.
.

.

Performances du système sanitaire du Bénin: EVA-Bénin 1, une contribution efficace à l’amélioration de la prise en charge pédiatrique de l’infection à VIH


Au Bénin comme dans la plupart des pays africains, la prise en charge de la personne infectée à VIH et plus particulièrement de l’enfant demeure une préoccupation majeure. C’est dans ce contexte que, pour contribuer à la mise en œuvre de réponses efficace en Afrique de l’ouest et du centre, a vu le jour l’Initiative EVA, « Enfants et VIH en Afrique » avec pour objectif de promouvoir des stratégies nouvelles afin de combler le gap du VIH pédiatrique sur le continent. A l’issue de la mise en œuvre de la phase 1 de cette initiative au Bénin, les résultats sont prometteurs.

Promouvoir la vision par la formation en l’occurrence des séminaires, échanges d’expériences et formations en ligne et mener des plaidoyers pour améliorer la prise en charge pédiatrique sur toute l’étendue du territoire national. Cette ambition est celle de l’initiative EVA, un regroupement de 16 centres dans 11 pays d’Afrique de l’ouest et du centre (Burkina-Faso, Burundi, Cameroun, Mali, Niger, Centrafrique, Côte d’Ivoire, Sénégal, Tchad, Togo et Bénin) et le Maroc qui conjuguent leurs efforts, partagent leurs expériences et pratiques afin de réduire le gap du VIH pédiatrique sur le continent africain à travers notamment la promotion d’approches nouvelles. Au Bénin, deux centres sont impliqués dans cette importante initiative de coopération sud-sud. Il s’agit du service de pédiatrie du Centre National Hospitalier Universitaire Hubert Koutoukou Maga (CNHU-HKM) et celui de l’Hôpital d’Instruction des Armées (HIA) de Cotonou. Pour le Professeur Marcelline d’Almeida , Responsable de la prise en charge pédiatrique du VIH-SIDA au CNHU-HKM, « si le Bénin peut se féliciter d’un bon taux de dépistage chez la femme enceinte de l’ordre de 90,8% et de l’accroissement significatif du nombre de sites de prise en charge des enfants infectés passé de trois (03) en 2002 à 92 en 2015 pour une couverture de 87%, les indicateurs de performance des sites de prise en charge pédiatrique restent à améliorer ». Face à cette situation, le Docteur Hounmènou de l’hôpital de Béthesda de Cotonou exhorte à trouver des solutions idoines pour palier « le manque de renouvellement des équipements et de réactifs, les ruptures de stock d’antirétroviraux ainsi que les difficultés de soutien psycho-social et économique d’une part et la rétention des enfants dans la file active surtout, les patients venant des communes éloignées d’autre part ». Dans cette perspective, « l’initiative EVA est venu à point nommé », selon le Chef du service Pédiatrie de l’Hôpital d’Instruction des Armées, le Médecin Colonel Alain Azondékon, pour contribuer au renforcement des capacités des acteurs de prise en charge dans la perspective de meilleurs résultats au profit su système sanitaire Béninois.

Des activités à résultats probants pour le Bénin

Mis en œuvre au Bénin par les services de pédiatrie du HIA et du CNHU-HKM, le projet « EVA Bénin 1 » a permis la mise en œuvre de diverses activités dont l’organisation de sessions de renforcement des capacités des acteurs impliqués dans le traitement des enfants infectés à VIH ainsi que des activités sur site. L’atelier de formation sur le VIH pédiatrique des 08 et 09 septembre 2016 au Chant d’oiseau à Cotonou et la formation nationale des médecins pédiatres des sites de prise en charge du VIH chez l’enfant organisée les 29 et 30 novembre 2016 à l’Institut des Sciences Biomédicales Appliquées (ISBA)  de Cotonou au profit de médecins, pédiatres, infirmiers impliqués dans la prise en charge du VIH pédiatrique dans différents départements du Bénin s’inscrivent dans cette dynamique d’amélioration continue des compétences des ressources humaines. Suscitant un vif intérêt au sein des participants, ces deux ateliers ont été l’occasion d’un diagnostic approfondi de l’infection à VIH tel que vécu dans dix (10) principaux sites de prises en charge de l’enfant exposé ou infecté par le VIH au Bénin. Par ailleurs, si la prise en charge de l’enfant dans le contexte du VIH a été effective au Bénin  depuis environ quinze (15) ans après la mise en place progressive des médicaments ARVs sur les premiers sites de prise en charge de l’enfant infecté au VIH, leur reconnaissance a été longtemps retardée et est restée dissoute dans la grande masse des sites adultes avec les difficultés aussi bien d’ordre organisationnelle que programmatique qui ont jalonné le chemin des sites de prise en charge communautaire (PEC) au Bénin. Aussi, dans le cadre des activités de renforcement des compétences de ces sites, le projet « EVA Bénin » s’est évertué à les accompagner à travers un soutien financier destiné à la formation, le renforcement des outils de gestion de site et le partage des expériences documentées. A l’issue de ce processus, il a été procédé à la mise en place d’une plateforme de réflexions stratégiques et d’actions permettant de redresser la tendance et surtout de faire des nouveaux plans stratégiques de prévention et de prise en charge de l’infection à VIH au Bénin, un succès dans le contexte de la stratégie du Fast track 90-90-90 qui veut que d’ici l’an 2020, 90% des malades connaissent leur statut, 90% des personnes infectées reçoivent un traitement et 90% des personnes qui sont sous traitement, aient une charge virale indétectable. Or, l’Afrique de l’ouest et l’Afrique centrale d’où proviennent les seize (16) centres impliqués dans le projet à l’échelle continentale, sont encore loin de ces objectifs. Par ailleurs, l’un des acquis salués par les professionnels de la santé à travers la mise en œuvre du projet « EVA Bénin 1 » est la réalisation et la formation à leur utilisation d’outils techniques et pédagogiques de plaidoyer et mobilisation des ressources notamment d’un guide pratique de prise en charge des enfants vivant avec le VIH) contribuant ainsi à améliorer les prestations et les performances des différents sites de prise en charge pédiatrique.

Dans cette logique, les acteurs de mise en œuvre du projet n’ont pas été oubliés. Ainsi, Tanguy Bognon du HIA et Sossou Mahougnan du CNHU-HKM ont bénéficié de stages de perfectionnement respectivement au Ghana et au Sénégal. En outre, la présence remarquable du Médecin Colonel Alain Azondékon du HIA au sein du Conseil d’administration en qualité de Chargé du partenariat et de la mobilisation des ressources au sein du Réseau EVA basé à Dakar au Sénégal, est loin d’être un fait anodin. Il est un éloquent témoignage de la crédibilité dont jouit le Bénin au sein de ce creuset de formation des acteurs de santé à la prise en charge globale pédiatrique de l’infection à VIH en Afrique francophone. En somme, depuis son démarrage, le projet « EVA Bénin » peut se réjouir d’avoir fait tâche d’huile en bien peu de temps ; son plus grand mérite n’étant pas dans le nombre de ses activités mais l’impact de celles-ci sur les performances dans la prise en charge pédiatrique au Bénin.

Wandji A.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *