.
.

Le triomphe de la vérité

.

Me Olga Anassidé, à propos du verdict Icc-Services: « Il faut rendre hommage à la Criet »


Avocate de la partie civile, constituée pour le compte de l’Etat dans l’affaire Icc-Services, Me Olga Anassidé salue la rigueur et le courage avec lesquels, les juges de la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet) ont conduit le procès Icc – Services, jusqu’à la tombée du verdict dans la nuit du mercredi 06 février dernier. «Il faut rendre hommage à cette juridiction jeune, mais courageuse » a-t-elle affirmé sur l’émission « Zone Franche » de Canal 3 Bénin de ce dimanche, dont elle était l’invitée. «L’affaire Icc-Services a achevé de convaincre qu’à la Criet, on rend justice, on dit le droit. Cette juridiction a relevé ce défi là où des juridictions ordinaires ont échoué deux fois » a-t-elle fait observer, rappelant que cette même affaire a déjà fait l’objet de deux sessions antérieures sans avoir été dénouée.

« Icc-Services a été un très grand procès, non seulement pour le nombre de personnes qu’il a impacté, mais aussi pour sa durée, 32 jours d’affilée » a également fait constater Me Olga Anassidé qui avoue avoir pris part à l’un des premiers grands procès de sa carrière d’avocate qui ferme ses 10 ans cette semaine. « Aucune frange de notre société et aucune catégorie sociale n’est restée en marge. La Criet a rendu une décision que je qualifierai d’une délivrance pour le peuple, car Icc-Services a occasionné des décès, des pertes énormes de biens, des traumatismes et autres dégâts dans la vie des Béninois » a déclaré l’avocate.

Comme enseignements à tirer de ce procès, elle appelle les Béninois à revenir aux fondamentaux car, pour elle, « seul le travail libère ». Elle estime aussi qu’à l’issue de ce procès, «les fonctions politiques ou administratives les plus élevées ne seront plus des remparts pour des forfaits qui resteront impunis ». Me Olga Anassidé a souhaité que les personnalités politiques citées dans cette affaire pour des actes qu’elles ont posés, soient effectivement interpellées par les juridictions appropriées, notamment la Haute cour de justice. « Dans cette affaire, le plus grand jugement est le doigt accusateur que les déposants ont porté sur des autorités fautives, et cela ne peut être passé sous silence» a-t-elle dit. L’invitée de Canal 3 n’a pas manqué de préciser aussi, qu’en dehors des victimes nommément citées dans la décision de la Cour pour être remboursées, toutes les autres qui restent seront également prises encore si leur dossier est certifié par un juge compétent.

Christian TCHANOU

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *