.
.

Le triomphe de la vérité

.

Claude Djankaki, expert en questions de décentralisation: « Le découpage territorial doit se faire avec l’implication des chefferies traditionnelles »


Candidat malheureux du G13 au poste de conseiller dans la commune d’Abomey-Calavi, l’expert en questions de décentralisation Claude Djankaki était hier invité sur Canal 3 à se prononcer sur le processus de découpage électoral en cours et l’organisation des élections dans notre pays.
Selon le spécialiste en questions de décentralisation, Claude Djankaki « le processus de découpage territorial initié par le gouvernement doit se faire en tenant compte des valeurs historiques, sociologiques et culturelles pour connaître un aboutissement heureux ». Ainsi, pour cet observateur averti de la vie politique nationale et acteur majeur du processus de conception et d’introduction de la décentralisation au Bénin, la désignation des chefs lieux de départements intervenue la semaine dernière avec comme point d’orgue le soulèvement des populations de certaines localités, ne pourra se faire avec succès qu’en tenant compte des réalités locales et historiques en sus des critères lié au statut actuel de chef lieu de département, des poids économique et démographique ; de la présence d’infrastructures judiciaires et socio- communautaires, de concentration de services et structures publics de la position géographique de la localité par rapport au centre du département et traditions historiques édictés par l’Assemblée Nationale à travers la loi du15 janvier 1999 portant organisation de l’administration territoriale en République du Bénin. De ce fait, il insiste sur l’implication des chefferies traditionnelles dans ledit processus. Appréciant les manifestations de colère des populations de Dassa-Zoumé, Savè et Bantè, le spécialiste Claude Djankaki estime qu’elles se fondent sur des aspects historiques de la cohabitation de ces dernières dont il convient nécessairement d’intégrer dans les approches de solutions aux diverses problématiques du découpage électoral.

Au sujet des élections communales et locales à Godomey
Candidat malheureux de la coalition G13 aux dernières joutes électorales à Godomey dans le plus grand arrondissement du Bénin malgré la faveur des pronostics, l’ancien conseiller d’Abomey-Calavi, Claude Djankaki s’en prend au mode de scrutin et à la qualité de l’électorat chargé de désigner les élus locaux. Dans cette perspective, il indique que la reforme du système électoral ne se fera pas uniquement par la mise en place de la Liste Electorale Permanente Informatisée (Lepi). « La Lepi ne sera pas une panacée », signale Djankaki qui invite à ne pas s’illusionner au sujet de la performance de l’informatisation du fichier électoral dont les limites ont d’ailleurs été perceptibles dans certaines vieilles démocraties telles que les Etats-Unis d’Amérique. Expliquant son échec en tant que tête d’affiche du G13 à Godomey lors des dernières élections, il dira qu’il incombe au mode de scrutin qui favorise selon lui « les partis et non les candidats en compétition ». A titre illustratif, il dira que malgré son rang de troisième formation politique de la commune d’Abomey-Calavi grce à l’obtention de 18.000 voix par sa coalition lors de ces élections, un seul siège de conseiller lui a été attribué contre 2 sièges à la formation de l’Alliance Reveil venueRdc Mifon qui recueille moins de voix que le G13 et vient au quatrième rang. A la lumière de cette situation, il préconise au gouvernement de remettre en cause ce mode de scrutin qui ne permet pas aux candidats les plus aptes à Å“uvrer pour le rayonnement de leur localité, de se faire élire. Il en va de même de l’électorat qui se compose, à en croire Claude Djankaki, de personnes peu imprégnées des enjeux des élections et de la décentralisation dans le processus de développement du pays. Ainsi, l’extension du vote à toutes les couches de la population sans restriction lui fait dire que « Ce sont des prisonniers qui désignent leurs gardiens ». C’est pour rompre avec cet état de fait que, dira t-il, «Il est indispensable d’agir sur la qualité de l’électorat », avant de préciser que, sans vouloir favoriser l’exclusion d’une partie de la population, il souhaite voir les électeurs faire des choix conséquents pour l’avenir de leur localité et par ricochet susceptibles de renforcer l’édifice démocratique du Bénin.
Jean-Claude D. DOSSA

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *