.
.

.

Décisions du conseil des ministres de ce mercredi 29 mars 2017: Plusieurs axes routiers mis en chantier dans tout le pays


Entre autres points inscrits à l’ordre du jour, le Conseil des ministres de ce mercredi  29 mars 2017 a planché sur l’une des infrastructures phares du Programme d’Action du Gouvernement (PAG). Il s’agit du projet de  contournement nord-est de Cotonou. Ce projet se décline en plusieurs réalisations à savoir : la construction d’un axe de contournement nord-est de la ville de Cotonou, l’aménagement d’une voie portuaire, une bretelle reliant la voie portuaire à l’axe de contournement nord-est ainsi que l’aménagement des berges de la lagune de Cotonou. EGIS International, un bureau d’études de référence qui s’occupe de l’aménagement de la berge lagunaire a été choisi pour mener les études de faisabilité technico-économique, environnementale, sociale et de sécurité routière de ce projet. Dans son travail, le bureau doit procéder à l’identification des personnes affectées par le projet, l’évaluation du coût de leur indemnisation, l’étude de trafic et de sensibilité au péage. Il doit également porter assistance au maître d’ouvrage pour le recrutement d’un concessionnaire. Le coût de l’étude est estimé à près de 7,6 milliards de FCFA. En portant le choix sur le cabinet EGIS International en vue d’une meilleure cohérence entre les projets  contournement nord-est de Cotonou et aménagement des berges lagunaires, le gouvernement a, une fois encore, donné la preuve de son souci de méthode, d’efficience et d’efficacité. L’exécutif a été aussi soucieux du coût. Ainsi, le montant de l’étude qui est exhaustive a été arrêté après négociations et les concessions faites par le bureau d’Etudes. Il s’agit là  d’une infrastructure révolutionnaire en matière de route et du cadre de vie que l’exécutif soumet à étude en vue de disposer de dossiers techniques fiables et exhaustifs sur ce projet phare. Selon le gouvernement, ce projet, une fois réalisé, va changer le visage d’une bonne partie de Cotonou qu’il va moderniser, en décongestionnant  le trafic  routier et avec l’aménagement des berges lagunaires en vue d’offrir un cadre de vie attrayant pour la zone.

Des  axes routiers en mode BOT  

Les départements de l’Ouémé et du Plateau verront aussi, dans les semaines et les mois à venir, de grands travaux longtemps attendus démarrer conformément aux engagements du Chef de l’Etat à travers le PAG « Bénin révélé 2016-2021 ». Le conseil des ministres de ce mercredi a validé l’exécution des travaux d’aménagement et de bitumage de 5 axes routiers en mode BOT par l’entreprise OFMAS International SA. Ce sont : l’aménagement et le bitumage de la Rocade de Porto-Novo (section 1) allant de Beau rivage au début du cinquantenaire en 2X2 voies prenant en compte le pont de Zounvi , la rue des manguiers menant à l’Assemblée nationale (9,5Km) ,  l’axe Porto-Novo/Pobè/Obèlè/Frontière du Nigeria (79 Km) , la bretelle Zian/Igolo/Frontière Nigeria (12,09Km) , l’axe Pobè/Adja-Ouèrè/Ouinhi (22,10 Km). Ce projet qui devrait être exécuté par l’entreprise sud-africaine STEFANUTI échoit finalement à OFMAS du fait de l’incapacité de la première à assurer le financement. Les travaux, près de 122 km,  coûteront finalement 164,5 milliards de FCFA toutes taxes comprises. Les études sont prévues pour s’achever dans 9 mois. Et les travaux devraient être lancés en janvier 2018.
Comme on le constate, le Bénin sera entièrement en chantier de façon palpable dans quelques mois. Le gouvernement s’applique chaque semaine à décanter et boucler les préalables au démarrage des différents travaux. C’est encore le cas, ce mercredi avec l’autorisation de l’exécution des travaux d’aménagement et de bitumage de 5 axes routiers d’environ 122 km dans l’Ouémé et le Plateau. Toutes les régions du pays seront touchées.  Le désenclavement, la jonction rapide de plusieurs localités et l’essor d’activités économiques induit par ces chantiers et leur réalisation  donnent un coup de pouce à la politique de développement équilibré du territoire.
Pour le gouvernement, par ailleurs, Porto-Novo ne sera plus une « ville oubliée » pendant ce quinquennat. Le sens de la parole donnée est à l’œuvre car le Président Talon a rassuré les dignitaires et fils de cette région de sa détermination à la doter d’infrastructures dignes. Et il en prend la voie. La conduite du dossier montre à suffisance que ce sont des priorités pour le gouvernement car face à la défaillance de la première entreprise, l’exécutif n’a pas perdu du temps Mieux, le pouvoir a encore étalé ses talents de négociateur en trouvant la solution palliative mais surtout en économisant près de 4 milliards car selon le contrat avec  l’entreprise sud-africaine, les travaux devraient coûter 168,1 milliards de francs CFA

Christian Tchanou

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *