.
.

Le triomphe de la vérité

.

13ème chronique du psychologue sur l’école de la sexualité: Boris Sagbo aide les parents à repérer les troubles du comportement sexuel chez les enfants


Le psychothérapeute Boris Sagbo, animateur de votre chronique « L’éducation sexuelle »vient, dans cette édition, au secours des parents face à certains comportements de leurs enfants. A la lumière de Johnson et Gil, Boris Sagbofait un classement de comportements sexuels d’enfants nécessitant l’urgence, pour les parents, de se faire aider par un spécialiste.

 

Par quelles caractéristiques nous, parents, allons-nous repérer les troubles du comportement sexuel chez nos enfants pour vite exprimer notre demande d’aide ?

La première information que nous tenons à donner concerne la disponibilité et la vigilance des parents et éducateurs que nous sommes. Nous avons à plusieurs occasions observé des parents, qui entièrement, se donnent du temps pour réparer et protéger leurs motos, voitures, maisons ou pour construire une image professionnelle d’excellence ou encore pour se faire de la fortune pendant qu’à côté, leurs enfants ne bénéficient que d’une petite série de minutes soit d’affection chétive, soit de rigueur angoissante, ou d’une présence silencieuse de leur part. Ces enfants passent plus de moments seuls dans légions de comportements sans normes et cadres. Quelqu’un a dit qu’il est plus fréquent aujourd’hui de voir des enfants-moutons sans bergers en déambulation, tandis que ces bergers-parents se donnent de vaines gloires dans les débris de ferrailles modelées, c’est-à-dire le matériel. Entre un enfant et un bien en tant qu’objet, lequel est sacré et plus important ? A notre siècle, un mal est mis en valeur : au moment où nous accédons à une connaissance plus complète de l’enfant pour davantage y prendre soin, les personnes responsables de ce soin sont de plus en plus incitées à sacrifier leur temps pour une vaine réalisation de soi qui passe par l’acquisition d’un statut d’émancipé.  Une véritable question se pose : comment concilier ces pôles ? En effet, dans l’incapacité de poursuivre ces deux objectifs simultanément, la société prend parti pour la réalisation de soi. Alors, comment pourra-t-elle sauver l’enfance ?  Heureusement, quelques-uns en prennent conscience pour constituer des institutions d’enfants, une approche moins efficace sans valeurs et figure parentale de qualité. A quoi appelons-nous dans ces lignes ? A la connaissance de la valeur de l’enfant et de l’enfance telle que la société insciemment fait présente pour que chaque parent puisse se mirer, se remettre en cause pour enfin reconstruire celle de « sacré, d’important plus que tout autre bien » de l’enfant et de l’enfance.

Ainsi, les parents consacreront du temps et de l’affection au service de leurs enfants car, servir l’enfant et l’enfance vaut mille fois que servir le roi. De ce fait, ils pourront reconnaître ce qui ressort du normal et du pathologique dans le comportement sexuel des enfants. Nous nous inspirons des travaux de Johnson et Gil dans ce domaine. C’est une question de préférence. Cela n’exclut pas que les lecteurs approfondissent leurs connaissances du sujet par les travaux d’autres auteurs.

Johnson et Gil ont proposé une classification des comportements sexuels selon un continuum du normal au pathologique. Elle correspond également à différents facteurs étiologiques et doit permettre d’orienter la réponse thérapeutique. Il s’agit de :

– l’exploration sexuelle normale : curiosité correspondant à l’âge, jeux autour du corps de chacun avec, par exemple, le jeu « du docteur », exploration des rôles et des attitudes correspondant à chaque sexe.

– les comportements sexuels dits réactionnels : les connaissances sur la sexualité et les rapports sexuels sont en décalage avec l’âge, les comportements ont essentiellement un aspect génitalisé. Il s’agit de la répétition d’expériences sexuelles inappropriées ou de contenus sexuels auxquels l’enfant a été exposé.

– les comportements sexuels envahissants, ils sont parfois appelés «hypersexualité ». Les préoccupations habituelles sont centrées sur la sexualité, contrairement aux comportements réactionnels. Les conduites sont celles d’adultes dans leurs formes les plus diverses. Ces enfants utilisent la persuasion sans utiliser la contrainte pour faire participer autrui.

– Les comportements d’agression sexuelle. Les actes sont bien au-delà des explorations et des jeux correspondant à l’âge. L’enfant est accaparé par les préoccupations sexuelles. Il existe une agressivité sexuelle et physique, avec généralement peu de contrôle de l’impulsivité. Les actes sexuels sont ceux d’adultes, ils utilisent typiquement la force, la manipulation, la menace pour impliquer un pair ou un plus jeune. 

Enfin nous ajoutons l’aspect incestueux du comportement sexuel : lorsque les actes sexuels sont posés sur un membre de la même famille. Ce peut être un membre proche ou éloigné.

Devant de pareilles remarques, l’urgence de se faire aider par un spécialiste est présente. Il est surtout important de ne pas user de la violence ou  de l’intimidation pour tenter de corriger le mal. De même qu’on ne peut user de la chicote sur un enfant du fait qu’il souffre du paludisme par exemple, de même on ne peut lui crier dessus ou le frapper pour de tels actes.

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *