.
.

Le triomphe de la vérité

.

ENTRETIEN AVEC Dr Juliette Biao Koudénoukpo, DIRECTRICE ET REPRESENTANTE REGIONALE ONU/ENVIRONNEMENT, BUREAU AFRIQUE: « Le coût de l’inaction sur les questions environnementales est élevé»


L’Evénement Précis: Comment se porte l’institution que vous dirigez?

Juliette Biao Koudenoukpo: Le bureau Afrique de l’institution que je dirige, et qui est composée des 54 pays d’Afrique se porte bien. L’institution est en bonne voie. C’est sûr qu’il y a beaucoup de défis à relever. Des défis en termes d’instabilité constitutionnelle qui est surtout due au changement perpétuel des ministres de l’environnement. Au cours de cette semaine seule (interview réalisée le 10 juin, NDLR), nous avons des informations selon lesquelles des ministres de l’environnement ont été changés dans trois pays. Je ne veux pas dire que les ministres soient éternels à ce poste, mais lorsque ces changements sont fréquents, ça porte une certaine perturbation au processus déjà engagé avec des personnes qui sont pour la plupart des gens convaincus. Et ça pose un petit problème. Parce qu’à un moment donné, on se pose la question sur la conscience environnementale si les départements ministériels de l’environnement sont aussi volatiles et qu’ils puissent être changés à tout moment. Ça pose le problème de l’importance qu’on donne vraiment à l’environnement, si ce département est celui qui peut être facilement marchandé, si je peux m’exprimer ainsi. Quand les ministères des affaires étrangères sont les plus stables, quand les ministères des transports, des infrastructures sont les plus stables, quand les ministères de la santé sont les plus stables, c’est à juste titre qu’on se demande ce qu’il en est de l’environnement qui a dimension transversale. Ça pose un problème de manque de continuité. Si de nouvelles personnes arrivent, ce n’est pas forcément comme on le dit souvent dans l’administration, une continuité. On a plutôt l’impression de refaire les choses. Et ça, ça pose un problème. Mon souci, c’est de savoir quand est ce que l’environnement sera considéré à sa juste valeur. En Sierra Léone, nous venons d’avoir l’information que celle qui faisait office de ministre de l’environnement vient d’être changée. On a communiqué de façon très rapprochée et aujourd’hui on apprend cette nouvelle. Le gouvernement égyptien a démissionné, il va y avoir un autre gouvernement, et ce n’est pas sûr que le ministre avec qui on communiquait, et qui a fait des réalisations vraiment impressionnantes puisse revenir. On était au Maroc à la réunion de la conférence ministérielle africaine quand le lendemain, le ministre de l’environnement du Gabon, qui est le président de la conférence ministérielle africaine, a été changé. C’est vrai que l’administration continue mais quelque part, il y a une perturbation dans la continuité qu’on devrait observer, et c’est toujours dans le domaine de l’environnement que ça se passe ainsi. Je suis vraiment choquée par cette instabilité, parce que c’est l’environnement qu’on rattache aujourd’hui tourisme. Demain ça sera au ministère du pétrole, après demain, au ministère de l’agriculture. C’est toujours une instabilité qui devient vraiment choquante.
Le paradoxe, c’est que c’est maintenant qu’on se rend compte que les questions environnementales sont importantes et qu’il faut relever des défis dans ce domaine-là. Mais on ne peut pas relever de défis sans le capital humain, on ne peut pas relever de défis sans un leadership du gouvernement. C’est ça qui me choque. C’est toute cette effervescence qui vient mettre à mal tout ce qui se passe au niveau du Bureau Afrique.

Cette situation créé-t-elle une discontinuité de vos actions?
Ce n’est pas que créé une discontinuité, même si ça pose des problèmes, des inquiétudes. Ce n’est pas une discontinuité en tant que tel. Je le mets dans la liste des défis que nous devons relever, parce qu’il faut vraiment une stabilité. Il faut une conscience environnementale et un engagement des États. C’est une question transversale. Je ne vois aucun domaine où on ne puisse parler de l’environnement. Nous allons bientôt organiser la troisième conférence des ministres sur la santé et l’environnement dans le cadre de la déclaration de Libreville, au Gabon. Ça aura lieu en octobre. Là encore, nous allons nous rendre compte de combien le coût de l’inaction sur les questions environnementales est élevé. Ça va interpeller encore une fois les gouvernements pour dire, ‘’si vous ne prenez pas au sérieux les questions environnementales, ça aura des coûts très lourds sur les finances publiques’’ dans le domaine de la santé.

Qu’est-ce qui explique votre présence au Bénin ?
C’est une visite officielle du nouveau directeur de ONU environnement. Ça fait deux ans qu’il est à la tête de cette organisation. Et c’est la première fois qu’il vient en visite officielle au Bénin. Avant la visite officielle déjà, le président de la république, Mr Talon avait bien voulu lui accorder une audience lors de sa visite à Nairobi en juin 2017. Et au cours de cette audience déjà, les deux personnalités avaient eu des échanges sur la question du démantèlement des plateformes pétrolifères de Sèmè-Podji. Vous n’êtes pas sans savoir que la troisième Assemblée des Nations Unies sur l’environnement a porté sur le thème : « Vers une planète sans pollution. Alors, la question de la pollution fait partie des priorités du nouveau directeur qui vient de la Norvège, et qui a été ministre de l’environnement et de développement. D’ailleurs, le seul ministre à pouvoir occuper deux départements ministériels. La pollution fait partie de ses priorités. Ayant entendu parler de l’impact potentiel que pourrait avoir le fait que les plateformes pétrolières soient vandalisées, il a voulu être proactif. Et au cours de l’audience que le président lui a accordée, il s’était déjà engagé à accompagner le Bénin dans la lutte contre une pollution éventuelle que pourrait causer le démantèlement de ces plateformes. Immédiatement, joignant l’acte à la parole, il avait dépêché une équipe de Genève qui s’occupe justement des évaluations rapides sur ces questions-là. Ils étaient allés voir l’étendue des dégâts actuels. Cette évaluation a abouti à des recommandations au nombre desquelles, il était question de commencer rapidement une formation au niveau des acteurs qui sont impliqués dans le secteur, non seulement au niveau du Bénin mais aussi, au niveau transfrontalier. Parce que la pollution dans ce domaine-là, n’a pas de frontière. Que ça s’étende au Nigeria, au Togo et dans d’autres pays, c’est vite fait. Et ça pourrait causer aussi des conflits qui puissent tourner en conflits politiques. C’est pour ça, étant pro actif, que le directeur avait dépêché cette équipe. Mais en même temps, au cours de l’audience, il avait aussi pris l’engagement d’aider le Bénin à mobiliser des financements, parce que démanteler des plateformes pétrolières requiert beaucoup d’investissements.
Et utilisant aussi ses réseaux personnels il a pu mobiliser la Banque mondiale qui a exprimé aussi sa volonté d’accompagner le pays. Évidemment, il continue de chercher des gens qui vont se rallier à la Norvège. Je dois dire au passage que l’exploitation du pétrole avait commencé par la compagnie Saga Petroleum, qui est une compagnie norvégienne. Et vous savez très bien que les activités autour de l’exploitation du pétrole ont été arrêtées au Bénin en 1998, compte tenu de la chute du coût du pétrole, des problèmes économiques qui y étaient liés. A un moment donné, lorsque le prix du pétrole a commencé par augmenter, d’autres compagnies étaient venues à la charge pour pouvoir reprendre les activités. Et immédiatement, la fluctuation a continué, la baisse du coût du pétrole a vraiment découragé ce compagnies-là. N’importe quelle compagnie qui voudra s’installer aujourd’hui n’utiliserait jamais les anciennes plateformes qui sont là, d’où la nécessité de les démanteler. C’est dans ce cadre-là que nous allons visiter aujourd’hui les plateformes pétrolières. Et puis le directeur exécutif de ONU environnement va donner, demain, lors de l’audience que le président de la république a bien voulu lui accorder, son point de vue, et prendre encore une fois, l’engagement sur ce que la Norvège et le Bureau exécutif de ONU Environnement pourront faire pour accompagner le Bénin dans la lutte contre la pollution potentielle que cette plateforme pourrait créer. Il faut noter que déjà, ONU Environnement, à travers le Bureau régional pour l’Afrique a déjà investi pour la formation qui aura lieu dans la première quinzaine du mois de juillet. Donc nous suivons vraiment de très près. Évidemment, le directeur exécutif venant au Bénin pour la première fois était aussi intéressé à en savoir un peu sur la culture du pays. Et c’est dans ce cadre que nous sommes allés visiter le temple du python à Ouidah. Nous sommes aussi passés par la route des esclaves pour qu’il comprenne quel crime humanitaire le peuple noir a vécu du 17e au 19e siècle. Avant d’aller au temple, nous avons visité aussi l’usine de recyclage des sachets plastiques. Et nous avons pu constater d’abord que c’est une initiative d’une femme, et les résultats impressionnants en termes de création d’emplois. C’est à peu près 200 jeunes des communautés locales qui sont employés dans cette usine-là. C’est vraiment une mesure novatrice qui est prise dans ce domaine et on a eu la chance de voir que le ministère de l’environnement accompagne cette usine dans leur initiative et on espère que beaucoup d’usines vont bientôt s’installer dans ce secteur.

Peut-on attendre de votre mission des actions concrètes pour démanteler le site pétrolifère de Sèmè ?
Bien entendu. Le directeur exécutif de ONU environnement s’y est engagé. Et d’ailleurs nous sommes là aussi avec l’ambassadeur de Norvège près le Bénin qui est basé au Nigeria. Vous voyez très clairement jusqu’où va l’engagement du directeur exécutif de ONU environnement.

Que pensez-vous de la loi sur les sachets plastiques récemment adoptée par le Bénin ?
Cette une bonne nouvelle pour tout le monde entier de savoir que le Bénin n’est pas du reste dans ce mouvement-là, qui est désormais un mouvement mondial. Vous avez entendu que la journée mondiale pour l’environnement c’est l’Inde qui l’a abritée cette année. Et vous avez bien vu l’engagement que l’Inde a pris. L’Inde s’est engagée pour une Inde sans plastique à l’échéance de 2022. Vous vous rendez compte ? L’Inde, un pays aussi vaste, aussi peuplé, qui prend cet engagement. Je crois que c’est un engagement fort. Et de savoir que le Bénin n’est pas du reste, ça ne fait que réchauffer le cœur. Je sais que des progrès ont été réalisés. Déjà le fait que cette loi passe au parlement en décembre 2017, c’est une preuve que nous évoluons dans le bon sens. Maintenant, qu’on se plaigne de la vitesse à laquelle on y va, c’est tout à fait une autre chose. Vous savez très bien que ces questions-là sont des questions beaucoup plus comportementales. Et ce n’est pas du jour au lendemain qu’on change les comportements. La question des sachets plastiques, au-delà même du geste que les citoyens peuvent faire et qui puisse rendre compte d’un environnement saint, est aussi liée au mode de production et de consommation. Il faut alors regarder la question d’une façon beaucoup plus holistique.

Il y a un an vous étiez à Cotonou pour le forum africain sur le carbone. De grands engagements ont été pris à ce rendez-vous. Qu’en est-il à ce jour ?
Des pas ont été posés. Mais beaucoup de choses restent à faire dans le cadre de nos engagements par rapport aux contributions déterminées au niveau national. Il faut passer maintenant de la parole à l’acte. Parce que bientôt, les pays doivent pouvoir rapporter les progrès accomplis. Ce n’est pas très facile pour les pays de toute façon. Parce que depuis l’accord de Paris, les pays en développement déjà criaient au secours pour les questions de financement, les questions de transfert de compétences. Et puis je ne crois pas que des progrès substantiels aient été réalisés dans le domaine du financement, et la lutte va toujours continuer. Ce que j’ai toujours dit dans les pays en tant que directrice de bureau Afrique, je suis toujours convaincue que ce n’est pas les ressources qui nous manquent en Afrique. Ce n’est pas des ressources naturelles que l’Afrique ne dispose pas. Ce n’est pas des financements qui ne sont pas mobilisables. Même l’engagement des États seuls peut permettre de faire une différence. Ne dit-on pas ‘’aide-toi avant que le ciel ne t’aide’’? Moi je crois vraiment qu’il faut qu’on aille à la mobilisation des ressources internes. Et c’est à ça que le président de l’Union africaine est en train de s’atteler.

Entretien réalisé par Gérard AGOGNON

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *