.
.

Le triomphe de la vérité

.

Départ de l’ancien premier ministre du gouvernement de la Refondation: Koupaki répond à Yayi et se projette dans l’avenir, … 2016


koukpaki«Je pars la conscience tranquille, avec le sentiment du devoir accompli », a lâché hier l’ex Premier ministre, Pascal Irénée Koupaki. C’était à la cérémonie de passation de service tenue à la primature entre lui et le nouveau ministre Antonin Dossa qui a désormais en charge, le volet « Evaluation des politiques publiques et des programmes de dénationalisation. Le poste du premier étant supprimé par le Chef de l’Etat. Vêtu d’un ensemble traditionnel, l’air serein, le visage détendu et souriant, il n’a pas manqué de remercier le Président de la république, pour avoue-t-il, « l’opportunité qu’il m’a donné de servir notre pays à ses côtés, avec pour seul objectif le bien-être des populations béninoises ». S’il y a eu des succès au cours de sa mission, Koupaki n’occulte pas non plus des « difficultés de parcours ». Mais ce qui compte, le plus partout, souligne-t-il, « où nous exerçons des responsabilités, ce sont surtout les fines fleurs de nos actions qui s’imposeront par leur éclat et non les épines dont nous pouvons et devons contenir la douleur ». Pascal Koupaki, avoue qu’il a beaucoup appris de cette période. « Elle m’a permis aussi de vivre les servitudes de l’exercice du pouvoir exécutif…. Difficile n’est – ce pas ! Mais c’est un impératif. J’espère pouvoir partager cette expérience dans d’autres enceintes ».
La nomination de Antonin Dossou ne laisse pas non plus indifférent, l’ex premier ministre. « La roue tourne comme le destin l’a programmé, au profit de cet homme qui a été mon directeur de cabinet pendant plus de sept ans, et qui au cours de cette période, s’est acquitté de sa mission, avec dévouement, loyauté, disponibilité, abnégation et un sens élevé de responsabilités à ma grande satisfaction. Il a été exemplaire et je le considère comme une référence du point de vue professionnel et éthique ». Il finira sur une note d’exhortation au nouveau ministre : « Restez vous-même dans la Lumière, la Justice et la Vérité ».
La salle de la primature qui abritait cette cérémonie était devenue trop petite pour contenir le grand monde des participants. Personnel de la primature, personnalités politico-administratives, amis, parents et proches des deux ministres ont fait le déplacement pour être témoins de cette passation de service spéciale.
« Cher aîné, cher mentor, Vos mots trop aimables m’ont donné des frissons et une profonde émotion. Je vous dois l’expérience unique d’apprentissage et de maturation que je vis depuis plusieurs années, à vos côtés, au service de notre pays », déclare le nouveau ministre Dossou, parlant de Pascal Koupaki. Il dit retenir de ce compagnonnage l’importance de l’utilisation rationnelle du temps, de la rigueur, de la persévérance, de l’organisation, de la méthode et de l’anticipation. Il espère aussi compter tous les cadres de ce ministère. « Ce département ministériel, pour lui, doit rester une référence et un modèle d’administration de développement » affirme le ministre Antonin Dossou.

Emotions, le « show» des ZémKoupaki et Zémidjan
Jamais une cérémonie de passation de service entre deux ministres n’a fait couler tant de larmes. Des participants au nombre desquels un grand nombre de fonctionnaires de la primature, avaient des yeux larmoyants. Quelques-uns peinaient à cacher leur état d’âme du moment. Emotion et tristesse. Lorsqu’il prit la parole, l’atmosphère était encore plus lourde dans l’assistance, un peu comme si le départ du premier ministre Irénée Koupaki avait tout l’air d’une « grosse séparation » Mais des acclamations momentanées et bien nourries venaient de temps à autre détendre l’atmosphère. A son départ de la primature, des fonctionnaires, l’ont escorté jusqu’à son véhicule, toujours très émus, et lui faisaient de grands signes d’au revoir. Les conducteurs de taxi-moto, des mouvements de jeunes et d’autres groupes sociaux étaient également venus très nombreux sur les lieux. Et l’ont suivi jusqu’à son domicile, scandant des slogans élogieux en sa faveur.
Christian Tchanou

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

One thought on “Départ de l’ancien premier ministre du gouvernement de la Refondation: Koupaki répond à Yayi et se projette dans l’avenir, … 2016

  1. Eric

    le titre de cet article tendant à opposer deux homes comptables devant l’histoire du niveau actuel de notre pays est en dissonance flagrante avec le fond. si l’ex premier ministre rêve de 2016, il aura du mal à se débarrasser de ses succès et de ses échecs en tant que N° 2 du gouvernement Yayi. il ne peut dignement attaquer Yayi sans en recevoir parallèlement les dégâts collatéraux. Mais l’homme a le sens de la mesure. sauf que la presse béninoise n’en a cure

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *