.
.

Le triomphe de la vérité

.

Crise dans le secteur de l’éducation:Yayi envoie ses ministres en mission d’explication pour sauver l’école


« Sensibilisation des couches sociales sur la grève des enseignants ». C’est l’appellation que prend la série de tournées gouvernementales organisées du 1er au 05 mars 2012, tournées qui verront une fois de plus les ministres descendre dans tous les hameaux du Bénin pour expliquer la position du gouvernement. Par cet acte, le Chef de l’Etat, Docteur Boni Yayi envoie en effet ses ministres sur le terrain.

 Il s’agira d’expliquer aux populations sur l’ensemble du territoire national, la position du gouvernement par rapport à la grève déclenchée par le Front des syndicats des trois ordres d’enseignement depuis plus d’un mois. C’est la grande décision qui a été prise mercredi dernier par le Conseil des Ministres. Les enseignants réclament leur prise en compte dans l’augmentation de 25% opérée sur les salaires des fonctionnaires depuis le 05 août 2011.

Lors de son récent passage à la Télévision nationale, le Premier ministre Pascal Iréné Koupaki a indiqué qu’il est clairement impossible de donner une suite favorable aux revendications des enseignants grévistes. Ceux-ci avaient déjà bénéficié d’une augmentation similaire par le biais de l’allocation spéciale de revalorisation de la fonction enseignante fixée à 25% du salaire brut. Une fois sur le terrain, les ministres se chargeront d’expliquer aux populations l’état actuel des caisses du pays, les différents avantages déjà accordés aux enseignants puis le bien-fondé de la position du gouvernement.

Ce faisant, le gouvernement entend rester fidèle à sa logique du départ, c’est-à-dire celle d’opposer une fin de non-recevoir aux revendications d’ordre salarial qui sous-tendent la grève observée depuis janvier par les enseignants. Pour le gouvernement, l’évolution sans cesse croissante de la masse salariale expose le pays à des dangers évidents dont le plus immédiat est la suppression du concours financier des partenaires comme le Fonds monétaire international (FMI).

Selon les dernières explications données par le conseil des ministres du 22 février 2012, la masse salariale consomme à elle seule 52,7% des recettes fiscales du pays, alors que les normes communautaires en établissent le plafond à au plus 35%. La situation sera donc entièrement expliquée aux populations afin qu’elles puissent réellement s’imprégner des réalités de cette crise qui fait peser d’énormes risques sur l’année scolaire 2011-2012.

Donatien GBAGUIDI

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *