.
.

Le triomphe de la vérité

.

Résultats satisfaisants des examens de fin d’année: La preuve que l’école béninoise retrouve ses lettres de noblesse grâce aux réformes


Le Président Patrice Talon

Les différents résultats de fin d’année dans le secteur scolaire ont livré chacun, leur verdict sur une note de satisfaction de tous les acteurs de ce secteur sensible. En effet, le Certificat d’Etudes primaires (Cep) a donné 84,18% contre 64,44% l’année dernière, le Brevet d’Etudes du Premier Cycle(BEPC) a tonné 56,72% contre 28,63% l’année dernière et le Baccalauréat a, quant à lui, affiché un taux de réussite de 50,10% contre 33,43% l’année dernière. Ces statistiques montrent que ces taux sont tous en augmentation par rapport à ceux de l’année dernière. Une bonne performance de l’école béninoise qui s’explique sans doute par le bon déroulement de l’année scolaire. En effet, l’année scolaire 2018-2019 qui vient de s’achever,s’est déroulée sans des mouvements de grèves, ni toutes autres formes de perturbations. Selon plusieurs acteurs du système éducatif, cette année apaisée découle des réformes opérées par le Gouvernement dans le secteur et des bons rapports entre le Gouvernement et les partenaires sociaux, ainsi que la qualité des enseignements dispensés qui ont rehaussé le niveau des apprenants, notamment celui des candidats aux divers examens.La réforme la plus majeure est la loi votée par les députés de la 7è législature et qui encadre les grèves en République du Bénin. La mise en application de cette mesure a permis d’avoir une année sans des mouvements de débrayage. Ainsi, les cours se sont bien déroulés et les enseignants du public ont pu achever les programmes à temps, afin de permettre aux candidats de disposer du temps pour réviser les différentes notions qu’ils ont reçues tout au long de l’année scolaire. A cela s’ajoute la franchise constatée dans les négociations entre le gouvernement et les partenaires sociaux. En effet, le gouvernement en place, dans sa stratégie d’anticiper sur les revendications des enseignants, arrive, sans tambour ni trompette, à satisfaire les revendications les plus urgentes des enseignants. Il convient de noter que l’amélioration des conditions de vie des apprenants à travers la dotation des écoles en cantines scolaires a impacté positivement le degré de productivité de ces derniers. En effet, ce projet bien suivi a permis aux enfants des zones les plus reculées d’être bien nourris afin que leur rendement puisse refléter la qualité des enseignements qu’ils ont reçus. Cette année, le Baccalauréat a affiché un taux jamais atteint depuis 1973. Avec ce nouvel élan d’engagement des enseignants, des syndicats et du gouvernement, le Bénin retrouvera ses lettres de noblesse et sera, à nouveau, une référence en matière d’éducation et de formation.

Laurent D. KOSSOUHO

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *