.
.

Le triomphe de la vérité

.

Dr Ali Imorou Bah Chabi, Secrétaire général du ministère de la santé: «Toutes les mesures possibles sont sur la table et seront prises en temps opportun »


Dr Ali Imorou Bah Chabi

Invité de l’émission «Zone Franche » de Canal 3 ce dimanche 22 mars 2020, le Dr Ali Imorou Bah Chabi, Secrétaire général du ministère de la santé, a apporté des clarifications au sujet de certaines mesures revendiquées par des Béninois depuis peu contre le coronavirus, mais qui ne sont pas encore prises par le gouvernement. Au nombre de celles-ci, la demande incessante de fermeture des écoles, collèges, lycées et universités, comme ce fut déjà le cas dans plusieurs pays de la sous-région et ailleurs dans le monde. « Quand on fait face à une épidémie, il y a des mesures importantes à observer dont celle de proportionnalité. On évolue au fur et à mesure que le mal persiste. Le gouvernement n’a pas pris certaines mesures parce qu’elles ne sont pas encore opportunes. Les mesures ont été prises en tenant compte de notre contexte. L’école joue un rôle d’éducation et de garde des enfants. Supposons qu’on ferme les écoles, les enfants seraient à la maison ou dans la rue dans certains cas, mais l’on ne sait pas ce qu’ils seraient en train de faire et rien ne prouve qu’ils ne s’exposent pas aux mêmes risques. ». Il s’en est suffisamment défendu sur la question, rassurant que même si les écoles sont encore ouvertes, le gouvernement a déjà suffisamment instruit les responsables pour installer des dispositifs de lavage systématique des mains de tous les apprenants à l’entrée de chaque classe. « Toutes les mesures possibles sont sur la table et seront prises en temps opportun » a souligné Dr Ali Imorou Bah Chabi, ajoutant : «Comparaison n’est pas raison. Il n’est pas nécessaire de faire comme les autres »
L’invité de Canal 3 a tenu à préciser par ailleurs que les deux cas d’infection à coronavirus enregistrés au Bénin sont des cas importés, de sorte que le gouvernement est en train de prendre des mesures fortes contre l’importation du virus, avec un dispositif impressionnant de contrôle au niveau de l’aéroport international Bernardin Gantin de Cadjèhoun. « Le Bénin a pris la décision de laisser certains vols venir sur son territoire mais a astreint tous les passagers de ces vols à la mise en quarantaine obligatoire » a-t-il indiqué. Depuis environ un mois et demi, 250 vols ont subi ce contrôle au niveau de tous les passagers.
Dans les 34 zones sanitaires du Bénin, à le croire, aussi des équipes d’intervention rapides ont été mises sur pied. 8 équipes ont été lancées à l’assaut du premier cas enregistré et de tous ses contacts. 42 personnes ont été mises en quarantaine et sont suivies actuellement, mais n’ont développé aucun signe. Les personnes en contact avec le second cas aussi ont été également mises en auto isolement et n’ont rien développé à ce jour, selon toujours l’invité de Canal 3. «Nous souhaitons surtout que la population nous accompagne et nous informe. L’ensemble du peuple béninois doit se lever comme un seul homme pour appliquer convenablement les 11 mesures par le gouvernement. Si j’ai mon appendice, c’est mon problème, mais si j’ai mon Covid 19, ce n’est pas que mon problème, c’est le problème de mon voisin, de mon quartier de tout mon pays » a-t-il laissé entendre. Il se réjouit aussi de ce que le gouvernement soit aux petits soins pour s’assurer que le ministère de la santé ne manque rien pour faire face à ce virus. Un comité interministériel a été mis en place et se réunit au moins une fois par jour.
Dr Ali Imorou Bah Chabi a également insisté sur le fait que le coronavirus demeure une maladie très contagieuse qui se répand très rapidement. Elle se transmet surtout par des gouttelettes respiratoires et aussi par voies mano – portées, c’est-à-dire par la main. Les moyens de prévention sont de deux ordres : les mesures de barrière (tout ce qui peut mettre la barrière entre une personne et le microbe, comme le lavage des mains à l’eau et au savon (le faire plusieurs fois dans la journée). Il conseille ici vivement de tousser dans le creux de son coude. Il y a ensuite des méthodes de distanciation : être à plus d’un mètre l’un de l’autre. « Je rends hommage à tous les agents qui sont sur le terrain et qui se battent au jour le jour contre cette maladie, qui vont vers les personnes mises en quarantaine. Ils ont des équipements adéquats et nous prenons toutes les mesures pour les protéger suffisamment » a fait savoir Dr Ali Imorou Bah Chabi.

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *