.
.

Le triomphe de la vérité

.

Claude Azalou-Tingbé, initiateur de « Jeunesse Excellente du Bénin (JEB) »: «Ce projet permettra de respecter le code de bonne citoyenneté »


L’événement Précis : Bonjour et merci de vous présenter à nos lecteurs

Claude Azalou-Tingbé : Je suis Claude Azalou-Tingbé, Doctorant à l’Université d’Abomey-calavi, précisément à la FAST en co-direction avec la FSA. Je suis également socio-anthropologue, agronome forestier et bio-technologiste végétal.

Vous êtes l’initiateur de JEB . Que peut-on comprendre de ce projet ?
La Jeune Excellente du Bénin (JEB) est une initiative citoyenne qui vise à éduquer la population béninoise sur l’éthique, la morale, le civisme, la bonne citoyenneté, les droits de l’enfant et de la femme, la lutte contre les violences basées sur le genre, l’approche équité-genre dans la société, le respect de la personne humaine, le respect du bien public, l’apprentissage de la langue anglaise et sur biens d’autres sujets indispensables au développement humain et social d’une nation. Afin d’atteindre une grande masse, nous organisons une compétition de football, parce que nous avons compris que la population béninoise aime le football et se mobilise très facilement autour de cette passion.

Quelles sont les raisons ayant motivé la mise sur pied d’un tel projet ?
Les raisons qui nous ont motivés sont multiples. D’abord, il y a la pollution de l’environnement. Nous remarquons que la population néglige l’environnement. Ce qui fait qu’aujourd’hui on a beaucoup de pollution sonore, atmosphérique et halieutique. Deuxièmement, nous avons constaté dans la société, le non-respect de la personne humaine et cette situation se traduit par le fait que certains citoyens manquent de respect aux personnes âgées, handicapées ou vulnérables. Troisièmement, il y a le non-respect du bien public par certains citoyens. Or la Constitution nous enseigne que le bien public est sacré et inviolable. Donc, cet état de chose n’est pas du tout élégant pour notre société. Nous espérons qu’à travers ce projet, nous allons amener les citoyens à cultiver un plus grand respect vis-à-vis du bien public. La quatrième raison, ce sont les violences basées sur le genre, c’est-à-dire dans la perspective de lutter contre les violences basées sur le genre. Et là, il y a les violences sur les femmes, mais aussi les violences sur les hommes qui ne sont pas prépondérantes. Ensuite, il y a aussi le non-respect des droits de l’enfant par certains citoyens. Les enfants sont souvent maltraités dans nos sociétés par des gens qui ne savent pas peut-être ceux à quoi ils ont droit. Nous avons aussi la délinquance juvénile qui prend de l’ampleur surtout dans nos quartiers où il y a une grande délinquance qui s’accroît de plus en plus, ainsi que la faible représentativité des femmes dans les instances de prise de décisions, dans les postes de responsabilité à divers niveaux, que ça soit à l’échelle villageoise, locale, communale et nationale. Enfin, il y a la faible proportion de la population béninoise à comprendre et à parler la langue anglaise qui est devenue incontournable dans tous les domaines d’activités. Nous devons maîtriser l’anglais si nous voulons révéler le Bénin sur l’échiquier international.

Parlez-nous alors des résultats escomptés dans le cadre de ce projet.
Les résultats escomptés sont multiples. Nous espérons que ce projet puisse permettre aux populations de respecter davantage le bien public, la personne humaine, les droits de l’enfant et de la femme, et de respecter et protéger l’environnement dans lequel nous vivons. Nous espérons aussi que ce projet puisse permettre aux populations à cultiver l’amour de la langue anglaise, la maîtriser, la comprendre afin de la parler couramment. Enfin, nous espérons que ce projet puisse permettre à la jeunesse béninoise de s’épanouir à travers des activités saines que nous organisons pendant la période des vacances pour que les jeunes ne se livrent pas à la délinquance ou à des activités contraires aux règles de l’éthique et de la morale.

Quelles sont les activités phares entrant dans le cadre de cette première édition de la JEB ?
Nous avons des activités de communications axées sur l’éducation morale et citoyenne qui se dérouleront à chaque journée footballistique. En plus, il y aura des conférences-débats sur l’éducation morale et citoyenne où les parents, les jeunes, les enfants, les femmes et les hommes pourront s’exprimer, donner leurs différents points de vue par rapport à l’amélioration de l’éducation de la jeunesse béninoise. Il y aura aussi des cours d’apprentissage de la langue anglaise. Et à ce niveau, nous avons déjà beaucoup de matériels qui vont nous aider : les supports audio etc. Aussi avons-nous déjà contacté les coaches qui vont exécuter cette activité. Nous avons aussi prévu des prestations artistiques et culturelles, et enfin, le tournoi de football qui sera organisé sur le terrain de football de Gbègnigan ( appelé par les riverains «stade sous les pylônes de Gbègnigan») situé à Togoudo, dans l’arrondissement de Godomey à Abomey-Calavi.

Un projet de cette envergure nécessite des moyens. Où en êtes-vous avec les préparatifs ?
Effectivement, il faut beaucoup de moyens. Pour le moment, il faut dire qu’on n’en a très peu ou on n’en a pas carrément. Ce que nous avons pu faire jusqu’ici, c’est de garantir déjà des T-shirts pour l’événement. Nous avons déjà contacté les orateurs pour l’animation des communications citoyennes et les conférences-débats, ainsi que les coaches qui vont s’occuper des formations en anglais au profit des participants. Ceux qui feront les prestations artistiques et culturelles à savoir, les groupes de théâtre, les interprètes, les humoristes, les chorégraphes et les artistes, sont tous contactés déjà. Il en est de même pour les équipes de football dont l’enregistrement continue jusqu’au 16 juin prochain. Il faut signaler que beaucoup d’équipes ont déjà confirmé leur présence. Nous avons envoyé aussi des demandes d’appui à plusieurs personnes, institutions, ONG, fondations afin qu’ils nous aident pour la réussite de l’événement. Par ailleurs, une demande de couverture sécuritaire a été envoyée au commissariat de Godomey afin d’implorer leur aide pour garantir la sécurité des personnes et des biens pendant l’événement.

Quel est votre appel à l’endroit des citoyens et des gouvernants ?
A l’endroit des citoyens, je leur demande de sortir massivement pour participer à ces activités d’éducation morale et citoyenne et aux activités culturelles et sportives. Cela va leur permettre d’améliorer leur qualité humaine et sociale, et aussi de s’épanouir. Car c’est la période des vacances. Donc, tous les parents, jeunes, enfants y sont invités. A l’endroit des gouvernants, je leur demande de nous aider à réaliser ce projet, puisque sans eux, on ne peut rien faire. Cette activité étant très importante pour le développement du Bénin, nous invitons les gouvernants à nous appuyer. Nous estimons que ce projet est très important pour la facilitation de leurs activités pour développer et révéler notre pays, le Bénin à l’échelle nationale et internationale. Nous les prions donc de nous accompagner afin d’améliorer davantage la qualité humaine et sociale des Béninois. Pour finir, nous demandons aux autorités ou toute autre personne qui aimerait accompagner cette initiative de nous joindre au 62 82 29 80 ou via le mail : azaloutingbenondegnisseclaude@yahoo.com

Propos recueillis par
Laurent D. KOSSOUHO (coll.)

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *