.
.

Le triomphe de la vérité

.

Tournée de prise de contact dans les sociétés sous tutelle du Mtpt: Aké visite 10 structures et sociétés en une journée


2En visite dans l'atelier central de l'Ocbn, le ministre Aké Natondé a rassuré les chemineauxLes sociétés et structures sous tutelle du Ministère des travaux public et des transports on reçu dans la journée du mardi 03 septembre 2013 la visite du ministre Aké Natondé et de sa délégation pour une prise de contact. Pour certains, cela fait plus de six ans qu’un ministre est allé les voir et prendre connaissance de leurs doléances.
Partie du Ministère des travaux publics et des transports aux environs de 09 heures, mardi dernier, la délégation conduite par le ministre Aké Natondé n’y est retournée que vers 18 heures. Le Cnsr, le Cnertp, la Smtp, la Ddtp/Atlantique–Littoral, l’Ocbn, la coordination du projet du corridor Abidjan-Lagos, la direction des études techniques du ministère (Det), le Fonds routier, l’Anac et l’asecna ont été visités. Au Centre national de sécurité routière, le ministre Aké Natondé et sa suite n’ont rien raté de la procédure d’une visite technique et des réformes en cours dans cette structure. Accompagnée du directeur général, Joseph Bocco, la délégation ministérielle a eu droit à une visite guidée dans les bureaux et au niveau des ateliers. Un circuit qui a permis aux hôtes du Cnsr de comprendre son fonctionnement et au ministre d’écouter les doléances des agents. Le cap a été, ensuite, mis sur le Cnertp, un laboratoire d’étude qui est confronté, aujourd’hui, à une forte concurrence déloyale. Pour les syndicats du Cnertp, il faut recouvrer les créances et recadrer le personnel afin de faire face avec l’aide du Ministère, à la concurrence du secteur privé. Le ministre Aké Natondé, au Cnsr comme au Cnertp a souhaité l’union des travailleurs et les a conviés à une prise de conscience collective afin de relever le défi qui s’impose, « celui d’affirmer l’autorité de l’Etat à travers leurs actions ». A la direction départementale des transports terrestres, le scénario a été le même. Visite guidée, échange avec le personnel technique et mots d’encouragement du ministre. Mais, un proverbe est revenu presque à chaque étape dans les propos du ministre Aké Natondé : « un troupeau de mouton unis est plus fort qu’un troupeau de lion divisé », juste pour monter aux personnels et responsables que c’est dans l’union qu’on arrive à surmonter les difficultés.

Des sociétés mourantes, mais auxquelles l’espoir est permis
L’espoir est permis, quel que soit le niveau de dégradation de la structure ou de cette société qui présente des aspects vétustes. A la Société des matériels de travaux publics (Smtp), ex Direction du matériel des travaux publics (Dmtp), c’est le déclin total. On constate aujourd’hui plus de 18 mois d’arriérés de salaires pour un effectif de 120 agents, des matériaux vétustes et sans vie, garages et ateliers abandonnés mais au sein desquels règne une symbiose de pensée entre les partenaires sociaux et la direction générale. Un fait qui a particulièrement marqué le ministre Aké Natondé qui leur disait, en réponse, à leurs différentes préoccupations : « vous n’avez pas d’argent, mais vous êtes unis dans vos pensées et dans vos actes…, raison de plus pour que l’avenir vous soit meilleur », a-t-il laissé entendre tout en affirmant son entière disponibilité à aider la direction générale de la Smtp à faire renaître la société. A la Direction des études techniques (Det), l’espoir est également permis pour une entité qui sera bientôt transformée en agence afin de gagner son autonomie dans la gestion des dossiers. A ce niveau, le personnel est jeune, qualifié mais est débordé par le travail. Il leur faudra, selon le ministre, l’autonomie juridique, le renforcement du personnel afin de mieux recouvrer les dettes de la Det en capital et faire face également à la concurrence du secteur privé.

Le personnel se plaint moins, mais les réformes ont un coût

Le Fonds routier, à l’exception des autres structures et sociétés visitées par le ministre, est dans une bonne posture. La visite guidée de la délégation dans les locaux de la structure et les explications du directeur général, Sylvestre Kochoffa ont suffi pour satisfaire les attentes du ministre. Les conseils du ministre ont toujours été les bienvenus avec pour crédo, l’union entre la direction et le personnel. A l’Agence nationale de l’Aviation civile du Bénin (Anac), ça se comprend à moitié. Mais les réformes dans le domaine aéroportuaire font couler beaucoup d’encre. L’aéroport de Tourou à Parakou, le projet de l’aéroport de Glodjigbé et bien d’autres dossiers occupent le personnel. Pour le ministre, il n’y a, à ce niveau, que des priorités et le gouvernement s’en charge personnellement. A l’Asecna, les chantiers en cours, les réformes également, mettent une ambiance pas trop confortable entre les différentes structures. Mais, pour le ministre Aké Natondé, il faut s’armer de courage et rester unis. Il a promis y mettre de l’expérience et résoudre les problèmes les uns après les autres tout en comptant sur le personnel.

Yannick SOMALON

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *