.
.

Le triomphe de la vérité

.

Révision de la Constitution: Paul Hounkpè, Augustin Ahouanvoébla et Joël Atayi-Guèdègbé décryptent le nouveau texte


La création d’un poste de vice-président de la République, l’organisation des élections générales à compter de 2026, le système de parrainage des candidats à la présidentielle et les mandats des députés, sont les quatre aspects de la Constitution révisée,qui ont fait objet de débat sur l’émission 90 minutes pour convaincre de la Radio Nationale, ce dimanche 10 novembre 2019. Etaient en studio pour débattre le sujet, le Secrétaire exécutif national du parti Fcbe, Paul Hounkpè, l’He Augustin Ahouanvoébla du parti Union Progressiste et l’acteur de la société civile, Joël Atayi-Guègègbé. D’entrée tous les trois invités ont exprimé leur satisfaction quant à la prise d’une loi d’amnistie qui a abouti à la mise en liberté de 63 détenus qui se seraient impliqués dans les violences des mois de mai et juin 2019, notamment le Sen Paul Hounkpè qui a martelé que la mise en liberté de ces détenus est une exigence des Fcbe lors du dialogue politique. « Je ne peux que me réjouir, car la plupart de ceux qui ont été libérés sont des militants Fcbe », a-t-il laissé entendre. Néanmoins, l’acteur de la société civile a souligné qu’il serait intéressant qu’on travaille à trouver la vérité et situer les responsabilités pour prendre des résolutions afin de ne plus jamais assister à ces situations. Quant à l’institution d’un poste de vice-président de la République, le Sen Paul Hounkpè a indiqué que la question des élections générales a été abordée au cours du dialogue politique. Par contre, celle relative à la création d’un poste de vice-président n’a jamais été débattue lors des assises, soulignant ainsi qu’il s’agit d’une mesure prise de façon unilatérale par la mouvance. A le croire, lors des débats de ce dialogue, le parti Fcbe a proposé de détacher l’élection présidentielle des autres élections. « La création de ce poste ne peut pas être mise sur le compte du dialogue politique, car nous n’en avons jamais discuté », a martelé Paul Hounkpè. De son côté, l’He Augustin Ahouanvoébla a rassuré que les dispositions de l’article 44 nouveau fixant les conditions de candidature au poste de Président de la République, sont de nature à dissiper toutes les craintes liées à l’éternisation d’un président au pouvoir. Mais il n’est pas parvenu à convaincre Paul Hounkpè qui précise dans son intervention que la Constitution est très précieuse pour être modifiée par 83 députés sur 83, tous appartenant à la mouvance présidentielle. Sur le système de parrainage des candidats à la présidentielle, l’He Ahouanvoébla a d’abord rappelé que depuis l’avènement du renouveau démocratique, aucun président de la République n’est l’émanation des partis politiques. Ce qui l’amène parfois à gouverner sans penser au lendemain. « S’il est dans l’action partisane, il ne peut pas conduire le pays dans le gouffre », a-t-il soutenu, avant d’indiquer que la mise en application de cette mesure va amener à la réduction du nombre de candidatures à la présidentielle. Même si Joël Atayi-Guèdègbé reconnait la pertinence de l’objectif visé dans ce sens, il a toutefois plaidé pour qu’il y ait une diversité des acteurs politiques ou structures devant porter les candidats. Mais la composition de l’actuel parlement ne rassure pas le Sen Paul Hounkpè afin que la mesure soit mise en application. « Le parlement monocolore en place pose problème. Il faut que les députés acceptent que leur mandat soit écourté en 2020 ou 2021 ». Ce faisant, Paul Hounkpè estime que tout le monde sera au même pied d’égalité.Selon les explications du député du parti UP, Augustin Ahouanvoébla, une plénière sera ouverte à l’Assemblée nationale cette semaine pour modifier le Code électoral. Ce sera l’occasion pour le parlement de mener les réflexions sur les modalités de parrainage des candidats.

Laurent D. Kossouho

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *