorer l’accessibilité financière des populations à des soins de santé de qualité.

« Dès son application effectif en avril, le régime d’assurance maladie universelle prendra en compte tous les travailleurs du secteur structuré de l’économie (agents permanents de l’Etat et travailleurs du secteur privé formel), avant de s’étendre progressivement aux autres couches sociales au fur et à mesure de l’avancée des réformes à effectuer pour les y intégrer », a laissé entendre le professeur Dorothée A. Gazard. Rappelons au passage que le Ramu permettra la prise en charge des frais de consultation, de soins d’hospitalisation, les frais de médicaments, de consommables médicaux et de produits sanguins labiles, les frais des examens et de laboratoire et de radiologie, les frais de vaccins obligatoires, à l’exception de ceux couverts par les programmes de gratuité, les frais d’appareillage, les frais de transport des malades d’une formation sanitaire à une autre, les frais de prestations liés à l’état de grossesse et à l’accouchement à l’exception des actes pris en charge par les mécanismes de gratuité.

« Aucun béninois ou béninoise ne sera laissé en marge de cette initiative. J’exhorte les uns et les autres à respecter les prescriptions et consignes qui seront donnés par les acteurs du système sanitaire à travers les médias et au cours des séances de sensibilisation qui vont bientôt démarrer dans les différentes localités », a martelé la ministre.

Flore S. NOBIME

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *