.
.

Le triomphe de la vérité

.

Installation des coordinations AND de Parakou: Houdé porte des griefs contre le slogan « Après nous, c’est nous »


Valentin Aditi Houdé netAprès la partie méridionale du Bénin, l’Alliance nouvelle pour la démocratie et le développement (AND) étend ses tentacules dans le septentrion. Samedi dernier à l’Ecole primaire publiqueSinagourou à Parakou, Valentin Houdé et ses pairs ont procédé à  l’installation du bureau communal AND de Parakou et celui de la  coordination départementale Borgou. Dans une déclaration pointue,les ténors de l’AND ont mis  au défi les Forces cauris pour un Bénin émergent (FCBE) et précisé qu’après eux, c’est Dieu seul qui a la décision finale sur la destinée du Bénin.

« Ceux qui pensent qu’après eux, c’est eux. Nous disons non. Après eux, c’est Dieu, le seul capable de désigner celui à qui sera confié le destin de ce pays dans les mois à venir… » a déclaré  le président de l’AND, Valentin Aditi Houdé, samedi dernier à  Parakou. Pour Moussa Aboubacar Coffè, membre de l’Alliance nationale pour la démocratie et le développement (AND),« nous allons bientôt ouvrir une nouvelle page de l’histoire politique de ce pays tout en fermant celle d’un passé ayant occasionné des mécontents, des marginalisés et surtout des laissés-pour-compte (…) : de jeunes étudiants, des diplômés en quête d’emploi, des femmes qui ne croient plus à un lendemain meilleur malgré les milliards débloqués en leur nom pour les microcrédits aux plus pauvres ».  Il poursuit en expliquant son divorce avec la mouvance présidentielle. «- Est-ce que plus Yayi Boni que moi, il y a quelqu’un à Parakou ?…Disons-nous la vérité, ce n’est pas que je me gonfle. Yayi Boni m’a envoyé pêcher de gros poissons qui se perdaient. Je les ai ramenés à la mouvance présidentielle. Et pourquoi aujourd’hui, on pense que nous sommes des ennemis ? On nous critique dans les assemblées, dans tous les coins. En tout cas, je leur dis : les yeux vont régler leur compte d’ici à là. Pour Nazaire Dossa, membre influent de l’AND, l’UBF, c’est le facsimilé des FCBE aujourd’hui…». A l’entendre, c’est que les populations des villes et campagnes du Bénin sont fatiguées des marches insensées et des meetings de remerciement dénués de tout fondement. Pour Valentin Houdé, « Boni Yayi cohorte des religieux et autres pasteurs qui, en principe, ne doivent pas être mêlés à la chose politique ». Et pour lever le voile sur le « K.O ». de 2011, Moussa Aboubacar Coffè a expliqué que« des urnes en doublon et été transvasés en chemin, des bulletins pré-cachetés, des PV (procès verbaux de bureaux de vote) repris, et des membres de bureau de vote intéressés sous le regard des forces de l’ordre instruites ainsi que les représentants des autres partis (politiques) renvoyés, car impuissants voire menacés ».

Wandji A.

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *