.
.

Le triomphe de la vérité

.

Single sur la crise sociale: Le tandem Fidèle Anato et Claude Balogoun implore le pardon des protagonistes


Fidèle Anato« Vosisa ». C’est le titre que porte le nouveau single de l’artiste-chanteur et comédien béninois Fidèle Anato. Il s’agit d’un projet qu’il vient de réaliser avec la complicité de Claude Balogoun, le promoteur de Gangan Production qui épouse aussi l’idée. A travers des paroles fortes et des scénarii méticuleusement préparés, les deux artistes interpellent la conscience des uns et des autres et invitent au pardon et à la compréhension afin que le Bénin retrouve la paix. A travers une interview, Fidèle Anato revient sur les réelles motivations de ce single et parle surtout de ses inquiétudes pour le Bénin.

L’Evénement Précis : Un single pour appeler à la paix sur les écrans des télévisions et les chaines de radios. Que craignez-vous ?

Fidèle Anato : Je crains la guerre. Pour être clair.Car, il n’est pas rare de voir quelqu’un, débarquer un jour dans la rue et que tout le monde s’étonne de son attitude étant donné qu’au départ, il était quelqu’un de calme et qu’on s’étonne de son comportement violent subit. Ce qui veut dire que, de la même manière, cela peut arriver à un pays. J’ai peur surtout que, profitant de la situation tendue dans notre pays, des gens qui ont eu des chocs de la guerre dans leurs pays ou qui ont braqué des banques viennent commencer par financer un groupuscule de gens qui vont se mettre à troubler notre quiétude. Ce single intervient donc pour prévenir cela et inciter surtout tous les artistes à en faire autant afin que la conscience des uns et des autres soit interpellée pour que notre pays soit épargné du pire.C’est une invite à tous les protagonistes à considérer notre nation comme un grand ménage où lorsque ça brûle, on cherche les voies et les moyens pour éteindre le feu et ramener la paix. Car, en définitive, quand deux éléphants se battent, ce sont les herbes qui en souffrent. Autrement dit, les conséquences de ces débrayages que nous observons, c’est nous qui sommes le bas peuple qui les subissons.

On a vu la touche de Gangan production sur cet appel à la paix que vous avez lancé. Est-ce une action d’ensemble ?

Je dirai d’abord qu’en termes de production au Bénin, c’est une structure qui a déjà fait ses preuves et qui sait aussi décentraliser le travail. Ce qui fait qu’il y a l’efficacité dans ses actions. Et c’est ce que moi j’aime. D’ailleurs, le promoteur, je veux parler de Claude Balogoun, c’est un grand-frère. Pour mes choses, je l’ai toujours sollicité et il a toujours répondu comme il le fait d’ailleurs pour les autres artistes. Qu’il accepte de m’accompagner par rapport à ce projet-là, c’est une fierté pour moi. Je pense que le message est un message commun et nous espérons que cela fera tâche d’huile. Franchement, j’ai la trouille d’une guerre. L’année dernière, par exemple, quand j’étais dans l’une de mes expéditions à Nice lors des jeux de la Francophonie, je n’ai eu que de bonnes nouvelles de mon pays. Mais, lorsque la dernière fois, j’étais à Bruxelles et que j’ai appris que Djibril Sagbohan était mort, je vous avoue que j’ai été très abattu. Ceci parce que d’abord, là-bas, je me suis senti seul et cette mauvaise nouvelle m’a complètement bouleversé. Si j’étais au pays, ça pouvait être mieux géré. Maintenant, je me prépare encore pour partir hors du pays. Et vu la situation qui prévaut actuellement, j’ai peur qu’une guerre se déclenche ou que le pays s’embrase. Si jamais j’apprenais ça,je pense que j’aurai la crise cardiaque. Et c’est ce que je veux prévenir à travers ce single.

En conclusion ?

Je dirai à notre papa Yayi Boni de regarder la nation. Je sais qu’il l’aime vraiment et d’appeler les syndicalistes de même que les parents d’élèves et tous les autres protagonistes de cette crise afin de décrisper cette atmosphère déjà trop tendue qui commence par nous faire peur. Je sais qu’il en est capable et je reste convaincu qu’il le fera. Je voudrais profiter aussi de l’occasion pour inviter les syndicalistes à faire aussi des concessions pour faciliter les choses au président de la République afin que notre pays puisse renouer avec la paix.

Propos recueillis par Donatien GBAGUIDI

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *