.
.

.

A l’occasion des échanges de vœux avec les députés: Nago appelle à un climat de confiance entre toutes les institutions


Le président de l’Assemblée Nationale, Mathurin Coffi Nago

Le président de l’Assemblée Nationale, Mathurin Coffi Nago

Les parlementaires béninois de la sixième législature ont échangé, hier mardi 6 janvier 2015, les vœux du nouvel an. Une occasion pour le président de l’Assemblée nationale, Mathurin Coffi Nago, d’exhorter aussi bien ses collègues députés, le Gouvernement que le Conseil d’Orientation et de Supervision de la Liste électorale permanente informatisée (COS-LEPI) à tout mettre en œuvre pour l’organisation des prochaines élections.

La traditionnelle cérémonie d’échanges de vœux entre les députés a été une occasion pour le président de l’Assemblée nationale d’inviter les députés, le Gouvernement ainsi que le COS-LEPI à tout mettre en œuvre pour qu’enfin les élections communales, municipales et locales se tiennent. Mathurin Nago a également souhaité que l’application des lois votées soit caractérisée par l’abnégation et la rigueur. Car, a-t-il expliqué, l’impact des lois votées ne se fait pas ressentir au sein des populations alors que les députés ont joué leur rôle. Pour exemple, la loi contre la corruption et les poursuites contre des personnalités devant la Haute cour de justice (HCJ) dans les affaires Cen-Sad et ICC Services n’ont servi à rien. Mais avant cette intervention du président du parlement, l’honneur est revenu au premier vice-président, l’honorable Justin Sagui Yotto de présenter au nom des députés ses vœux au président de l’Assemblée nationale. Trois points ont marqué son intervention. Il s’agit de la présentation des vœux, du bilan de l’année 2014 et les défis qui restent à être relevés avant la fin de la 6ème législature. S’agissant des vœux, l’honorable Yotto a souhaité une parfaite santé et la réussite au président Nago à la tête de l’institution parlementaire. Au titre de l’année 2014, plusieurs lois et 20 autorisations de ratifications d’accords de prêts ont été votées. Ce qui a permis de mettre 85 milliards de FCFA à la disposition du Gouvernement pour régler les problèmes des populations. Dans le même ordre d’idées, 45 questions, une interpellation, une commission d’enquête sur le PAMF et une autre sur le Fadec constituent le menu du contrôle de l’action gouvernementale. Quant à la diplomatie parlementaire, elle est au beau fixe. Car, le Parlement béninois est présent dans toutes les instances internationales et bien connu. Cependant, le député Justin Sagui Yotto a levé un coin de voile sur les défis qui restent pour la 6ème législature, notamment, l’achèvement des réformes électorales. A ce niveau, il a cité le vote de l’ensemble des lois sur les unités administratives et villageoises, les lois sur les centres de vote, les lois dérogatoires au code électoral sans oublier la désignation des représentants du Parlement dans les centres de vote.

Hugues E. PATINVOH

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on Twitter0Share on LinkedIn0

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *