.
.

Le triomphe de la vérité

.

Polémique autour de l’affaire de détournement d’objets saisis par la justice: La Justice blanchit l’importatrice et classe le dossier


Justice béninoise

Depuis hier, mercredi 08 février 2012, l’importatrice arrêtée par la Brigade de recherche de la gendarmerie nationale est libre de ses mouvements. Et pour cause, le Procureur de la République devant qui elle a été présentée, après l’avoir écoutée conclut un non lieu de l’infraction de détournement d’objets saisis pour laquelle elle était poursuivie par ses fournisseurs.

De sources concordantes, on apprend que les arguments développés par ses avocats devant le Procureur sont plutôt convaincants et l’ont contraint à classer le dossier par avis de classement sans suite. En effet, selon les informations reçues de source bien informée, les  saisies opérées sur biens saisis, objets de son arrestation ont été précédemment annulées dans un autre arrêt rendu par le tribunal de Cotonou.

Manifestement donc, l’importatrice a été arrêtée pour des infractions qui en réalité n’existent plus au regard de la loi. Une fois les preuves de cette annulation exhibée, le Procureur de la République a été donc obligé de conclure au classement du dossier pour ainsi éviter toute détention abusive ou injuste. Selon les témoignages d’ailleurs, il s’agit d’une importance potentiellement inconnue des milieux politiques, mais qui a une expérience avérée dans l’importation du riz. De toute façon, depuis hier, elle est libre de ses mouvements et peut donc poursuivre ses activités pour rembourser ses dettes envers ses fournisseurs.

 Une injustice corrigée

Une fois de plus, la justice béninoise s’honore ! En classant sans suite le dossier de l’importatrice mise aux arrêts pour détournement d’objets saisis, le Procureur de la République a tout simplement rendu justice à une femme manifestement brimée dans ses droits. En balançant l’information sans aucune intention de nuire à l’importatrice, on s’est rendu à l’évidence, dans les recoupements  qu’elle a été arrêtée pour une infraction qui en réalité n’est plus constituée.

Alors qu’elle opère normalement sur le territoire national au vu et au su de tout le monde, elle aurait été, de sources bien informées, arbitrairement arrêtée. Car,  poursuivie depuis son domicile par  des hommes en uniforme sans aucune exhibition de mandat d’arrêt, elle  aurait été  manu militari conduite à la Brigade de recherche pour être présentée par la suite au Procureur. Et c’est précisément devant le Procureur que l’on a découvert que l’arrestation ne repose sur aucun fondement juridique.

Etant donné d’ailleurs que l’infraction principale (Détournement d’objets saisis) n’existe  plus, puisque  l’acte de  saisie opéré sur les biens querellés était déjà annulé par le tribunal. C’est donc la preuve que la justice béninoise est aux aguets pour contrer les cas d’injustice dont elle a connaissance.

Donatien Gbaguidi

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *