.
.

Le triomphe de la vérité

.

Audience à l’ambassade du Japon: Kiyofumi Konishi reçoit l’artiste musicien Charlécio de Souza


Charlécio de Souza présentant la compilation des photos de son séjour à l’ambassadeur Kiyofumi Konishi

De retour du Japon où il a fait découvrir au peuple nippon les merveilles de la musique béninoise, le jeune musicien et professeur au Centre international d’art et de musique de Ouidah, Charlécio de Souza, a été reçu, le vendredi 22 mars, par l’ambassadeur du Japon près le Bénin, Kiyofumi Konishi. Occasion pour l’artiste de présenter au diplomate japonais, les activités menées au pays du Soleil-Levant et d’exposer ses perspectives pour un meilleur brassage de la musique bénino-nipponne.

Guitare au dos et compilation des photos prises au Japon en main, Charlécio de Souza s’est dit très heureux du séjour passé au Japon. Il a bénéficié d’une bourse de voyage à Satté, la ville japonaise destinée à accueillir la délégation béninoise lors des Jeux olympiques de Tokyo 2020. « C’est une très belle ville qui respire la vie, la charité et l’humilité », a-t-il laissé entendre avant de décrire un séjour musical riche en enseignements, en découvertes et en partage avec le peuple nippon. « J’ai appris aux enfants d’une école de Satté le rythme tchinkoumè ainsi que le zinli. Nous avons ensuite chanté et dansé au son de ces deux rythmes musicaux au cours d’un mini-concert qui a connu la présence des autorités de la ville, ainsi que des parents d’élèves. J’ai aussi eu l’occasion d’apprendre un rythme japonais », a poursuivi le jeune musicien. L’expérience musicale s’est poursuivie avec une troupe musicale, à Tokyo, au sein de laquelle le musicien a pu davantage s’accorder avec la musique japonaise. C’était à l’occasion du Sommet des villes hôtes des Jeux olympiques de Tokyo 2020. Charlécio de Souza s’est notamment réjoui de la similitude des musiques béninoise et japonaise, de l’esprit d’écoute et d’ouverture du peuple nippon, ainsi que de l’intérêt qu’ils accordent à leur tradition. Des remarques que le jeune musicien pense conserver et inculquer à ses apprenants, et dont il s’inspire pour redonner un autre sens à la musique béninoise. « Après mon séjour et les expériences vécues au Japon sur le plan culturel, je pense bien créer un rythme à partir de la fusion des deux musiques, et le faire découvrir aux publics béninois et japonais. Les deux peuples sont très ouverts et nous avons beaucoup en commun sur les plans culturel et cultuel », a-t-il confié. Une appréciation saluée par l’ambassadeur Kiyofumi Konishi. Il faut noter que Charlécio de Souza était au Japon avec une représentante du sport béninois, la championne d’Afrique de Karaté-do, Océanne Ganiero dont le séjour a été marqué par plusieurs activités notamment, la présentation du sport béninois, un stage en Karaté-do, et une séance d’échange de bowling japonais.

Rastel DAN

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *