.
.

Le triomphe de la vérité

.

CAN/BENIN: Les Ecureuils auront de la peine à se réintégrer


Les Ecureuils du BENIN, la grande attente du peuple

Les Béninois ne vont plus à la Can. Ce constat est réel et plus cuisant depuis 2010. Juste après élimination au 1er tour à la Can 2010 en Angola, on pensait que le football béninois avait fini son apprentissage. Le monde entier avait vu une équipe béninoise capable de titiller le grand Nigéria de l’époque qui l’avait battu difficilement sur le score étriqué de 1-0. Même Anjorin Moucharafou qui finira par prononcer la dissolution, était tombé amoureux de cette équipe. Mais, coup de théâtre dans l’écurie des « Jaunes », le 03 février 2010, sous l’autoritarisme de ceux qui la dirigeaient  l’équipe nationale fut dissoute. C’est la stupéfaction dans les rangs des férus du cuir rond. Comme si cela ne suffisait pas, le 20 décembre de la même année, douze des quinze membres du comité exécutif de la fédération entrent en rébellion contre la gestion peu orthodoxe d’Anjorin Moucharafou. C’en un suivie une crise sans précédant pour le football béninois. Les Ecureuils prennent un coup et se font battre par tout le monde. La Côte d’Ivoire est venue balayer le Onze national sur un score historique 2-6. Le Burundi classé loin dans le classement Fifa tient en échec les Ecureuils et le Rwanda vient dicter sa loi à Stéphane Sessègnon et ses coéquipiers à Porto-Novo. Les autres équipes se bonifient, mais le Bénin dort. Les dirigeants se chamaillent entre eux. Les grands sont là et d’autres jeunes nations viennent s’y ajouter. Le Burkina, le Cap Vert, le Togo, l’Ethiopie, la Zambie… sortent la tête de l’eau et se hissent tout doucement au rang des nations de football en Afrique. Ils disputent le terrain avec les géants du continent. Dans ce contexte, le Bénin aura du mal à s’imposer devant ses adversaires lors des prochaines sorties. Il n’y a pas de préparation, de suivi des joueurs, de détection… Rien ! Il faudrait que les autorités en charge du football au Bénin, à divers niveaux, se reprennent pour proposer autre chose. Sinon la traversée du désert n’est pas encore terminée.

Mathias COMBOU

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *