.
.

Le triomphe de la vérité

.

Spectacle de théâtre à l’Institut Français de Cotonou: Trois raisons pour suivre « La bicyclette ou l’éloge de l’incertitude », ce vendredi


theatre-ifcL’Institut Français de Cotonou accueille ce vendredi 25 novembre 2016, à 20h30, la représentation  de la  pièce « La bicyclette ou l’éloge de l’incertitude ». Il s’agit d’une création commune de la compagnie « Coco Théâtre » du Bénin et de « l’Atelier du possible », basé à Grenoble, en France. Un spectacle qu’il faut suivre pour trois raisons évidentes.

La première raison qui peut motiver à suivre ce spectacle, une mise en en scène de Laurence Jay, c’est le caractère passionnel de l’histoire. Il s’agit, en effet, d’un fait réel. Une histoire vraie, vécue par un Béninois. Il s’appelle Carlos Bossouvi. Lui qui, dans un exploit  laissant pantois plus d’un, a réussi à parcourir 6500 kilomètres à vélo pour joindre la France. Et il  a mis  trois mois pour y arriver. S’est-il donné cette peine à la quête de l’Eldorado ? « Non », répond Laurence Jay. Et elle justifie : «Carlos a parcouru ces 6500 kilomètres dans un réseau sportif solidaire. Chaque kilomètre parcouru rapportait à une association française, 1 Euro….Son geste m’a davantage ému parce que depuis que je viens au Bénin, j’ai beaucoup de mal à supporter,  quand je suis en France, le regard que les Occidentaux en général portent sur l’Afrique. C’est un regard très simpliste. Carlos a eu l’idée, le génie, qui démontre tout simplement que l’Afrique de l’Ouest a ses propres forces et a pu, quelle que part, rapporter la somme de 6500 Euros à une association française », s’est réjouie Laurence Jay. Et c’est  là qu’intervient la 2ème raison qui doit  motiver à suivre le spectacle. Il en est ainsi parce que désormais, cette histoire exceptionnelle de Carlos Bossouvi, quitte les 133 pages du livre  intitulé « Un défi solidaire : 6500km à vélo du Bénin à la France », écrit par Catherine Etienne pour atterrir sur la planche.  Par quelle alchimie, le metteur en scène fera-t-il vivre l’émotion de l’histoire aux spectateurs ? Cette réponse doit davantage motiver à aller suivre le spectacle.
Et la dernière raison qui doit motiver à suivre « La bicyclette ou l’éloge de l’incertitude »,  c’est le duo qui sera sur la scène. Il s’agit des comédiens  Anicet Adanzounon  du Bénin et Johan Musy de la France. Tous deux, reconnus comédiens de talent, promettent donner le meilleur d’eux-mêmes pour offrir aux spectateurs, un spectacle vivant, surtout débarrassé de tout ennui, comme l’aiment bien les Béninois. Il faut préciser qu’après l’étape de Cotonou, l’Institut français de Parakou va accueillir le même spectacle, le 30 novembre 2016 à 20heures 30 minutes.

Donatien GBAGUIDI

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *