Deuil dans le monde musical: Le monde entier pleure Papa Wemba

Papa Wemba s'écroule en plein concert à AbidjanPendant quelques instants, la musique ne s’est pas arrêtée. Dimanche 24 avril, au cœur de la nuit abidjanaise, l’artiste congolais Papa Wemba s’est effondré en plein concert. Le chanteur, surnommé le « roi de la rumba congolaise », est mort à la suite de ce malaise, à l’âge de 66 ans. Fondateur du label « Viva la Musica », en 1977, il avait découvert et influencé des générations de musiciens africains.
« J’ai toujours défini ma carrière en disant que je vais là où le métier m’appelle. Mais il faut que ce soit fait dans de très bonnes conditions. Donc, je suis allé très souvent en Côte d’Ivoire, au Cameroun, au Congo-Brazzaville, en Afrique du Sud… Ça fait plus de quarante ans que je suis sur scène, et je dis merci au Bon Dieu de m’avoir donné ce talent avec lequel j’ai traversé presque tous les océans. »
A Abidjan, c’est finalement au bord de l’Océan Atlantique que Jules Shungu Wembadio Pene Kikumba, dit Papa Wemba a poussé dimanche, son dernier souffle dans un micro. Une ville pour laquelle il n’a jamais boudé son plaisir lorsqu’il devait s’y rendre. Et où il avait récemment adopté la jeune rappeuse ivoirienne Nash pour un featuring sur le titre « Sapologie », très apprécié en Côte d’Ivoire.
Invité du Festival des musiques urbaines d’Anoumabo (Femua), fondé par le groupe ivoirien Magic System, l’artiste congolais avait une nouvelle fois effectué le déplacement de la capitale économique ivoirienne pour deux prestations. La première qu’il n’achèvera jamais à Abidjan et la seconde à Korhogo (nord du pays), une étape annulée par les organisateurs.

« Pape » de la Sape
« C’est avec une profonde tristesse que je vous annonce le décès de l’artiste congolais Papa Wemba, survenu à la suite d’un malaise. Au vu des événements, le concert de clôture prévu à Korhogo est annulé », a brièvement annoncé aux journalistes, le Commissaire général du Festival Salif Traoré dit A’salfo, la voie prise par l’émotion. Il avait, à ses côtés, le ministre ivoirien de la culture et de la francophonie, Maurice Bandaman, venu exprimer sa « solidarité à la famille de la musique africaine. »
Né en 1949 en République démocratique du Congo, Papa Wemba a dépoussiéré la rumba congolaise, musique très populaire dans les années 1950, en y ajoutant notamment des instruments électriques. Ses tubes Analengo, Maria Valencia ou encore Yolele ont largement dépassé le continent africain, faisant du musicien l’un des ambassadeurs de la « world music ». Un statut largement renforcé par sa signature, au début des années 1990, sur le label de Peter Gabriel, Realworld.
Le Monde.Fr

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>