.
.

Le triomphe de la vérité

.

Atelier mobile de théâtre et de scène (AMETH SCENE): Abdoulaye Farouk dote le Bénin de sa première salle de spectacle mobile


vue de gradinsDoter le Bénin de salles de spectacles démontables et modulables : c’est l’objectif que s’est fixé le scénographe béninois Abdoulaye Farouk en initiant le projet ‘’ Atelier Mobile de Théâtre et de Scène (AMETH- SCENE). Démarré depuis le 05 mai dernier, ledit projet suit son cours normal et réunit, en dehors des constructeurs béninois, ceux du Togo et du Burkina Faso.
Le Bénin est en voie d’avoir une salle de spectacle modulable et démontable ; la première dans l’histoire de sa culture. Ceci grâce à la clairvoyance et à la détermination du jeune comédien et scénographe Abdoulaye Farouk. Par son projet AMETH-SCENE, il vient de faire de l’ancien Dahomey, la troisième nation africaine, après le Mali et le Burkina Faso, à posséder d’espace culturel mobile.« Une salle de spectacle, aujourd’hui, c’est juste un espace clôturé par rapport à la sécurité sinon, si les conventions sont claires c’est une salle démontable », a expliqué le coordonnateur général du projet. Il s’agit d’un dispositif, a-t-il poursuivi qui comporte tous les accessoires concourant à une vraie salle de diffusion de spectacles : lumière, sons etc… En ce qui concerne le projet AMETH – SCENE principalement financé par la Coopération Suisse au Bénin, il consiste en la construction d’environ 1000 places de gradins déplaçables à tout moment, accompagnés d’un podium de 8 mètres sur 7 entièrement équipés.Démarrée depuis le 05 mai dernier, la première phase dudit projet s’est intéressée à la peinture, à la teinture, à la soudure et la menuiserie. Un tour sur le chantier de construction sis à Porto- Novo permet de constater de visu les œuvres déjà disponibles d’une part et celles en cours de réalisation d’autre part. Les constructeurs venus du Burkina Faso, du Togo et entourés de leurs homologues béninois sont en pleine activité et ne laissent, a-t-on remarqué, aucun objet où la main ne passe. Ils étaient bien attentionnés et travaillent avec soin et rigueur. A l’entrée, ce sont les menuisiers qui vous accueillent avec leurs nombreux outils qui en disent long sur l’immense tâche qu’ils accomplissent. Un peu plus loin,les soudeurs avec un petit poste radio à côté. Dégustant ainsi de la bonne musique, ils scindent et collent ou du moins soudent les barres de fers à leur disposition suivant un schéma ou un plan prédéfini. Une vue panoramique sur tout le chantier vous amène dans le royaume des gradins déjà construits attendant les dernières retouches et le podium en plein montage. En un mot, Abdoulaye Farouk a réussi à faire conjuguer les efforts de ces constructeurs aux siens afin de donner au Bénin sa première salle de spectacle démontable, modulable et mobile. Il faut signaler qu’après la phase des constructions qui prend fin le 31 août prochain, la ville de Parakou abritera dans le mois d’octobre la présentation des œuvres réalisées.

Lire ici les propos de coordonnateur du projet

FAROUK 2«(…) On est sur AMETH SCENE qui veut dire Atelier des Métiers de Théâtre et de scène. C’est un projet qui s’intéresse à la promotion et à la transmission des connaissances sur les métiers qui sont directement appliqués aux arts dramatiques. L’édition de cette année s’intéresse à la teinture, à la peinture, à la soudure, à la menuiserie et tient à pallier un peu le manque de salles de diffusion de spectacles au Bénin. Nous avons initié un tel projet pour contribuer ou pour créer une salle modulable ou mobile pour le Bénin, une première au Bénin et une troisième dans la sous- région. C’est parti du Mali, du Burkina Faso et le Bénin.Vous allez constater que les gradins sont disponibles, on a déjà fini de sortir de l’usine de menuiserie toute la jauge de 600 places qui sont avec nous ; il y en a 200 qui sont restées au nord, à la coopérative de meubles de Parakou. Après l’acquisition, on va être présent sur un certain nombre de manifestations notamment celles communautaires ethniques, tels la Gaani, Nonvitcha et autres. Quand le dispositif est déplacé sur ces manifestations, cela donne à voir, donne à réfléchir sur les nouvelles formes d’architecture par rapport au spectacle. (…) C’est un projet qui est exécuté grâce à l’appui pas des moindres : la Coopération suisse et l’Ecole du Patrimoine Africain (EPA). Pour moi, c’est juste pour poser le premier pas ; quand les autorités vont nous voir, elles sauront qu’on pouvait plus que les gens le pensaient parce qu’au départ ils n’y croyaient pas du tout. Le projet s’est étalé globalement sur trois mois ; nous l’avons démarré depuis le 05 mai et il prendra fin le 31 août. (…)Au terme des travaux de construction, c’est la ville de Parakou qui a été retenue pour présenter le dispositif final en octobre prochain. C’est un dispositif qui est modulable et démontable. Nous avons au total 800 places de gradins mobiles et un podium de 8 mètres sur 7. Le projet total nécessitait au total vingt huit millions mais on n’a pu mobiliser que vingt quatre millions. Quand le dispositif rentre dans une salle, il y a tout pour que cela s’appelle salle de spectacle. Une salle de spectacle, aujourd’hui, c’est juste un espace clôturé par rapport à la sécurité. Sinon, si les conventions sont claires, c’est une salle démontable. Après le projet, nous allons passer à la phase d’entretien et de maintenance ».Par Esckil AGBO

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *