.
.

Le triomphe de la vérité

.

Décès de Nestor Hountondji: Retour sur le parcours pathétique d’un militaire artiste


Né d’un père, vedette de la musique traditionnelle appelée  « Ganhoun »,  Nestor Hountondji alias  Dji-Nesto Babakè  s’est,  à l’aurore  de sa vie, donné à cet art. Il accompagnait  son père sur les spectacles et lui tenait les queues des chevaux (comme la coutume musicale l’exigeait) lors de ses grandes prestations. C’était  entre 1939- 1941.  « Je suis  né dans la musique car mon feu père fut chanteur de la musique traditionnelle… Quand il composait ses morceaux,  j’étais là. Je lui tenais souvent les queues des chevaux pendant ses voyages de prestations », avait confié  à la presse, l’artiste-défunt, il y a plus d’un an.  Considérant donc la musique comme un héritage, il ne l’a pas  abandonnée. Malgré son entrée dans l’armée coloniale.  Nanti d’un certificat de bonne conduite, il a été muté dans la gendarmerie nationale  dès la création de ce corps après qu’il eut quitté le Vietnam pour  son pays, au  lendemain de l’indépendance du Dahomey,  actuel Bénin.   Il fut alors enregistré sous le numéro matricule 176. Au camp, au  -delà  de la  formation liée à son nouveau métier, il a eu droit également à des cours techniques de la musique.  Dji Nesto Babakè,  par la suite, a été affecté dans l’orchestre de la gendarmerie nationale, après un examen passé avec succès.  Dans sa nouvelle équipe, le regretté a réussi à adapter plusieurs chansons traditionnelles d’Abomey à la musique militaire. Lui- même en a composé un nombre important qui servait de chants d’animations  lors des grandes cérémonies dans les écoles, les casernes et  lors des défilés militaires et civils pendant la période révolutionnaire. Membre fondateur et très actif du groupe ‘’Les Volcans’’ (premier orchestre de la gendarmerie), il est admis à faire valoir ses droits à la retraite en 1987.  Depuis, il s’est installé dans sa ville natale, Abomey où il  a formé    bien de jeunes à la  fanfare.

Des  suites d’une courte maladie, Nestor Hountondji alias Dji- Nesto Babakè a rendu l’âme, le mercredi 30 juillet dernier  à l’âge de 75 ans au Centre Hospitalier Départemental (Chd) de Goho à Abomey.  Il aurait souhaité rester un peu plus longtemps afin de continuer à initier les jeunes à la musique. Mais, cela n’a pas été le plan de son destin.

Feu Dji- Nestor Babakè est le géniteur de l’artiste Otis Newton  et du journaliste-animateur à la radio Urban Fm de Parakou, Pancrace Hountondji

Esckil AGBO

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *