.
.

Le triomphe de la vérité

.

Rejet du projet de révision constitutionnelle: Nassirou Bako dénonce un complot contre le développement


En tournée dans le Septentrion aux côtés du Ministre d’État chargé du développement la semaine écoulée, l’honorable député Nassirou Arifari Bako de l’alliance Amana a levé un coin de voile sur tout ce qui se dit concernant les deux groupes nés au lendemain du rejet du projet de loi portant modification de la Constitution béninoise. Devant une foule impressionnante curieuse de savoir ce qui s’est réellement passé le 04 avril dernier au Parlement, l’élu du peuple s’est attelé dans un langage plus ou moins monnayé à l’exercice d’explication des deux votes principaux devant conduire à l’adoption ou éventuellement à un rejet définitif dans le cas d’un projet de la révision constitutionnelle. A l’en croire, l’Assemblée nationale après avoir refusé la procédure d’urgence, n’avait pas encore franchi la première étape pour que les 22 députés se proclament « héros » et traiter les 60 autres collègues de « démons ». « Le vote de la loi précise en considération n’était donc pas l’adoption. C’était pour ouvrir l’introduction des amendements »,a-t-il clarifié. L’honorable député Président de la Commission des affaires étrangères note une instabilité décisionnelle chez certains de ses collègues et le manque de déontologie et d’éthique dans les pratiques parlementaires. « Lorsque en tant que député, vous êtes membre d’une Commission technique à l’Assemblée nationale, que la Commission examine et étudie un dossier, lorsque le dossier arrive en plénière, si vous l’avez accepté en commission, c’est votre projet. Vous ne pouvez pas venir en plénière et voter contre ce que vous avez adopté en commission. Quand vous le faites, vous n’êtes plus en phase (…) Je peux vous dire, 4 membres des 18 de la commission des lois en plénière, ont voté contre ce qu’ils ont adopté eux-mêmes en plénière. »,a fait remarquer le député Nassirou Bako avant de laisser sans réponse, les quatre  questions suivantes: « Comment pourriez-vous vous l’expliquer ? Où est la déontologie du Législateur ? Où est l’éthique parlementaire ? Qu’est-ce qui a pu motiver ce changement ? » Il est ensuite revenu sur la nécessité pour les parlementaires épris de justice et de développement de s’associer au projet afin de permettre la résolution d’un certain nombre d’insuffisances que contient la loi fondamentale du 11 décembre 1990. « L’une des raisons évoquées par la Coopération danoise pour se retirer de notre pays était que notre pays n’avait pas de Cour des Comptes pour certifier nos comptes. Cette coopération nous donnait 20milliards par an. (…) L’Allemagne accordait une aide budgétaire à notre pays. Et à cause de l’absence de Cour des Comptes, l’Allemagne a supprimé cela »,a-t-il déploré précisant que le Bénin est le seul pays sur les huit de l’Uemoa à ne pas en avoir. «Est-ce un progrès de rejeter les réformes qui vont nous permettre d’avancer et d’avoir des ressources ?», s’est-il interrogé. Au sujet des 23 députés qui selon lui ont comploté contre le peuple et s’auto proclament héros du peuple, l’honorable estime qu’un héros n’a pas besoin de s’autoproclamer mais il est décrété par le peuple qui observe les actes de chaque groupe.

Germin DJIMIDO

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *