.
.

Le triomphe de la vérité

.

Dérives dans le secteur de la téléphonie mobile: L’Arcep dévoile les raisons de sanctions contre les GSM


L’Autorité de régulation des communications électroniques et de la poste du Benin (Arcep-Bénin) a organisé, ce jeudi 08 juin à Cotonou, une conférence de presse. La rencontre a porté entre autres sujets, sur l’ouverture de procédures de sanctions contre des opérateurs Gsm.

Eclairer l’opinion sur les récentes décisions de l’Arcep-Bénin et présenter le bilan de l’institution. Voilà de quoi il s’est agi au cours de cette conférence animée par Flavien Bachabi, le président de l‘Arcep-Bénin et Hervé Coovi Guèdégbé, le Secrétaire exécutif. Au sujet des décisions de l’Arcep-Bénin d’initier des procédures de sanction à l’encontre de trois opérateurs de téléphonie mobile, Flavien Bachabi a expliqué que c’est compte-tenu du non-respect par ces derniers, des termes de leurs cahiers de charges. Selon Flavien Bachabi, en 2015, l’Arcep-Bénin, après des contrôles, a abouti au constat selon lequel la qualité des services proposés par ces opérateurs n’était pas bonne et n’avait rien à voir avec les termes de leurs cahiers de charge. En 2016, malgré les mises en demeure à eux adressées pour procéder aux mesures correctives dans leurs réseaux au bout de 3 mois, rien n’a été fait par les opérateurs, et la qualité de leurs services s’est révélée en constante dégradation, et ceci, malgré leurs promesses de juguler les manquements dans un délai relativement court. Flavien Bachabi est aussi revenu sur le contrôle lancé du 2 mars au 18 avril dernier par l’Arcep-Bénin et dont « les résultats ont été plus que décevants parce que la qualité ne s’est pas améliorée ; aucun des opérateurs n’ayant pu garantir le respect des termes des cahiers de charges, pas seulement pour le service voix, mais aussi pour le service des données ». C’est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase et qui vaut aujourd’hui à Etisalat Bénin SA, Glo Mobile Bénin SA et Spacetel Bénin, ces procédures de sanction « pour manquement aux obligations de qualité de service ». Etisalat Bénin SA en plus, est interpellé « pour non-respect des obligations de son cahier des charges relatives à a sécurisation de son réseau contre la fraude sur le trafic des appels internationaux entrants ».

L’Arcep va prendre les décisions qui s’imposent

« Ces opérateurs ont deux semaines pour réagir ou pas », a déclaré  Flavien Bachabi qui a ajouté qu’après ce délai, « le conseil de l’Arcep va se réunir pour prendre les décisions qui s’imposent ». La rencontre avec la presse a aussi été l’occasion pour les journalistes d’être informés sur le bilan des actions de l’Arcep-Bénin depuis la prise de service du conseil de régulation. Au titre des actions, l’on peut citer la mise en conformité des anciens textes par rapport à la loi 2014-14 du 9 juillet 2014 régissant le secteur de la télécommunication et de la poste ; la contribution de l’Arcep-Bénin au Code du numérique en cours d’examen à l’assemblée nationale et qui doit faire la refonte de plusieurs lois et décrets. Les animateurs de la conférence de presse se sont aussi appesantis sur quelques solutions dont certaines sont déjà mises en œuvre pour l’amélioration en matière de fourniture de qualité de service. Il s’agit ici principalement de l’acquisition par l’Arcep-Bénin, d’équipements « très performants » devant permettre le suivi automatique de la qualité des services.

Flore S. NOBIME

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *