.
.

Le triomphe de la vérité

.

Affaire « détournements de deniers publics » à la CAIA: DG, DGA, DAF et autres jetés en prison


Le Directeur général de la Centrale d’Achat des Intrants Agricole (CAIA), Barnabé Comlan Sodogandji, le directeur général adjoint, Nestor Ayédégué, le directeur administratif et financier Cossi Tobade et le magasinier Akim Sabi Zingui croupissent à la prison civile de Cotonou depuis la soirée du vendredi 24 novembre 2017. Il leur est reproché des faits de « détournement de deniers publics, abus de biens sociaux et défaut d’inventaire » alors qu’ils géraient la structure. La CAIA a été créée en 2013 sous le régime défunt de Boni Yayi et avait pour charge, l’importation et la distribution des intrants agricoles. Mais dès l’arrivée du régime de Patrice Talon, elle a été mise en liquidation avec plusieurs autres sociétés dont la Sonapra. C’était à l’issue du conseil des ministres du 30 novembre 2016. « « Le Conseil de ce jour a tiré les conséquences des différentes orientations et réformes sur le cadre institutionnel préexistant dans le secteur agricole; par souci de cohérence, de rationalisation et d’efficacité optimale, en évitant donc une superposition fonctionnelle des nouvelles créations et des structures telles que la Sonapra, la Caia-Sa, l’Onasa et l’Ons » avait expliqué à l’époque le ministre d’Etat, secrétaire général de la présidence, Pascal Koupaki lors d’un point de presse. « Les fonctions de ces quatre structures ne sont plus pertinentes au regard de celles des Directions Départementales, des pôles de développement agricole et des Agences territoriales de développement agricole. Le Conseil a autorisé la liquidation ordonnée des quatre établissements à savoir, la Société Nationale dePromotion Agricole (Sonapra), la Centrale d’Achat des intrants Agricoles (Caia-Sa) l’Office National d’Appui à la Sécurité Alimentaire (Onasa), l’Office National de Stabilisation et de Soutien des Prix des revenus agricoles (Ons). » avait-t-il indiqué.
L’interpellation et l’incarcération des responsables de cette société font suite aux différents rapports d’audits sur la gestion de cette structure qui n’a existé que quatre années environs. C’est la preuve que le gouvernement du président Patrice Talon veut définitivement mettre fin à l’impunité et faire de la lutte contre la corruption son cheval de batail. Car, dans la même semaine, des personnes soupçonnées dans l’affaire Cnss/Bibe, relative à des placements illégaux de fonds ont été tous déférés à la même prison civile de Cotonou.

Yannick SOMALON

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *