.
.

.

Dr Léopold SODANSOU, Enseignant-Chercheur à l’Uac et donateur: «L’Espagne annonce d’importantes bourses aux étudiants béninois »


Dr. Léopold SodansouS’il y a un cadre béninois qui s’évertue comme une courroie de transmission entre l’Espagne et l’Université d’Abomey-Calavi (Uac), c’est bien Dr. Léopold Sodansou, enseignant chercheur au département d’Espagnol à la Faculté des lettres arts et sciences humaines (Flash) de l’Uac. Aujourd’hui reconnu comme l’œil de l’Espagne dans les universités béninoises, il a été détecté pour être l’invité de votre rubrique hebdomadaire, « Invité du lundi ». L’entretien avec lui a consisté à expliquer la coopération entre certaines universités de l’Espagne, l’Uac et autres établissements scolaires et sanitaires du Bénin. Dans son intervention,  c’est un accord de solidarité entre les deux parties, élargi à d’autres communes du Bénin. Car, il s’agit des dons en matériels didactiques, de bureaux, d’amphithéâtres et d’assainissement. Comme si cela ne suffisait, il a annoncé l’attribution bientôt des bourses aux étudiants béninois. Pour finir, il a invité ses collègues et tous les acteurs ayant les possibilités de voyages à l’extérieur, à penser à décrocher des actions pour le pays.

 

 

L’EVENEMENT PRECIS : Vous contribuez à votre façon à la construction de l’Université d’Abomey-Calavi (Uac) à travers une coopération que vous avez créée entre l’une des universités de l’Espagne et celle où vous enseignez actuellement. En quoi consiste cet accord ?

 

Dr Léopold Sodansou : D’entrée de jeu, dire que nous participons à la construction de l’Uac est trop dit. Vous savez que le premier responsable de la maison fait beaucoup et je tiens à profiter de cet entretien pour le féliciter pour tout ce qu’il fait. Il mène des activités épatantes et des œuvres vraiment très importantes. C’est un grand satisfecit pour nous acteurs et aussi aux usagers. C’est une fierté pour nous de constater que notre université est tout le temps en chantier. Concernant ce que nous apportons, nous tenons à dire que ce que nous faisons est rien par rapport à ce qui se fait par nos prédécesseurs et l’équipe rectorale en place. Évidemment ce que nous faisons est principalement de mettre en relation notre université et les universités étrangères. C’est plusieurs universités que nous sollicitons dans notre élan de développement. Je veux citer par exemple les universités d’Almerie et de Malaga en Espagne. Et, il y a beaucoup d’autres accords que nous entendons signer avec l’Espagne. C’est donc parce qu’il faut donner vie aux accords que quand on les signe, nous essayons d’amener les matériels didactiques.

En quoi consiste justement cet appui à caractère didactique ?

Cela consiste pour ces universités de nous offrir du matériel dont nous avons besoins. Nous sommes déjà arrivés à recevoir trois conteneurs de matériels didactiques de 40 pieds pour l’UAC.D’abord, je tiens à dire que ce n’est pas nous qui donnons, mais plutôt nous consistons une courroie de transmission entre ces universités sœurs et l’UAC. Il faut reconnaitre que ces universités sont généralement très sensibles aux problèmes que nous leur posons, et essayent de nous aider. Ce qu’elles nous donnent ne sont pas nécessairement des objets dont elles n’ont plus besoin. Il y a parfois qu’elles stockent et au lieu de les garder dans ces conditions pour que ces objets se détériorent, elles préfèrent les mettre à notre disposition. C’est essentiellement du matériel informatique, des livres, de matériels de salles de cours, de bureaux et autres. Au-delà de ce que nous avons avec ces universités sœurs, il y a d’autres institutions qui nous appuient telles que la mairie de Granada en Espagne. Il y a également une association de médecins qui nous offre des matériels sanitaires et autres.

On a l’impression que vous faites la promotion de la langue Espagnole

Ce n’est pas tout à fait cela. Nous faisons tout simplement la promotion de la solidarité. Ce que nous amenons ne sert pas seulement au département d’espagnol.Si on était en Allemagne, aux Etats Unis, on ferait la même chose. Ce n’est qu’une coïncidence que l’on obtienne ce qu’on a de l’Espagne. Nous essayons d’ouvrir d’autres tuyaux, mais il faut reconnaitre que les Espagnols sont prompts à apporter d’aide à notre université.

De combien d’années date cette coopération et déjà combien d’actions à votre actif ?

En terme de temps, la coopération a commencé depuis 2012. On a commencé par intéresser ces universités à travers les conférences que nous donnions.On profitait pour rapprocher les autorités à qui nous posons nos problèmes. De façon matérielle, c’est en 2013 que nous avons formulé une demande qui a été acceptée. Mais on met du temps à lui donner corps. Finalement, cela a pris et à la suite, on a eu d’autres actions que nous menons.

On constate finalement que c’est une bonne ouverture sur le Bénin. Quel est le regard de l’Université et de votre ministère de tutelle sur vos actions ?

Nous reconnaissons la joie du Recteur toutes les fois qu’il venait constater par lui-même ce qui est déchargé pour l’université. Il est un homme de terrain qui se donne la peine de voir le contenu du matériel. Il n’a pas cessé de présenter ses félicitations par rapport à ce qui est fait et par ricochet, exhorte les autres acteurs de l’Uac de faire la même chose. Il souhaite que nous nous souvenons dans nos déplacements de notre université, en faisons en sorte à apporter quelque chose. Je l’en remercie pour cette force et courage qu’il nous apporte et accorde. Concernant le ministère de tutelle, nous ne sommes en relation avec la direction mais nous croyons sans doute que les autorités à ce niveau également sont informées de ce qui est fait.

Est-ce seulement avec l’UAC que vous avez ce partenariat qui repose essentiellement sur le domaine de l’éducation ?

Nous allons préciser que dans le domaine de l’éducation d’abord, nos actions ne sont pas essentiellement orientées sur l’UAC. Nous sommes ouverts à travailler avec toutes les autres universités où besoin, il y a en appui de matériels de cours, informatique, de bureaux et d’amphithéâtres. Et là, je reviens pour dire que nous sommes déjà allés au-delà de l’UAC, en appuyant par exemple certains établissements du secondaire dans le Nord-Bénin notamment. Dans la commune de Kouandé, nous avons fait don d’un lot de quatre (04) ordinateurs avec imprimantes et copieurs, à quatre Collèges de la commune. C’est donc dire que nos actions ne sont pas seulement circonscrites à Abomey-Calavi. Nous sommes ouverts à d’autres.

On vous a également constaté dans le secteur assainissement.

Par ailleurs, nous intervenons également dans le domaine sanitaire. A l’occasion de ces conteneurs que nous amenons, nous essayons de mettre du matériel sanitaire. On a réussi convaincre les Espagnols à nous donner des lits d’hôpitaux, du consommable médical et autres que nous avons mis à la disposition d’un nouvel hôpital qui a été créé à Kouandé. Je précise que l’inauguration a été même récente. Dans l’assainissement, précisément dans le secteur de l’accès à l’eau potable, nous avons offert un forage à localité de Birni sur demande, ceci lors de la cérémonie de don du matériel informatique. C’est une des doléances qui a porté sur le besoin en eau potable. Nos enquêtes sur le terrain ont permis de comprendre que le problème se pose avec acuité dans cette zone montagneuse. Dès que nous avons reçu cette doléance, on a tout fait pour réaliser un forage d’eau potable, qui désormais est le seul point d’eau potable de la localité. Pour nous, c’est un grand soulagement en ce sens que depuis que le problème nous a été posé, on n’a pas dormi sur nos lauriers. En plein 21 ème siècle, les populations ne doivent plus être en train de demander de l’eau potable à boire. Nous avons fait en sorte que cette doléance connaisse une suite favorable.

Nous constatons que la coopération ne s’intéresse pas encore à la formation des étudiants en Espagne. Est-ce à dire qu’elle n’a pas debourses à accorder au Bénin ?

Les accords de coopération que nous avons signés inclus le volet formation des étudiants, et pas uniquement ceux en études hispaniques, mais tous les étudiants dans diverses facultés de l’UAC. Nous avons après l’accord cadre, signé un accord spécifique dans lequel, il est prévu que des étudiants puissent continuer les études en Espagne. Je crois que ce n’est que le début. On verra avec d’autres pays comme la Belgique, la France, l’Allemagne…. Mais l’Espagne y tient aussi. Remarquez avec nous, que l’Espagne est le seul pays africain à avoir des frontières terrestres en Afrique. Il est le pays européen le plus proche de l’Afrique.

A quand le prochain geste de solidarité et en faveur de quelle structure ?

Je ne saurais le dire. Nous continuerons de faire en sorte que ce qui peut être fait, soit fait. D’ici à là, vous verrez sans doute d’autres actions sur le terrain. Nous allons continuer à nous investir même si ce n’est pas facile. Il faut reconnaitre que nos actions vont aussi dans le sens d’appuyer les efforts de notre gouvernement pour le  développement de nos localités à la base

En guise de conclusion, quel serait votre appel

Je dirai simplementque les uns et les autres qui ont l’opportunité d’aller et de venir, de les mettre en valeur. C’est vrai que tout de suite quand on voyage, on ne voit pas  les possibilités que l’on a, à faire des choses concrètes et remarquables pour contribuer au développement de notre pays. Nous devons apprendre à penser au pays.

Propos recueillis par Emmanuel GBETO

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
1Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

One thought on “Dr Léopold SODANSOU, Enseignant-Chercheur à l’Uac et donateur: «L’Espagne annonce d’importantes bourses aux étudiants béninois »

  1. Edoh

    Belle imitiative.
    Je tire un coup de chapeau a notre compatriote et frere Docteur Sodansou , coirage et felicitation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *