.
.

Le triomphe de la vérité

.

Alerte maximale: La dengue menace le Bénin


Quelques semaines seulement après la déclaration officielle de la fin de l’épidémie de la fièvre hémorragique à virus Lassa qui a sévi de décembre 2018 à mars 2019, le Bénin est en proie à une autre menace, celle de la dengue. Le 7 juin dernier, le ministre de la Santé, Benjamin Hounkpatin, a rendu public un communiqué pour alerter les populations sur l’apparition de cette maladie au Bénin. « Chères populations, la dengue est une maladie qui sévit chez nous. Elle est dangereuse et tue très rapidement lorsqu’on prend certains médicaments, notamment des anti-inflammatoires non stéroïdiens tels que l’aspirine, l’ibuprofène, le diclofénac…», avertit le ministre. Benjamin Hounkpatin dans le communiqué, a appelé les populations à se rendre immédiatement dans le centre de santé le plus proche face à une fièvre suivie de courbatures, maux de tête ou de ventre, vomissements simples ou avec du sang, douleurs articulaires, fatigue…. Les populations sont aussi exhortées à assainir leur cadre de vie, à dormir sous moustiquaire imprégnée ou encore à utiliser les crèmes répulsives contre les moustiques.
Sur son site www.who.int , l’Organisation mondiale de la Santé (Oms) définit la dengue comme une infection virale transmise par les moustiques. Selon l’Oms, « Le virus se transmet à l’homme par la piqûre des femelles infectées de moustiques, principalement de l’espèce Aedesaegypti, mais aussi dans une moindre mesure d’Aedesalbopictus. Ce vecteur transmet également les virus du chikungunya, de la fièvre jaune et de Zika.Le moustique Aedesaegypti est le principal vecteur de la dengue. Il vit en milieu urbain et se reproduit principalement dans des conteneurs produits par l’homme. Contrairement à d’autres moustiques, il se nourrit le jour, avec un pic d’activité tôt le matin et le soir avant le crépuscule. Pendant chaque période où elle se nourrit, la femelle pique de multiples personnes. Le virus se transmet à l’homme par la piqûre des femelles infectées. Après une incubation de 4 à 10 jours, un moustique infecté peut transmettre le virus tout le reste de sa vie. On suspectera la dengue en présence d’une forte fièvre (40°C), accompagnée de 2 des symptômes suivants: céphalées sévères, douleurs rétro-orbitaires, musculaires, articulaires, nausées, vomissements, adénopathie ou éruption cutanée. Les symptômes perdurent en général de 2 à 7 jours et apparaissent à la suite d’une période d’incubation de 4 à 10 jours après la piqûre d’un moustique infecté.L’être humain infecté, manifestant ou pas des symptômes, est le principal porteur du virus; il permet sa prolifération et sert de source de contamination pour les moustiques qui ne sont pas encore infectés. Les sujets infectés par le virus de la dengue peuvent transmettre l’infection (pendant 4 à 5 jours et au maximum 12 jours) par l’intermédiaire des moustiques du genre Aedes après l’apparition des premiers symptômes. Selon l’Oms, il n’existe pas de traitement spécifique pour la dengue, mais la détection précoce et l’accès à des soins médicaux adaptés permettent de ramener les taux de mortalité en dessous de 1%. La prévention et la maîtrise de la dengue reposent sur des mesures efficaces de lutte antivectorielle. Actuellement, la seule méthode pour prévenir ou combattre la transmission du virus consiste à : éviter l’accès des moustiques aux gîtes larvaires par une gestion et une modification de l’environnement;éliminer correctement les déchets solides et enlever les habitats créés par l’homme;couvrir, vider et nettoyer toutes les semaines les conteneurs pour la conservation de l’eau domestique;épandre des insecticides adaptés sur les conteneurs pour la conservation de l’eau à l’extérieur;prendre des mesures de protection des personnes et du foyer par la pose de moustiquaires aux fenêtres, le port de vêtements à manches longues, l’utilisation de matériels imprégnés d’insecticide, de spirales et de pulvérisateurs;améliorer la participation et la mobilisation des communautés pour une lutte antivectorielle durable, etc. Dans la sous-région, la Côte d’Ivoire fait face actuellement à une épidémie de dengue. A la date du 31 mi 2019, 130 cas étaient enregistrés.

Flore S. NOBIME

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *