.
.

Le triomphe de la vérité

.

Saisine du Parlement pour des poursuites devant la haute cour de justice: Voici la lettre de Yayi qui demande la tête des ex-ministres Noudégbèssi et Lawani


Les anciens ministres de l’économie et des fiances, Soulé Mana Lawani, de l’environnement et de l’urbanisme, François Gbènoukpo Noudégbèssi sont toujours dans le collimateur de leur ancien patron, le président Boni Yayi. Par une correspondance datant du 14 janvier et lue aux députés à la séance plénière d’hier mardi 15 janvier, le chef de l’Etat demande aux députés d’enclencher la procédure sur les poursuites contre ces deux personnalités devant la Haute cour de justice dans la scabreuse affaire de construction du nouveau siège de l’Assemblée nationale.

En effet, à travers une question orale avec débats, les députés s’étaient inquiétés de la lenteur et surtout du blocage que connaît le chantier de construction de leur nouveau siège. Après les explications du gouvernement par l’intermédiaire de l’actuel ministre de l’urbanisme, Blaise Ahanhanzo Glèlè, les élus du peuple ont dit leur colère face au scandale constaté dans l’achèvement de ce chantier après que plus de 12 milliards ont été engloutis dans les travaux. A cette occasion, ils ont décidé de voir clair dans ce dossier et de punir les mis en cause. Ainsi sonné par les députés, le gouvernement a également décidé de prendre ses responsabilités.

C’est dans ces conditions que les différentes personnes impliquées ont été interpelées par la Brigade économique et financière (BEF). En effet, dans une correspondance de l’actuel ministre de l’Urbanisme, Blaise Ahanhanzo-Glèlè, il ressort que le chantier n’a pas évolué en raison de certains décaissements irréguliers, par rapports auxquels il y aurait eu des détournements. Après audition, le ministre François Noudégbèssi a été relâché. On apprend également qu’il aurait cité le nom de l’ancien ministre des finances, Soulé Mana Lawani.

Les deux personnalités étant des ministres de la République au moment des faits qui leur sont reprochés, il n’est pas possible de les poursuivre sans l’aval de l’Assemblée nationale. C’est donc pour démontrer sa bonne foi dans ce dossier que le gouvernement s’est adressé au parlement. Quelle sera la suite que les députés donneront à cette sollicitation du gouvernement ?

Bien malin qui donnerait une réponse à cette interrogation. Mais lorsqu’on sait que le gouvernement dispose d’une majorité écrasante de plus de 71 députés à l’Assemblée nationale, il est à craindre que les sorts de ces deux ministres ne soient scellés à l‘examen dudit dossier par les élus de la sixième législature. D’ores et déjà, la lettre du président de la République est affectée à la commission des lois pour examen.

Hugues E. PATINVOH

 

Lettre de Boni Yayi au Président de l’Assemblée Nationale

Le président de la République

 

A

Monsieur le président de l’Assemblée Nationale

Cotonou

 

Objet : saisine de l’Assemblée nationale pour une décision de poursuite devant la Haute cour de justice des messieurs François Gbenoukpo Noudégbèssi et Soulé Mana Lawani

 

Référence : dossier ministère public contre messieurs François Gbenoukpo Noudegbessi et Soulé Mana Lawani

 

Monsieur le président

En vous transmettant ci- jointe copie l’ensemble de la procédure ci- dessus référencée, j’ai l’honneur de vous demander de bien vouloir, en application des articles 2 alinéa 1er et 15. 1 de la loi n° 93- 013 du 10 Août 1999 portant loi organique de la Haute cour de Justice, soumettre aux députés de l’Assemblée nationale pour une décision de poursuite devant la Haute cour de justice, messieurs François Gbènoukpo Noudégbèssi et Soulé Mana Lawani respectivement ancien ministres de l’urbanisme, de l’habitat, de la réforme foncière et de la lutte contre l’érosion côtière et ancien ministre de l’économie et des finances au moment des faits. En effet, les investigations menées par la Brigade économique et financière saisie sur plainte du gouvernement, font peser de graves présomptions de détournement de deniers publics, de corruption et de faux en écriture contre monsieur François Gbénoukpo Noudégbèssi. Ce dernier dans ses dépositions, a largement cité monsieur Soulé Mana Lawani.

 

Veuillez agréer monsieur le président, l’expression de mes considérations distinguées.

Le président de la République, chef de l’Etat,

chef du gouvernement

 

Docteur Boni Yayi

 

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *