.
.

Le triomphe de la vérité

.

SONAPRA: Les exploits du DG Idrissou Bako en deux ans de gestion


Amélioration de la gouvernance de l’entreprise, relance de la filière coton, appui aux autres filières porteuses, etc. Ce sont autant d’actions menées par le Directeur général de la Société nationale pour la promotion agricole (SONAPRA), Idrissou Bako, depuis deux ans qu’il en a les commandes. Il en a partagé les résultats vendredi dernier avec la presse nationale à la faveur d’un déjeuner qu’il lui a offert.

Mettre tout le personnel résolument au travail, doter l’entreprise d’outils modernes de gestion, motiver davantage le personnel sur la base d’une évaluation, renforcer le dialogue avec les forces sociales, renforcer les capacités techniques et managériales du personnel. C’est ainsi que le Directeur général de la Société nationale pour la promotion agricole, Idrissou Bako, perçoit la meilleure gouvernance à instaurer au sein de la société. Et après deux ans d’exercice, il estime que les fruits ont tenu la promesse des fleurs. «Avec l’appui et la collaboration de tout le personnel, la SONAPRA a amorcé de nouveaux chantiers. Les plans de travail annuel et le budget classique ont été adoptés par les instances de décision dans les délais. De même, les matrices des rôles et responsabilités de toutes les années de la SONAPRA ainsi que les tableaux de bord ont été élaborés pour chaque volet d’intervention», s’est-il réjoui au cours de cette rencontre avec la presse. Sur le même volet, le Dg SONAPRA a indiqué que sa société a bénéficié d’un programme de formation dont le montant a été doublé en deux ans afin de permettre à tout le personnel d’être plus outillé. Le dialogue social s’est également renforcé, à le croire. Et ceci, à travers des assemblées générales et des échanges périodiques sur certaines décisions à prendre.

 Quant à la filière coton, la SONAPRA, selon le directeur général, a été responsabilisée aux côtés des autres structures publiques sur l’évacuation et la mise en place des intrants, le suivi de la commercialisation du coton graine, le suivi de l’égrenage, le classement et le placement du coton fibre. La société a également contribué à l’accroissement de la production cotonnière et à l’apaisement du climat entre les différents acteurs impliqués. «Elle continue de mener les réflexions dans le sens de la réorganisation de la filière cotonnière à travers le zonage du bassin cotonnier », a également rassuré Idrissou Bako.

Pour ce qui est des appuis aux autres filières agricoles porteuses, les activités réalisées ont porté sur plusieurs volets. Dans le domaine de l’approvisionnement en semences améliorées, on enregistre la collecte et la mise en place à des prix subventionnés sur toute l’étendue du territoire national de 10.268.964 tonnes de semences certifiées (maïs, riz) et de 117,33 tonnes de semences de base (maïs, riz) à un coût global de 3.232.969.950 FCFA, grâce à une subvention spécifique du gouvernement. Le Dg SONAPRA a aussi évoqué la promotion de l’aviculture traditionnelle, indiquant qu’il a été organisé en partenariat avec l’Ong CEPROEMEIR précurseur du concept «La Maison du Paysan », la formation de plus de 450 aviculteurs traditionnels dans 12 villages pilotes. En outre, 30 éleveurs ont bénéficié des matériels (coqs améliorateurs, poussins, sacs d’aliments, abreuvoirs, flacons), d’une valeur de 250.000 CFA pour leur installation. De même, chaque groupement ou village représenté a reçu un kit d’élevage d’une valeur de 100.000 FCFA.

Le Dg Idrissou Bako n’a pas non plus occulté la politique relative à l’amélioration des revenus des jeunes à travers leur insertion dans l’agriculture. Il note ici, avec satisfaction, l’installation de 538 jeunes sur 1.099 ha sur les sites de Ouoghi, Savè, Bantè, Tchaourou et Parakou dont 383 ont été formés sur l’itinéraire technique, la reconnaissance des ravageurs et les techniques de traitement phytosanitaire du cotonnier. Entre autres actions, des crédits adaptés ont également été mis en place au profit des producteurs de Malanville, Karimama, Matéri, Cobly, Tanguiéta, Zagnanado, Covè, Glazoué et Ouinhi pour un montant évalué à plus de 969.700.000 FCFA à travers l’appui des institutions de micro-finances.

 Christian TCHANOU

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *