.
.

Le triomphe de la vérité

.

Entretien avec Fabien Farnolle, gardien de but international béninois: «Tout ce que nous voulons, c’est de continuer à jouer »


Fabien Farnolle est le gardien N°1 des Écureuils. Âgé de 31ans, il est l’un des rares qui impacte positivement les performances tant de son club (Le Havre AC) que de la sélection nationale. Nous lui avons tendu notre micro afin d’en savoir plus sur sa saison avec le Havre et également sur la préparation du prochain match des Écureuils, le dimanche 12 juin 2016 contre la Guinée Équatoriale. Lisez plutôt.

Farnolle 11

L’événement Précis: Vous êtes en regroupement avec la sélection nationale. Dites-nous comment ça se passe ?

Fabien Farnolle: Tout se passe bien. Au niveau de l’ambiance, ça se passe très bien. Après, ce qui suit, c’est très dur mentalement de rester concentré sur notre objectif qui est la qualification à la CAN. Maintenant par rapport aux évènements qu’on connait, ils ne sont pas faciles à vivre. Nous, tout ce que nous voulons, c’est de continuer à jouer.

Est-ce que tous ces évènements agissent sur votre moral ?

Consciemment, je dirai non. Si cela agit sur quelqu’un parmi nous, ça ne peut qu’être inconsciemment. Si non, au vu de l’intensité des entrainements et des consignes que le coach nous donne, je n’ai pas l’impression que ces évènements agissent sur nous. Mais cela ne nous est pas indifférent.

Les supporters peuvent-ils espérer une victoire le dimanche prochain ?

Pourquoi pas ? Nous aussi nous espérons une victoire. Donc, ils n’ont qu’à faire comme nous et je crois que quand nous regarderons tous dans la même direction, nous y arriverons.

Quelles sont les ambitions que vous nourrissez avec la sélection nationale ?

Avec l’équipe nationale, je ne rêve que de participer à la CAN. Donc, si à la fin de ces éliminatoires on peut l’obtenir, ça me ferait beaucoup plaisir. C’est l’une des plus grandes ambitions que j’ai pour l’équipe. C’est pourquoi je souhaite qu’on gagne les deux matches qu’il nous reste pour nous retrouver au Gabon.

Le Havre AC a manqué de peu la montée en Ligue 1 française. Est-ce que vous êtes déçus ?

Bien sûr. Je suis très déçu. La plaie n’est pas encore cicatrisée parce que cela a été un moment de douleur. Vous savez, je rêve toujours jouer dans l’élite du football. Mais ce n’est pas arrivé à l’issue de cette saison. J’espère que ça viendra quand même. Je pense qu’il faut passer à autre chose. Je suis venu en sélection maintenant et l’objectif, c’est la qualification et nous y sommes déjà. Après, à mon retour au Havre on verra comment gérer pour monter la saison prochaine.

 

34 matches, 34 titularisations. Cela fait plus de 2900 minutes de jeu. Quand vous faites une comparaison avec votre saison passée, comment vous vous sentez ?

C’est une satisfaction personnelle. Cela a été possible grâce à mon physique qui répondait bien ; puisque, physiquement, j’ai été bien aussi. J’aurais eu un total de 38 matches si au tout début je n’avais pas eu un petit problème au doigt, ce qui m’a fait rater 3 matches et une expulsion qui m’a fait louper le 4ème match aussi. Mais, mon objectif pour la prochaine saison est de tenir les 38 matches.

Nous sommes au mercato. S’il y a une offre, que feriez-vous ?

En tant que joueur, je veux bien aller dans le meilleur des clubs possibles. Actuellement, je suis au Havre et je me sens bien. Je sais que dans le football, tout va vite. Tout peut changer du jour au lendemain. Je reste concentré sur le mercato pour espérer une prolongation avec le Havre ou trouver un club de l’élite pour une nouvelle aventure.

Pensez-vous avoir convaincu les dirigeants du Havre durant cette saison pour espérer comme vous le dites une prolongation de votre contrat ?

Oui. Ils veulent me prolonger. Maintenant, il faut qu’on s’entende. Les dirigeants sont très contents de moi. On a un bon relationnel. Après le football, c’est une histoire de feeling. Et comme vous le savez, j’ai toujours dit que le football,c’est la forme du moment. Donc, je dois me préparer pour pouvoir être prêt à toutes les éventualités.

Avez-vous des projets à l’endroit du Bénin ? Si oui, parlez-nous-en ?

J’ai des projets. Mais actuellement, il y a un seul que j’exécute en attendant de voir ce que cela va donner. C’est le «Tournoi Fabien Farnolle »  que j’essaie d’organiser chaque année, malgré un calendrier chargé. Je suis content parce que j’ai un ami et frère, Julio Adoligbé, qui se charge de cela. Et je trouve qu’il s’occupe de ce projet merveilleusement bien. A l’heure actuelle, nous sommes en train de discuter pour la mise en œuvre d’un autre projet qui va soit prendre en compte les enfants ou la jeunesse béninoise. J’espère vraiment pouvoir le tenir. Car, j’aimerais bien transmettre ma passion et mon envie de footballeur à d’autres jeunes qui le désirent.

Pour finir, jusqu’à quel âge envisagez-vous être présent dans les buts ?

(Rire). J’ai 31ans. Je suis encore jeune. Donc je resterai jusqu’au jour où mon physique me le permettra.

Entretien réalisé par Anselme HOUENOUKPO

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *